Álex Rins agréablement surpris par son retour de blessure

Deux semaines après avoir été opéré d'une fracture au poignet droit, Álex Rins a réussi à boucler une première journée positive au Sachsenring.

Álex Rins agréablement surpris par son retour de blessure

Contre toute attente, Álex Rins s'est montré le plus rapide des pilotes Suzuki vendredi, lors de la première journée d'essais libres du Grand Prix d'Allemagne. Opéré deux semaines plus tôt d'une fracture du radius distal, au niveau du poignet de la main droite, le pilote espagnol pouvait craindre douleur et gêne dans l'utilisation de sa poignée de gaz ou de son frein, mais la journée s'est finalement déroulée mieux que ce qu'il avait imaginé.

"Ça m'a surpris parce qu'on termine quatrième", a-t-il admis après avoir bouclé les EL2 dans le quarté de tête et précédemment signé le septième temps des EL1. "En termes de douleurs, c'est ce à quoi je m'attendais, mais en ce qui concerne ma position c'est mieux. Au final, 15 jours se sont écoulés après l'opération, alors c'est un assez bon niveau. J'ai regardé le rythme de chacun et, même si on ne semble pas avoir celui d'Oliveira, Márquez ou Nakagami, on est là, peut-être à deux ou trois dixièmes."

"Je ne me sens pas trop mal avec mon bras", a-t-il expliqué auprès du site officiel du MotoGP. "J'ai juste un peu mal à la main dans le virage 3, qui est un très long virage à droite suivi par un changement de direction, et aussi dans les freinages pour les virages 1 et 12. Peut-être que le fait qu'il y ait beaucoup de virages à gauche m'aide à moins solliciter ma main, mais d'un autre côté c'est la seule main qu'on utilise en MotoGP, avec l'accélérateur et le frein."

Vendredi, Álex Rins n'a pas pris d'antidouleurs avant ou pendant chacune des deux séances au programme, et il pu boucler 42 tours, soit quasiment autant que son coéquipier, Joan Mir, qui s'est quant à lui classé 16e. "Je suis plutôt content parce que si on exclut la douleur, j'ai pu boucler le programme et tester plusieurs gommes et plusieurs réglages", se félicitait Rins vendredi soir.

Il envisageait toutefois une aide médicamenteuse pour la nuit et devrait également prendre des antidouleurs ce samedi "pour réduire cette douleur et arriver à la course plus préparé". Quant à son programme, il devrait se poursuivre normalement. "Je ne vais pas essayer de long run [samedi], on va suivre le même plan que sur les autres circuits. Ici, la course compte 30 tours, alors on verra comment ça se passe."

Pourra-t-il aller au bout de la course ? "J'espère", répondait-il vendredi soir. "C'est sûr que c'est une longue course. Avant le départ il faut que je voie avec mon médecin si je peux prendre un antidouleur, mais [je pense que] je vais le prendre parce que ce n'est pas une piste facile. Il y a beaucoup de virages à gauche, et c'est peut-être bien pour ma blessure à droite, mais c'est comme du karting, on ne peut pas respirer. La ligne droite principale est un peu courte, avec du dénivelé, et l'autre ligne droite qu'on a est en descente, il faut pousser la moto pour qu'elle ne bouge pas trop à l'arrière, donc ça n'est pas une piste facile."

Lire aussi :

partages
commentaires
GP d'Allemagne - Programme et guide d'avant-course
Article précédent

GP d'Allemagne - Programme et guide d'avant-course

Article suivant

EL3 - Quartararo en tête d'une séance mouvementée

EL3 - Quartararo en tête d'une séance mouvementée
Charger les commentaires