WRC
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto3
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto2
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
37 jours
FIA F2
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
ELMS
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WTCR
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
C
Sepang
13 déc.
-
15 déc.
Prochain événement dans
2 jours

Le Reiter Young Stars, un programme inédit en GT

partages
commentaires
Le Reiter Young Stars, un programme inédit en GT
Par :
8 juin 2016 à 06:00

W.L., Pau - Grâce à un concept inédit, le programme Reiter Young Stars, engagé en GT4 European Series, permet à des jeunes pilotes de gravir les échelons du sport automobile et aux apprenti-ingénieurs de découvrir le monde de la course.

Laura Kraihamer, Jamie Vandenbalck, RYS Team KTM, KTM X-BOW GTR
Lennart Marioneck, Tim Stupple, RYS Team Holinger, KTM X-BOW GTR
Maciej Dreszer, Mads Siljehaug, RYS Team H&A, KTM X-BOW GTR
Laura Kraihamer, Jamie Vandenbalck, RYS Team KTM, KTM X-BOW GTR
Laura Kraihamer, Jamie Vandenbalck, RYS Team KTM, KTM X-BOW GTR
Podium : les deuxièmes Duncan Huisman, Luc Braams, V8 Racing International, Chevrolet Camaro GT4; les vainqueurs Andreas Patzelt, Nicolaj Moller Madsen, PROsport Performance, Porsche Cayman PRO4 GT4; les troisièmes Lennart Marioneck, Tim Stupple, RYS Team Holinger, KTM X-BOW GTR
Marko Helistekangas, Doreen Seidel, RYS Team Pankl, KTM X-BOW GTR
Rebecca Jackson, Thomas Krebs, RYS Team WP, KTM X-BOW GTR
Maciej Dreszer, Mads Siljehaug, RYS Team H&A, KTM X-BOW GTR
Laura Kraihamer, Jamie Vandenbalck, RYS Team KTM, KTM X-BOW GTR
Cameron Twynham, Ed Jones et Chris Vlok

L'équipe Reiter Engineering, bien connue dans les compétitions de Grand Tourisme, a lancé cette saison un programme plutôt atypique et rarement vu en sport automobile.

S'il est désormais monnaie courante d'avoir des programmes visant à détecter et former des jeunes pilotes ou des jeunes ingénieurs dans l'univers de la course automobile, il l'est beaucoup moins de faire participer ces derniers à une véritable compétition internationale au milieu d'écuries semi-professionnelles comme le GT4.

Un programme d'envergure

La filière mise en place par l'écurie allemande se présente sous la forme de huit structures différentes, toutes équipées d'une KTM X-Bow GTR, partagées par deux jeunes pilotes, financées par un sponsor et parrainées par une université européenne.

"Le concept était d'amener des jeunes étudiants sur un circuit avec des jeunes pilotes", explique Hans Reiter, directeur de l'écurie éponyme, double championne d'Allemagne GT3.

Interrogé par Motorsport.com, le patron de l'équipe bavaroise n'hésite pas à comparer son programme avec un autre concept similaire bien connu : "Quand vous faites vos études, vous avez l'option Formula Student. J'avais trouvé la Formula Student très encourageante, très bonne pour les jeunes ingénieurs."

Inventée en Grande-Bretagne en 1998, la Formula Student mobilise déjà des étudiants et apprenti-ingénieurs autour de la création d'une monoplace de compétition."Malheureusement, la Formula Student s'arrête quand la compétition commence", poursuit Reiter. "Parce que vous construisez votre voiture, et quand la voiture est terminée, c'est fini. Vous faites un run, mais vous ne faites pas vraiment un championnat ou beaucoup de courses."

Des étudiants en immersion

Contrairement à la Formula Student, le projet de Hans Reiter est donc de faire venir les étudiants en ingénierie sur de vraies courses de championnats professionnels : "Ça vous donne plus de compréhension sur ce qu'il se passe en piste et pourquoi certaines choses fonctionnent et d'autres non."

"Évidemment, ce serait risqué d'avoir des jeunes étudiants qui, pour la plupart, n'ont jamais vu de course automobile sur circuit, qui s'occupent [seuls] de la voiture. Donc chaque voiture a des mécaniciens et ingénieurs de chez Reiter."

"Ils [les étudiants ingénieurs] sont autorisés a faire des erreurs. Donc même lorsqu'ils pensent que les réglages ne fonctionnent pas, nous les autorisons à les essayer avec les pilotes. Nous n'interférons pas sauf quand ça devient problématique, et nous donnons des conseils sur ce qui pourrait marcher ici [sur les circuits]."

