Wolff répond aux critiques de Bottas sur sa stratégie

Frustré par le choix de Mercedes de calquer sa stratégie sur celle de son équipier Lewis Hamilton, Valtteri Bottas a remis en cause la décision de l'écurie allemande. Bien qu'il comprenne la déception de son pilote, le directeur Toto Wolff révèle qu'aucune alternative n'était possible.

Wolff répond aux critiques de Bottas sur sa stratégie

Tenu loin de la bagarre mêlant Lewis Hamilton et Max Verstappen pour la victoire à Bahreïn, Valtteri Bottas a terminé l'épreuve à une anonyme troisième position. Le Finlandais s'est consolé malgré tout avec le point du meilleur tour.

Les chances de victoire du pilote finlandais ont été réduites à néant dès l'extinction des feux, sa mauvaise impulsion ayant été punie par le dépassement de Charles Leclerc. Une fois le pilote Ferrari repassé derrière la Flèche d'Argent, l'écart entre Bottas et le leader Verstappen était déjà important. Ainsi, Mercedes a misé sur une stratégie similaire pour ses deux pilotes : faire l'undercut au Néerlandais. Une décision peu appréciée par le détenteur du numéro 77.

"C'est décevant, c'est sûr", soupire-t-il. "C'est une bonne course pour l'équipe car nous avons obtenu des gros points mais de mon côté, au niveau de la stratégie, nous avons fait le choix de la défense au lieu de l'attaque, ce qui m'a surpris. Ce n'est vraiment pas normal. Je pouvais espérer mieux."

Lire aussi :

Interrogé par Motorsport.com concernant les autres stratégies envisageables par Mercedes lors du Grand Prix, le directeur Toto Wolff révèle qu'il n'en existait pas, soulignant le fait que Bottas ait compromis ses propres chances en se faisant dépasser par Leclerc au départ.

"Il n'y avait pas d'autres stratégies possibles", répond Wolff après les commentaires de Bottas. "Nous avons également tenté l'undercut avec Valtteri, je pense que cela aurait pu changer l'issue de sa course. Ce que nous ne voulions pas voir, c'est la perte d'une position au départ. [Bottas] n'a pas pu combler l'écart avec les deux pilotes de tête. Son arrêt au stand a été programmé pour faire l'undercut sur Max et nous aurions probablement réussi sans un problème sur le pistolet de la roue avant droite."

L'Autrichien a également précisé qu'il partageait la frustration de son pilote, celle-ci s'expliquant par une communication limitée entre le cockpit de la Mercedes et le muret des stands, et donc par un manque d'information.

"Je comprends totalement la frustration qui se crée dans la voiture lorsque les informations sont limitées et que l'on se demande s'il est possible de faire autrement", admet Wolff. "Je ne sais pas quelle autre stratégie nous aurions pu mettre en place. Faire un seul arrêt n'était clairement pas possible, les pneumatiques mediums n'auraient pas tenu la distance et les pneus durs ont manqué de performance en milieu d'épreuve. Il n'y avait pas d'autre option disponible."

Propos recueillis par Stuart Codling 

partages
commentaires

Related video

Russell optimiste : Bahreïn était "le pire scénario" pour Williams
Article précédent

Russell optimiste : Bahreïn était "le pire scénario" pour Williams

Article suivant

Mercedes craint un plus gros écart avec Red Bull à Imola et Portimão

Mercedes craint un plus gros écart avec Red Bull à Imola et Portimão
Charger les commentaires