Les équipes comptent sur Ducati pour faire grandir le MotoE

Selon plusieurs équipes impliquées, l'arrivée de Ducati en MotoE va renforcer le championnat. En pleine expansion, la catégorie compte sur une moto plus performante en 2023, une fois le changement opéré.

Les équipes comptent sur Ducati pour faire grandir le MotoE

Le MotoE continue son expansion. Energica, qui fournit les machines à l'ensemble du plateau, cédera sa place à Ducati à partir de la saison 2023, la cinquième de l'histoire du championnat de motos électriques. Les équipes engagées sentent un intérêt de plus en plus fort, renforcé par l'arrivée d'un grand constructeur comme Ducati.

Pour Pablo Nieto, le MotoE pourrait changer de dimension grâce au constructeur de Borgo Panigale et à sa notoriété grand public. "Je pense que c'est important pour le championnat qu'un constructeur comme Ducati rejoigne le MotoE", a souligné le team manager de VR46, qui fera rouler des Desmosedici en MotoGP l'an prochain. "J'en suis très heureux et je pense qu'ils feront du très bon travail. Je suis très intéressé à l'idée de voir la moto, je veux voir une MotoE faite par Ducati."

La Coupe du monde MotoE réunit des équipes déjà impliquées dans les Grands Prix, parmi lesquelles le team Petronas SRT. La structure malaisienne évolue aujourd'hui dans cette catégorie ainsi que dans les trois du Championnat du monde mais ses principaux partenaires, le pétrolier Petronas et le circuit de Sepang, vont se désengager en fin d'année. L'équipe, renommée RNF, sera contrainte de réduire la voilure et elle va ainsi quitter le Moto2 et le Moto3, mais pas le MotoE, devenu important pour ses partenaires et capable de séduire une marque du calibre de Ducati.

"Je pense que le MotoE a eu une bonne exposition ces trois dernières années et je suis excité par cette récente annonce", a déclaré Razlan Razali, patron de SRT/RNF. "Nous avons confirmé notre engagement pour l'année prochaine. Et c'est aussi quelque chose que souhaitent nos sponsors actuels, d'être impliqués dans l'électromobilité."

Hikari Okubo, Avant Ajo MotoE

Le championnat devrait déjà gagner en exposition l'an prochain, un an avant l'arrivée du constructeur italien. Le MotoE n'a pas le statut de Championnat du monde et n'accompagne pas le MotoGP sur tous ses rendez-vous, contrairement au Moto2 et au Moto3, mais le nombre de courses va augmenter, une évolution saluée par Hervé Poncharal.

"Ce qui est bien avec le MotoE, c'est que cette année nous avons eu sept courses et nous en aurons 14 en 2022, le nombre de courses sera donc doublé, nous aurons beaucoup plus de télévision : je crois que tous les essais et les courses seront retransmis à la télévision, ce qui sera d'une grande aide", se réjouit le patron de Tech3, également impliqué dans la catégorie. "Nous pouvons clairement voir que le MotoE est de plus en plus une catégorie à part entière dans notre championnat, et je pense que c'est le meilleur message que nous pouvons transmettre au monde actuellement."

Poncharal espère une moto "plus rapide, plus légère et plus compétitive"

Ce n'est pas que pour cette exposition grandissante que Ducati s'est impliqué en MotoE. Claudio Domenicali, PDG de la marque, a plusieurs fois déploré la faible autonomie des motos électriques et son arrivée coïncidera avec une nouvelle machine plus puissante et capable de parcourir plus de kilomètres. Ducati appartient à Audi, ce qui en fait une filiale du groupe Volkswagen, aux capacités de recherche et développement immenses, et ce critère est très important pour l'évolution de la mobilité sur deux roues, qui suit souvent les évolutions apparaissant dans le secteur automobile.

"Il est clair que la technologie de l'électromobilité s'améliore beaucoup", souligne un Poncharal déjà impressionné par l'évolution des machines : "Le monde entier a commencé il y a quelques années en n'ayant presque aucune connaissance et nous avons pu voir que, chaque année, le poids se réduit et l'autonomie augmente. Les industries de l'automobile et de la moto sont toutes les deux très investies dans cette technologie. Il est clair que la nouvelle moto qui a été désignée par la Dorna suivra les toutes dernières recherches, nous savons que cette marque fait partie d'un grand groupe automobile."

Jordi Torres, Pons Racing 40

"La moto que nous utilisons actuellement est un concept qui a six ou sept ans alors que le concept que nous aurons en 2023 sera développé en 2022, comme l'a dit Domenicali, et nous pouvons donc clairement espérer une moto plus rapide, plus légère et plus compétitive, et ce sans rien dire de spécial concernant les deux constructeurs qui étaient impliqués."

Le MotoE étant un championnat monomarque, la Dorna est en charge des contrats avec les fournisseurs comme Ducati. Les équipes n'auront donc pas de lien direct avec le firme italienne, si ce n'est pour la fourniture de pièces détachées. Partenaire historique de Honda en MotoGP, Lucio Cecchinello se réjouit néanmoins de voir un acteur si important rejoindre la catégorie.

"Bien sûr, nous sommes heureux et ravis que la Dorna ait conclu cet accord avec Ducati et nous pensons que c'est quelque chose que nous devons respecter parce que c'est la Dorna qui nous fournit la moto", a rappelé le patron du team LCR, lui aussi présent en MotoE. "Ceci étant dit, notre relation sera exclusivement avec Dorna, c'est Dorna qui fournit la moto, et nous serons des clients de Ducati simplement pour acheter les pièces détachées."

"Cela dit, c'est incroyable de voir comment la catégorie se développe, donc nous sommes très excités en vue de 2022, pour la dernière année avec Energica, et nous verrons ce qui se passe à partir de 2023."

Lire aussi :

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Le MotoE a été une "rampe de lancement" pour la moto électrique
Article précédent

Le MotoE a été une "rampe de lancement" pour la moto électrique

Charger les commentaires