FIA F2
03 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
Événement terminé
C
Hungaroring
17 juil.
-
19 juil.
Essais dans
3 jours
C
Silverstone
31 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
17 jours
C
Silverstone II
07 août
-
09 août
Prochain événement dans
24 jours
C
Barcelone
14 août
-
16 août
Prochain événement dans
31 jours
C
Spa-Francorchamps
28 août
-
30 août
Prochain événement dans
45 jours
C
Monza
04 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
52 jours

Chronique Delétraz - Pas de victoire, mais je rebondirai en 2020

partages
commentaires
Chronique Delétraz - Pas de victoire, mais je rebondirai en 2020
Par :
14 déc. 2019 à 14:45

Louis Delétraz revient sur le dernier meeting de la saison de Formule 2, à Abu Dhabi, et fait le bilan de sa troisième campagne dans l'antichambre de la F1.

Chers lecteurs, en arrivant à Abu Dhabi, je n'étais pas en lice pour le titre, qui était pourtant mon objectif cette saison. Malgré un niveau de performance satisfaisant, de nombreux problèmes techniques m'ont coûté cher, surtout en Course Principale, ce qui conditionne tout le reste du week-end. Je n'étais que dixième du classement général, avec la huitième place dans le viseur ; je n'avais pas grand-chose à perdre et j'ai donc adopté une approche offensive afin de conclure l'année par un bon résultat… et peut-être enfin obtenir ma première victoire dans la discipline ? Celle-ci m'échappait depuis longtemps.

Lire aussi :

Il convient de rappeler que sur le Circuit de Yas Marina, les essais libres et la Course Sprint ont lieu de jour, quand les qualifications et la Course Principale sont en nocturne avec des conditions drastiquement différentes, d'autant que la piste évolue énormément au fur et à mesure qu'elle se gomme.

Les essais libres se sont bien passés avec le cinquième chrono, puis j'ai fait le troisième temps en qualifications, à 0"180 de la pole position. J'étais le plus rapide dans les deux premiers secteurs, mais j'ai subi la dégradation des pneus arrière dans le troisième partiel, avec beaucoup de survirage, et j'ai alors perdu quatre dixièmes sur Sérgio Sette Câmara. Ce dernier a peut-être mieux géré ses pneus au début du tour, ce qui lui a permis de faire la différence par la suite.

Louis Deletraz, Carlin, and Callum Ilott, Sauber Junior Team by Charouz, lead at the start of the race

En Course Principale, j'ai pris un départ canon, contrairement à Sette Câmara ; j'ai fait l'extérieur à Callum Ilott au premier virage et je me suis emparé de la tête de l'épreuve. Mais avec ma stratégie supertendres/tendres, il fallait attendre le sixième tour pour rentrer au stand afin de respecter le règlement ; or, les gommes supertendres avaient déjà du mal à tenir un tour en qualifications. Nous avions parié sur un Safety Car en début de course, car sinon c'est l’autre stratégie qui est plus rapide, mais ce choix n'a pas été couronné de succès : malgré notre rythme de croisière, les pneus se sont très rapidement dégradés.

Lire aussi :

Leader initial, je me suis fait dépasser par mon coéquipier Nobuharu Matsushita et Guanyu Zhou, qui étaient sur la stratégie alternative, mais j'ai maintenu une petite avance sur mes plus proches rivaux, Sette Câmara et Ilott. Après l'arrêt au stand, j'étais très rapide et j'ai creusé un écart de plus de six secondes sur Sette Câmara, mais j'ai ensuite rattrapé un groupe composé de Giuliano Alesi, Nikita Mazepin et Christian Lundgaard, eux aussi sur la stratégie opposée. J'ai doublé Lundgaard et Mazepin, mais je n'ai jamais trouvé l'ouverture sur Alesi et en conséquence, mes pneus avant ont eu du graining et se sont abîmés.

Tout le monde a fini par revenir sur moi, et je me suis retrouvé quatrième sous le drapeau à damier. C'était extrêmement décevant, car j'ai été leader virtuel jusqu'aux quatre derniers tours. Sur le papier, nous n'avions pas la meilleure stratégie, mais ça, on ne le sait qu'après. S'il y avait eu un Safety Car, nous aurions gagné facilement. Au moins, cela fait deux week-ends de suite où nous nous sommes battus pour la victoire en Course Principale.

Louis Deletraz, Carlin

J'étais donc cinquième sur la grille de départ de la Course Sprint et j'ai gagné une place à l'extinction des feux, mais Nicholas Latifi ne m'a pas laissé beaucoup de place à l'extérieur du premier virage et je suis sorti sur l'astroturf. Avec le sable en bord de piste, j'ai perdu de l'adhérence ; Ilott m'a repassé, puis Matsushita m'a doublé et j'ai rétrogradé au sixième rang. J'ai bataillé avec mon équipier dans les premiers tours, mais nous avons accepté un cessez-le-feu afin d'économiser nos pneus avant d'attaquer dans les derniers tours ; entretemps, Sette Câmara nous a dépassés. Finalement, Nobu et moi avons perdu trop de temps, et si je l'ai doublé en fin d'épreuve, je n'ai pu rattraper mon retard sur les autres.

Pour les essais d'après-saison sur le même circuit, j'ai fait les trois jours chez Charouz, équipe avec laquelle j'ai participé à la saison 2018, et qui a bien progressé depuis lors. Même si ce n'était pas l'objectif, nous avons fait le meilleur temps des trois jours ! Nous avons beaucoup travaillé sur les simulations de course, et dès que nous chaussions des pneus neufs, la voiture marchait fort. Elle est différente de la Carlin, dont j'essaie de transférer certains points forts. Je souhaite rester en Formule 2 l'an prochain afin de faire (beaucoup) mieux que ma huitième place de 2019, et ce baquet fait partie des meilleurs encore disponibles.

 

La Formule 1 demeure mon objectif, et j'ai donc renouvelé ma Super Licence pour une deuxième année consécutive. D'un point de vue administratif, rien ne s'oppose à ce que je rejoigne l'élite en 2021. De plus, j'ai travaillé sur le simulateur pour Haas pendant toute la saison, expérience qui a été enrichissante, et je m'attends à ce que cela continue en 2020. En parallèle, je souhaite également nouer des liens avec un constructeur dans un autre championnat, par exemple en Endurance ou en GT, voire en Formule E – je compte participer au Rookie Test de Marrakech. Si tout se passe comme prévu, je n'aurai pas le temps de m'ennuyer.

Merci de m'avoir suivi toute la saison !

A+

Louis

Louis Deletraz, Charouz Racing System

Article suivant
Renault veut perpétuer l'héritage d'Anthoine Hubert

Article précédent

Renault veut perpétuer l'héritage d'Anthoine Hubert

Article suivant

La FIA envisage un système de Super Licence de la F4 à la F2

La FIA envisage un système de Super Licence de la F4 à la F2
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Pilotes Louis Delétraz
Équipes Carlin , Charouz Racing System
Auteur Louis Delétraz