Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Technique - Les secrets de la McLaren MCL32

partages
commentaires
Technique - Les secrets de la McLaren MCL32
Matt Somerfield
Par : Matt Somerfield
Co-auteur: Giorgio Piola
26 févr. 2017 à 19:03

Après des débuts difficiles pour la relance de son partenariat avec Honda, McLaren souhaite revenir en compagnie familière au classement des constructeurs et espère que la MCL32 est un pas significatif dans cette direction.

McLaren a dévoilé la MCL32 dans sa nouvelle livrée après avoir fait un teasing du retour de la couleur orange papaye depuis un certain temps. La MCL32 a un élégant design qui marche dans les traces de sa prédécesseur, laquelle a été décrite comme un des meilleurs châssis de la grille, hélas doté d'un groupe propulseur Honda pas à la hauteur.

L'arrivée de Honda un an après le lancement d'un nouveau règlement a mis automatiquement le motoriste japonais en retrait, mais celui-ci a travaillé sans relâche pour retrouver de la performance.

Pour 2017, Honda a décidé d'adopter une approche agressive pour progresser. Des changements qui seront aidés par l'abandon du système de jetons, le constructeur ayant souffert pour refaire le terrain perdu sur ses adversaires ces deux dernières saisons.  

Détails de la McLaren MCL32
Détails de la McLaren MCL32

Photo de: McLaren

L'aileron avant monté sur la voiture lors de sa présentation est très similaire à la spécification alignée par l'équipe dans la dernière partie de la saison 2016, malgré des dimensions modifiées pour répondre aux nouveaux critères et la présence de deux canards à l'extérieur des plaques d'extrémité au lieu d'un, comme c'était déjà le cas en 2014.

Comparaison des ailerons avant McLaren 2017 vs 2016, GP du Mexique
Comparaison des ailerons avant McLaren 2017 vs 2016, GP du Mexique

Photo de: Giorgio Piola

L'aileron de test, qui a été développé par l'équipe à partir du Grand Prix des États-Unis la saison dernière, pourrait encore être une partie de la solution cette année, même si le plan principal plat n'était pas là lors du lancement. Cependant, nous savons que ce concept est sensé pour 2017 puisque Sauber l'a déjà adopté.

Le nez est presque identique à celui de la MP4-31, comprenant une protubérance au bout et un "S-duct" – bien que celui-ci ne soit pas conventionnel –, l'équipe suivant l'idée utilisée par Mercedes en 2016 et l'adaptant à ses fins propres (voir dans la bulle pour la localisation de l'entrée).

Les 200 millimètres additionnels qu'exige le nouveau règlement ont permis à l'équipe de repenser également le design de son montant, la surface étant allongée et, là où une fente était présente l'année dernière (voir dans la bulle), deux de plus ont été ajoutées.

Les conduits de frein avant ont un design à double entrée, l'une au-dessus de l'autre, la première d'un style boîte aux lettres alors que celle du haut est plus conventionnelle.

Ma première réaction a été de penser que l'équipe avait retenu l'essieu soufflé utilisé la saison dernière (dans la bulle) mais la voiture de lancement en était dépourvue, ce qui met en avant l'exigence d'un niveau de refroidissement augmenté et/ou un flux d'air soufflé à travers la face de la roue. 

Les déflecteurs de la McLaren MCL32
Les déflecteurs de la McLaren MCL32

Photo de: McLaren

L'assouplissement du règlement dans le but d'augmenter l'appui et d'abaisser les temps au tour a entraîné une liberté sensiblement plus grande dans le domaine des déflecteurs pour 2017.

Les principaux déflecteurs sont beaucoup plus larges que leurs prédécesseurs mais sans la complexité de ceux de Mercedes ou Renault. Étant donné que la complexité n'égale pas la performance, il n'y a qu'à observer les Red Bull des deux dernières saisons, l'aérodynamique assez sommaire de ces machines en la matière étant restée supérieure à celle de certaines autres beaucoup plus complexes.

La cambrure des déflecteurs pour relier le côté du châssis à la surface est censée définir où le flux d'air est dirigé, alors qu'on peut voir deux fentes dans la principale surface verticale qui amélioreront son efficacité. Le secteur de la plateforme incurvée est aligné tout près du splitter afin que tous deux fonctionnent en tandem alors que deux volets (flèche rouge) remontent derrière les déflecteurs pour maximiser la performance devant le fond plat.

Les déflecteurs s'incurvent autour de la limite du plancher, avec une section devant (flèche bleue) profilée vers l'avant pour tirer un avantage des changements de règlement et qui comprend une plateforme incurvée. Suspendue dessus, c'est un conditionneur de flux d'air tourné vers l'arrière pour s'aligner avec la face extérieure des pontons, les protégeant du sillage du pneu avant et améliorant la direction du flux d'air autour des pontons.

Le bord d'attaque du fond plat, comme sur les autres voitures que nous avons vues pour l'instant, est conçu pour faire usage des 500 millimètres de rayon supplémentaires permis par le règlement de cette année. Mais au contraire de nombreux autres designs déjà vus, le plancher est aussi cannelé près du châssis, tirant peut-être avantage des vortex qui se dégagent des volets susmentionnés.