De plus, le programme RYS inclut également d'autres domaines que l’ingénierie. En plus de deux apprentis-ingénieurs, les universités fournissent aussi un étudiant en marketing : "En tant que team manager et étudiant en marketing, on doit un peu gérer l'équipe, s'assurer que tout le monde soit bien là au bon moment, que les pilotes aillent bien aux drivers meetings, des choses comme ça", explique Paul Ruwet, responsable du RYS Team InterNetX, qui engage la voiture N°64 partenaire de l'Université Catholique de Louvain, en Belgique.

Le team,manager doit en effet coordonner l'équipe jusqu'au début de chaque séance. À partir de ce moment, "La balle est dans le camp des pilotes, là, on n'a plus grand chose à faire de notre côté parce que c'est vraiment à eux de donner le meilleur d'eux-mêmes", poursuit Ruwe.

La réduction des coûts, un enjeu crucial

La réduction des coûts d'engagement pour les pilotes est également une des raisons d'être de cette filière : "Ici, nous voulions donner aux jeunes pilotes l'occasion de courir, même s'ils ont besoin de ramener de l'argent. […] Nous avions besoin de trouver le moyen que quelqu'un sans argent puisse trouver cette somme", commente Reiter.

"Nous demandons pour toute la saison 59 000 [Euros]. C'est quelque chose que vous pouvez trouver d'une manière ou d'un autre. Je pense, si vous êtes sérieux et motivé, que vous pourrez trouver cette somme d'argent en demandant aux gens autour de vous, en demandant aux entreprises. C'est, je pense, quelque chose de faisable."

L'écurie bavaroise a également voulu mettre l'accent sur l'apprentissage. Le programme RYS repose sur une formation accrue des pilotes en leur donnant des cours et des instructions : "Quand ils [les pilotes] sortent d'ici, peu importe qu'ils soient rapides ou non. […] Ils savent comment se comporter et savent ce qu'il faut faire et ne pas faire. C'est ce que nous voulons apprendre aux pilotes."

Il existe, en plus du classement général en GT4, une compétition interne entre pilotes au sein de la structure RYS, avec une récompense à la clé : "Évidemment, nous avons un prix pour le meilleur. […] Le meilleur pilote reçoit un financement complet d'une saison en GT3 l'année suivante."

Plus de femmes dans la course

En effet, le meilleur pilote du programme obtient une bourse pour participer au championnat Blancpain Sprint Series. Le prix du meilleur pilote n'est cependant pas forcément décerné au plus rapide, et d'autres paramètres, comme les accidents ou les bons choix de pneus effectués lors des courses, comptent dans le classement final.

Le même prix est décerné à la fois au meilleur pilote masculin, et à la meilleure pilote féminine : "Nous voulions également soutenir les femmes en sport automobile. Ce n'est pas comme du ski ou du football, où les femmes sont désavantagées physiquement."

Actuellement, 5 femmes pilotent à plein temps dans l'écurie RYS, toutes engagées dans un équipage mixte."En sports mécaniques, elles devraient avoir un avantage : leurs poids. Je n'ai jamais vue une pilote féminine de 80 kilos. Elles pèsent aux alentours de 50 kilos, c'est un énorme avantage sur les garçons. […] Je ne vois juste pas pourquoi les femmes ne devraient pas y arriver."

Les explications de Hans Reiter se sont effectivement validées lorsque Anna Rathe et Laura Kraihamer décrochaient les premier et second temps de la première séance d'essais libres du meeting de Pau.

Un modèle économique inédit

Pour financer le programme ainsi que les récompenses, le système mis en place par Hans Reiter fonctionne sur un modèle inédit : "Il est extrêmement difficile de convaincre les gens de donner leur argent en échange d'un autocollant, donc nous avons vendu les voitures aux sponsors."

Les huits entreprises impliquées dans chacune des équipes sont donc propriétaires des voitures. Les entreprises peuvent mêmes"l'utiliser pour des salons, des démonstrations ou des évènements avec les employés".

L'implication des universités, le modèle économique inédit avec les entreprises, la volonté d'insérer plus de femmes en compétition, sont autant de raisons qui font de Reiter Young Stars une filière à part en GT4 European Series, et plus généralement en compétition automobile.

Ce nouveau programme semble plaire au sein du paddock. De l'aveu de Chris Vlok, pilote de la n°64, le programme RYS est "un concept fantastique, c'est ce que dont nous avions besoin en sports mécaniques".

La prochaine manche du championnat GT4 European Series aura lieu les 11 et 12 juin sur le circuit de Silverstone, en Angleterre.

Article suivant
Le renouveau du GT4 européen

Article précédent

Le renouveau du GT4 européen

Article suivant

SRO confirme un championnat de France GT4 en 2017

SRO confirme un championnat de France GT4 en 2017
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries GT4 European Series
Pilotes Chris Vlok
Équipes Reiter Engineering
Auteur William Lagache