Alonso voulait un arrêt de la course quand il était deuxième

partages
commentaires
Alonso voulait un arrêt de la course quand il était deuxième
Par :
28 janv. 2019 à 17:06

Fernando Alonso a reconnu qu'il espérait que le Rolex 24, à Daytona, soit arrêté plusieurs tours avant que le drapeau rouge ne sorte vraiment, même s'il était alors deuxième.

Le double Champion du monde de Formule 1 a joué un rôle crucial pour aller chercher la victoire avec la Cadillac du Wayne Taylor Racing, qu'il partageait avec Renger van der Zande, Jordan Taylor et Kamui Kobayashi, en brillant sous la pluie qui a marqué la deuxième partie de course.

Il s'était construit une avance de 55 secondes le matin avant que la course ne soit arrêtée par un drapeau rouge pour la première fois, et avait tout juste repris la tête de la course à la Cadillac d'Action Express pilotée par Felipe Nasr au moment où la course a été stoppée une deuxième fois, à environ deux heures de son terme, après que Nasr était sorti large au premier virage.

Lire aussi :

"J'ai appelé plusieurs fois, quand j'étais deuxième, à la radio en expliquant qu'un safety car était nécessaire", explique Alonso. "Je pense que les cinq ou sept derniers tours de la course n'étaient corrects pour personne sur la piste. La visibilité était proche de zéro, nous ne pouvions pas être pied au plancher en ligne droite, la voiture bougeait, le contrôle de traction se déclenchait en sixième vitesse, à 320 km/h, il y avait des pièces de différentes voitures sur différentes parties de la piste, car des pilotes perdaient des pièces de carrosserie ici et là."

"J'appelais l'équipe pour qu'une voiture de sécurité sorte immédiatement car je ne pouvais rien voir. Felipe est allé un peu au large dans le premier virage, nous avons pris la tête. Nous avons juste été chanceux à ce moment. Je pense que les conditions étaient déjà suffisantes pour que la course soit arrêtée sept tours avant que ça ne soit vraiment fait, et à ce moment-là, nous étions seconds."

Le troisième relais d'Alonso expliqué

Alonso et Taylor ont accompli les plus longs relais pendant la course, pilotant chacun environ sept heures, l'Espagnol étant revenu au volant une troisième fois pour la fin de l'épreuve. Taylor a expliqué que la décision de renvoyer Alonso au volant a été prise par l'équipage au complet, et était basée sur les connaissances des conditions de piste de l'Espagnol.

"Nous savions que ce serait mouillé en fin de course, et Fernando était le seul [autre] à avoir piloté sous la pluie", a expliqué Taylor. "Il fallait simplement respecter le timing du moment où on le remettrait au volant avec la règle des quatre heures, puisque l'on ne peut piloter que quatre heures toutes les six heures."

Lire aussi :

"C'était à l'équipe et à nous [pilotes] d'en discuter et de voir qui était le plus à l'aise et le plus confiant. Fernando était celui qui avait piloté sur piste mouillée et était le plus à l'aise et le plus confiant, donc nous avons pris cette décision avec six ou sept heures restantes."

Alonso ajoute : "Mon deuxième relais s'est déroulé au moment où il s'est mis à pleuvoir, donc je connaissais les conditions, je savais où était l'eau stagnante en piste, mais je n'aurais pas pu piloter jusqu'à la fin. Un autre pilote devait prendre le volant à ce moment pour que je puisse me reposer deux heures, et Jordan a beaucoup d'expérience ici à Daytona, il connaissait aussi la piste dans ces conditions, donc l'équipe a décidé que Jordan et moi allions disputer la dernière [partie de course]."

Article suivant
Les plus belles photos des 24 Heures de Daytona

Article précédent

Les plus belles photos des 24 Heures de Daytona

Article suivant

Maldonado à Daytona, une première victoire "spéciale" en Endurance

Maldonado à Daytona, une première victoire "spéciale" en Endurance
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries IMSA
Événement 24 Heures de Daytona
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Auteur Jamie Klein
Be first to get
breaking news