Les pontons sont extrêmement minces, avec une des plus petites entrées de la grille, indiquant que l'usage d'un refroidisseur forcé air/liquide pour le turbo, en incorporant un refroidisseur dans un des pontons avec ces dimensions, pourrait être compliqué.

La surface avant et l'entrée du ponton sont en réalité en contradiction avec la forme de deltoïde qui a été prévue par le règlement mais McLaren, comme le reste du plateau, a contourné les exigences du deltoïde avec la forme du plancher et repousse les pontons hors de la zone de profilage. Cette forme est clairement un choix en conscience visant à maximiser le flux d'air dans les pontons et autour.

À la pointe du bord d'attaque du ponton se trouve un seul générateur de vortex situé sur l'épaule du ponton, alors qu'une ailette de cockpit enjambe le reste du bord d'attaque, les designers cherchant à améliorer la fenêtre de performance.

Le centre de la McLaren MCL32 vu de haut
Le centre de la McLaren MCL32 vu de haut

Photo de: McLaren

Du dessus, on peut voir que même si les pontons sont plus étroits à l'avant, ils s'évasent presque jusqu'à la largeur maximale autorisée, avant de revenir vers la sortie de refroidissement à l'arrière.

En revenant à la vue de trois quarts, on note que même s'ils ont cette forme, du dessus, la partie inférieure est vaste, conduisant le flux d'air autour du ponton vers le secteur en forme de bouteille de Coca pour laquelle Peter Prodromou semble s'être inspiré de Red Bull et qui aide l'équipe à imiter son concept de châssis simple mais tourné vers la performance.  

Détails de la McLaren MCL32
Détails de la McLaren MCL32

Photo de: McLaren

La vue de côté nous donne une idée d'à quel point l'inclinaison vers l'avant de la voiture vise à être en phase avec le nouveau règlement qui joue vraiment en faveur de ce type de concept. Bien sûr, il y a des compromis à faire pour un tel set-up et c'est pourquoi des équipes comme Mercedes peuvent encore réussir avec une surélévation de l'arrière limitée. Mais pour McLaren, les nouvelles règles sont une chance, un splitter plus court (de 100 mm) et un diffuseur élargi peuvent être davantage maximisés si les bonnes structures de flux sont créées pour joindre le fond plat et les limites du diffuseur.

Comme on peut le voir dans la bulle en bas, si l'équipe a conservé le dessin de suspension qu'elle a introduit la saison dernière, dans lequel les deux jambes arrière des triangles de suspension sont placées à proximité l'une de l'autre afin de diriger le flux d'air vers le ponton, on note que la portion horizontale des déflecteurs dont nous parlions plus haut est aussi liée à ce concept et ajoutera davantage de direction au flux d'air.

Les rétroviseurs sont vraiment l'un de ces composants du type "le diable est dans les détails" avec un emplacement, en fait surdimensionné, conçu en prenant soin de maximiser la performance aérodynamique, dans lequel est inséré le rétro. Des capteurs thermiques sont aussi logés dans la face avant afin de relever ce qui se passe en temps réel avec la nouvelle gomme Pirelli.

Qu'on les aime ou qu'on les déteste, la McLaren arbore aussi une aile de requin sur son capot moteur, les équipes cherchant à améliorer la stabilité et augmenter l'appui en mouvement.

Et alors l'équipe de Woking ne donne absolument aucune indication en montrant la voiture avec un fond plat vierge devant les pneus arrière, ils ont montré ce qu'ils avaient en main concernant l'aileron arrière, qui comprend quelques stries intéressantes au milieu – dans ce que nous pourrions considérer comme la phase de transition entre l'aileron à son point le plus large (en haut) et son point le plus étroit (en bas). Cela aura sûrement un effet aérodynamique intéressant sur l'aileron arrière, que ce soit en termes d'appui ou de traînée, et changera certainement l’interaction entre lui et le diffuseur en dessous.

La McLaren est la première des voitures présentées à sembler subtilement rapide, car elle n'est clairement pas aussi agressive que la Mercedes, la Ferrari ou la Renault mais sa carte maîtresse est que l'on peut comprendre comment la voiture fonctionne en tant que structure aérodynamique géante tout en générant par conséquent moins de traînée.

On peut supposer que, même si son concept restera en phase avec des objectifs clairs, l'équipe cherchant à maximiser la performance du groupe propulseur Honda, nous pourrions commencer à voir quelques appendices intéressants ajoutés pour augmenter l'appui.

Prochain article Formule 1
Renault pense pouvoir égaler, voire surpasser Mercedes

Previous article

Renault pense pouvoir égaler, voire surpasser Mercedes

Next article

Le Grand Prix de Russie prolongé jusqu'en 2025

Le Grand Prix de Russie prolongé jusqu'en 2025
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Shop Now
Auteur Matt Somerfield
Type d'article Analyse