MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
18 sept.
EL4 dans
02 Heures
:
06 Minutes
:
23 Secondes
09 oct.
Prochain événement dans
19 jours
16 oct.
Prochain événement dans
26 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
33 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
47 jours
13 nov.
Prochain événement dans
54 jours
20 nov.
Prochain événement dans
61 jours

La fiabilité de l'Aprilia toujours en question après la reprise

partages
commentaires
La fiabilité de l'Aprilia toujours en question après la reprise
Par :

La nouvelle Aprilia a confirmé mercredi, lors des essais de reprise du MotoGP, son potentiel, mais aussi sa fragilité. Qu'en sera-t-il dimanche lors du Grand Prix d'Espagne ?

Une fuite d'huile sur la moto d'Aleix Espargaró a été à l'origine de la chute de deux pilotes au cours du test de mercredi, ainsi que d'une longue interruption. Le pilote espagnol a mis ce problème sur le compte de la nécessité de pousser la nouvelle RS-GP dans ses retranchements à un horaire tactique, celui de la première course de l'année dont le départ sera donné dimanche.

"Malheureusement, on n'a eu que peu de temps pour pousser le moteur au maximum de son potentiel. C'était la journée pour essayer cela et nous avons eu quelques soucis", concédait-il au terme des essais, mercredi. "Dans la dernière partie de la seconde séance, avec la deuxième moto, ça allait mieux, mais avec l'autre moto nous avons eu des problèmes à la fois le matin et l'après-midi. Ce qui s'est passé semble clair et j'espère que ça n'arrivera plus."

Lire aussi :

En février, déjà, lorsque la version 2020 de l'Aprilia a été confiée aux pilotes, des problèmes de fiabilité étaient venus obscurcir le bilan très prometteur que dressait l'équipe au vu de performances en net progrès. Aujourd'hui, alors que la compétition est enfin sur le point de débuter, Espargaró doit se résoudre à se présenter sur la première course avec une moto qui n'a, dit-il, pas évolué au cours des quatre derniers mois.

"Malheureusement, la moto est la même. Comme vous le savez, tout le monde a eu des difficultés pendant la période de confinement lié au coronavirus, et un des endroits les plus touchés a été l'Italie. Chez Aprilia, nous avons eu beaucoup de difficultés et nous n'avons pas pu continuer autant que nous l'espérions après le Qatar", explique-t-il.

"Quand le Qatar a été annulé, nous nous sommes dit que ça n'était peut-être pas si mal et que nous pourrions peut-être continuer à travailler un peu, mais malheureusement les choses ont beaucoup changé au cours des deux semaines suivantes et nous n'avons pas été en mesure de travailler. J'espère que pour les prochaines courses, nous pourrons en obtenir un peu plus de la part du moteur, puis progresser aussi en vue de 2021", précise le pilote espagnol, tout en sachant que les moteurs sont désormais scellés et ne pourront évoluer, dans le cas d'une équipe bénéficiant des concessions réglementaires, qu'une fois la saison 2021 lancée.

Dimanche, il faudra tenir 25 tours

Ces derniers tests réalisés mercredi en préambule du Grand Prix d'Espagne s'inscrivaient donc dans la continuité directe de ceux qui ont eu lieu en février et qui avaient laissé Espargaró dithyrambique. "Je me suis senti bien", assure-t-il, sixième de la journée. "Je n'étais pas très rapide sur un tour rapide mais je pense qu'avec le rythme que nous avons montré l'après-midi avec le pneu arrière, pendant 20 tours et à la même heure que sera la course dimanche, nous étions assez forts pour nous battre avec les meilleurs."

"Je pense que nous n'avons pas encore exploité tout le potentiel du moteur, nous avons été assez cool lors de la seconde partie de journée, donc je me suis globalement senti bien. C'est un début prometteur car ce n'est jamais simple à Jerez, et on semble aussi rapides qu'on l'était au Qatar et en Malaisie."

Lire aussi :

Très souvent aperçu parmi les premières positions du classement durant ces essais, Espargaró avait pour mission principale d'évaluer les performances pures de la RS-GP et de la pousser, tandis que Bradley Smith s'est concentré sur la distance. Aux dires de l'Anglais, la prudence doit être de mise chez Aprilia en vue des 25 tours qu'il va falloir réussir à boucler dimanche dans la chaleur.

"On n'a pas pu faire autant de tours que prévu, on s'est juste assuré que tout fonctionnait comme on le voulait et on a fait particulièrement attention et pris des précautions pour être prêts pour le week-end de course. En général, on a coché toutes les cases dont on avait besoin", explique Smith. "J'étais plus sur un programme de longs runs aujourd'hui et Aleix sur la performance, juste pour extraire le maximum et obtenir le plus de données techniques qu'on pouvait avant de tout réunir afin de faire le meilleur week-end possible."

La question que beaucoup se posent est : l'Aprilia tiendra-t-elle ? "On ne le saura pas avant dimanche, car c'est là qu'il faudra enchaîner 25 tours sans pause, mais avec les runs de huit tours qu'on a pu faire, on peut en quelque sorte calculer la tendance générale et on est actuellement dans les limites de notre tolérance", répond l'Anglais, prudent. "On ne le saura pas vraiment tant qu'on ne se lancera pas dimanche, alors c'est toujours un point d'interrogation pour nous, mais après cette journée les gars vont pouvoir tout analyser. Jusqu'ici, tout va bien, disons."

Avec Emmanuel Touzot  

Crutchlow surpris par le recrutement d'Espargaró au vu de son palmarès

Article précédent

Crutchlow surpris par le recrutement d'Espargaró au vu de son palmarès

Article suivant

"Aucune douleur étrange" pour Dovizioso, de retour de blessure

"Aucune douleur étrange" pour Dovizioso, de retour de blessure
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Catégorie Tests mercredi
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Aleix Espargaró Villà , Bradley Smith
Équipes Aprilia Racing Team Gresini
Auteur Léna Buffa