Kobayashi - Hülkenberg a prouvé que l'on ne pensait pas qu'à la F1

Au départ des 24 Heures du Mans cette année avec Toyota, le pilote japonais assure que les pilotes qui ne rêvent pas seulement de F1 sont très nombreux.

Kobayashi - Hülkenberg a prouvé que l'on ne pensait pas qu'à la F1
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi, Alexander Wurz
Kamui Kobayashi, Toyota Racing
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi, Alexander Wurz
Kamui Kobayashi, Kazuki Nakajima, Toyota Racing
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi, Alexander Wurz, #78 KCMG Porsche 911 RSR: Christian Ried, Wolf Henzler, Joel Camathias
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi, Alexander Wurz
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
Kamui Kobayashi, Toyota Racing
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
Kamui Kobayashi, Kazuki Nakajima, Toyota Racing
Podium LMP1 : les vainqueurs, Porsche Team : Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber
Fernando Alonso, McLaren

B.D., Le Mans - Réserviste l’an passé chez Toyota, Kamui Kobayashi s’apprête à disputer les 24 Heures du Mans dans la catégorie LMP1 pour la première fois de sa carrière. Le Japonais a pris la place d’Alexander Wurz, parti à la retraite, pour épauler Stéphane Sarrazin et Mike Conway au volant de la TS050 Hybrid n°6. 

À 29 ans, ce n’est toutefois pas une première au Mans pour lui, qui avait déjà pris le départ en GTE lors de l’édition 2013. Toutefois, l’enjeu est autrement plus grand aujourd’hui, alors que Toyota a énormément travaillé pour développer un nouveau prototype et jouer la victoire finale. 

"Ma première course en LMP1 à Silverstone était bonne, avec une deuxième place à l’arrivée", explique Kobayashi à Motorsport.com. "À Spa, c’était vraiment une bonne performance, mais en raison de notre accident, nous avons eu des problèmes moteur, c’est dommage. Mais nous étions assez confiants, car je crois que nous avons montré la performance de la voiture. Alors je pense que nous arrivons ici [au Mans] avec beaucoup de confiance."

Pour espérer l’emporter la semaine prochaine, la Japonais rappelle qu’il faudra "ne pas avoir d’accident, ne pas faire d’erreur ; c’est le plus important". Sur le plan technique, la gestion des pneumatiques sera l’une des nombreuses clés. Celle-ci avait plutôt souri à Toyota à Spa avant ses déboires, mais le choix de pneus de l’équipe japonaise était très différent de celui d’Audi et Porsche. 

"Pour les pneus, je pense que ça dépend de la température", souligne Kobayashi. "On ne connaît jamais la température deux semaines avant. Ça peut être différent, alors nous verrons. Notre point fort ? Je ne sais pas. Nous verrons après les essais ou après la course. Pour moi, nous avons le mieux qu’il est possible d’avoir pour le moment."

L'ouverture d'esprit des pilotes

En marge de sa présence en Endurance cette année, Kobayashi évolue en Super Formula. Une discipline où il retrouve notamment Stoffel Vandoorne, pilote de réserve de McLaren en Formule 1, et où le niveau est extrêmement relevé malgré le faible intérêt qui peut être porté à la discipline en dehors de l’Asie.

"La compétition est vraiment élevée", assure-t-il. "Je veux demander à Fernando [Alonso] de venir et de courir. Il serait surpris de voir à quel point c’est compétitif."

Passé par la Formule 1 avec Toyota, Sauber et Caterham, Kobayashi ne regarde plus vers la catégorie reine. Alors que les 24 Heures du Mans se dérouleront cette année le même week-end que le Grand Prix d’Europe, il revient sur la volonté de certains pilotes de venir au Mans, comme a pu le faire Nico Hülkenberg avec succès l’année passée. Une preuve que la F1 n’est pas la seule chose qui compte pour les pilotes, selon lui. 

"Je crois que nous sommes plus ouverts d’esprit", assure-t-il. "Je pense que tout le monde peut demander à Fernando [Alonso]. Qu’est-ce qu’il recherche pour après la Formule 1 ? Je crois qu’il a mentionné plusieurs fois des catégories complètement différentes. je crois qu’en fait, les médias se focalisent sur la Formule 1. C’est le problème."

"Les pilotes sont ouverts. Pourquoi Nico [Hülkenberg] a-t-il fait du LMP1 en même temps que la F1 ? Pourquoi ? Parce que sa passion, c’est de faire la course, la passion de participer à une grande épreuve. Je pense que les médias pensent seulement que la Formule 1 est ce qu’il y a de mieux. Il y a bien sûr beaucoup d’argent, beaucoup de jolies filles, peut-être."

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

partages
commentaires
Gommendy explique Eurasia, étonnant projet cosmopolite !

Article précédent

Gommendy explique Eurasia, étonnant projet cosmopolite !

Article suivant

Le Mans 1966 - Les souvenirs de Chris Amon avec Ford et Bruce McLaren

Le Mans 1966 - Les souvenirs de Chris Amon avec Ford et Bruce McLaren
Charger les commentaires