Dégringolade, remontée et erreur : Miller espérait "un peu plus"

Jack Miller aurait préféré un GP de Valence au déroulement plus favorable mais l'Australien se satisfait de conclure la saison sur le podium, comme les deux dernières années.

Dégringolade, remontée et erreur : Miller espérait "un peu plus"

Jack Miller a décroché son deuxième podium consécutif et contribué au triplé historique de Ducati au Grand Prix de Valence, en se classant à la troisième position. Mais alors que Pecco Bagnaia et Jorge Martín ont passé l'essentiel de l'épreuve aux deux premières positions, Miller a connu une course en dents de scie et a dû se battre pour recoller au duo de tête.

"J'aurais vraiment aimé faire un peu mieux", a expliqué le pilote Ducati au site officiel du MotoGP, déplorant une gestion des pneus "à la limite". Miller pense que sa tentative de prendre la tête en début d'épreuve a déterminé son résultat final : il était troisième sur la grille et a doublé Bagnaia au départ puis pris l'avantage sur le poleman Martín dès le deuxième tour, mais le Madrilène est repassé devant un virage plus loin.

Miller a alors commencé à dégringoler dans le classement, perdant quatre positions en autant de tours, au profit de Joan Mir, Bagnaia, Álex Rins et Fabio Quartararo. "J'ai essayé de doubler Jorge, je l'ai fait au premier virage mais il est repassé devant au virage 2 et c'était comme un effet domino. Dès qu'on est un peu interrompu, c'est bang, bang, bang, trois ou quatre motos m'ont doublé, surtout les Suzuki. Ils ont plongé parce qu'ils arrivent à très bien tourner et qu'ils avaient beaucoup de grip à ce stade. J'ai dû faire un reset."

Miller a réussi à reprendre l'avantage sur Quartararo puis Mir et a profité de la chute d'Álex Rins, avant de revenir sur Jorge Martín en fin d'épreuve. Il n'a pas pu le doubler et a donc franchi la ligne d'arrivée à la troisième place : "J'aurais peut-être pu être plus agressif vers la fin de la course mais je voulais vraiment finir aujourd'hui, je voulais être sur le podium."

Le dépassement de Jack Miller sur Jorge Martín

Le dépassement de Jack Miller sur Jorge Martín

"Je dirais que je me sentais un peu vulnérable parce que je voulais vraiment bien gérer la sortie du virage 1 et le virage 3, en économisant le pneu", a ajouté Miller en conférence ce presse. "Je me souviens avoir vu Marc [Márquez] ici, il y avait deux endroits où il était très lent en piste et où je pouvais le rattraper. Mais plus tard dans la course, il y avait deux endroits où il était incroyablement rapide. Donc j'ai essayé de penser au long cours mais ça ne m'a pas aidé d'avoir perdu des places en début de course. J'ai dû remonter. OK, j'ai été chanceux avec la chute d'Álex, mais je me sentais vraiment bon."

Miller a oublié d'activer le variateur de hauteur

Jack Miller a été privé d'un véritable duel avec Jorge Martín en partie à cause d'un oubli de sa part, l'activation du holeshot device, mésaventure qu'il a décrite avec l'humour qu'on lui connaît : "J'étais très proche de Jorge mais le dernier virage a été vraiment délicat toute la course, et en cherchant à avoir la bonne vitesse et une bonne sortie, j'ai oublié d'appuyer sur le bouton du variateur de hauteur à l'arrière. Je suis sorti, c'est parti en wheelie, c'était encore en wheelie sur le quatrième rapport et je me suis dit 'Qu'est-ce qui se passe ?'"

"Puis je me suis dit 'Idiot !', c'est redescendu quand j'ai appuyé sur le bouton [mais] j'étais presque au freinage. Je me suis dit que c'était inutile et Jorge avait une petite avance, donc je n'avais aucun endroit où l'attaquer. Il y a trois endroits 'sûrs' pour doubler avec une MotoGP ici : plus ou moins le premier virage, le virage 2 et le virage 3, et je n'étais pas en position d'attaquer dans le dernier tour."

Le résultat final reste très bon pour Jack Miller puisqu'il conclut le championnat sur un podium, comme les deux dernières années. Il attribue cette nouvelle habitude à l'ambiance de fin de saison, quand il sait qu'il n'est plus loin de retrouver son Australie natale : "J'ai pris du plaisir, j'ai encore bien fini la saison. Je pense qu'il faut que je rentre chez moi toutes les deux semaines pour garder la motivation parce qu'une nouvelle fois, j'ai l'impression d'être plus léger quand la fin d'année approche, quand je sais que je vais vite être chez moi."

Lire aussi :

partages
commentaires
La très grosse émotion de Danilo Petrucci pour ses adieux au MotoGP
Article précédent

La très grosse émotion de Danilo Petrucci pour ses adieux au MotoGP

Article suivant

Photos - Les casques de la VR46 Academy en hommage à Rossi

Photos - Les casques de la VR46 Academy en hommage à Rossi
Charger les commentaires