MotoGP
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

Dovizioso déçu : "On ne vit pas pour les records, on veut gagner"

partages
commentaires
Dovizioso déçu : "On ne vit pas pour les records, on veut gagner"
Par :
20 oct. 2019 à 09:40

Le pilote Ducati a beau avoir réalisé une fin de course époustouflante qui lui a valu de monter sur le podium, il est déçu de son manque de performance dans les premiers tours du GP du Japon.

Andrea Dovizioso a retrouvé le podium lors du Grand Prix du Japon, un résultat qu'il obtient pour la 100e fois dans le Championnat du monde ! Et pourtant, le pilote Ducati avait la moue des mauvais jours à l'arrivée de la course, déçu par son manque de compétitivité dans les premiers tours. Bien qu'il ait réalisé une fin d'épreuve impressionnante, son perfectionnisme l'a poussé à d'abord s'agacer pour ce qui lui a manqué. "C'est un chiffre important", concède Dovizioso au sujet de son 100e podium, "mais c'est vrai qu'on ne vit pas pour les records. On veut gagner, c'est ça le truc, alors je suis un peu déçu."

"Je suis déçu de la première moitié de la course, parce que quand le grip était bon je n'ai pas pu être aussi rapide que mes adversaires. Ça n'est pas bien, je perdais trop de secondes", explique le pilote Ducati auprès du site officiel MotoGP. "Je perdais trop en milieu de virage, je n'arrivais pas à être plus rapide que Morbidelli. Tour après tour, le pneu s'est dégradé et dans cette situation ma moto fonctionnait de mieux en mieux, j'ai pu mieux freiner et mes temps se sont améliorés. Je suis donc très content de la dernière partie de la course, les chronos ont été bons. Mais on n'est pas rapides quand le grip est bon et c'est quelque chose qu'il faut qu'on analyse et qu'on étudie, parce qu'en essais comme au début de la course on a eu du mal à être au top."

Lire aussi :

Malgré le temps perdu dans les premiers tours, Dovizioso a effectivement brillé dans la phase finale, lui qui a mené la bagarre la plus mordante de cette épreuve. Après avoir pris l'avantage sur un Jack Miller en perdition peu avant la mi-course, il a dépossédé Franco Morbidelli du la troisième place et a longuement résiste à un Maverick Viñales lui aussi plus compétitif dans les derniers tours. Bien qu'en désavantage dans les virages face à la Yamaha, il a mis à profit la meilleure accélération de sa Ducati.

"Je n'étais pas sûr de ce qu'était la meilleure stratégie à appliquer parce que je n'ai jamais vu Maverick pendant la course, mais j'entendais facilement qu'il était beaucoup plus rapide en milieu de virage. Il a souvent essayé de me dépasser, mais peut-être qu'il n'était pas très agressif et il ne m'a pas arrêté. J'ai essayé de fermer les portes, de l'arrêter en milieu de virage et de mieux accélérer", explique-t-il.

Des freinages "stupides" pour attaquer Quartararo 

Dovizioso lui a non seulement tenu tête, mais il a également réussi à soudainement combler son retard sur Fabio Quartararo dont il a menacé la deuxième place, pour finalement passer la ligne d'arrivée à moins d'une demi-seconde du Français. "Mes sensations à la fin de la course ont été géniales. J'ai pris beaucoup de risques sur les freinages, parce que j'ai vu Fabio en difficulté avec son pneu arrière, mais ça a été un peu court !" sourit le pilote Ducati, qui avait choisi un pneu arrière medium alors que le Français avait un soft.

L'Italien admet toutefois que ce temps comblé dans les derniers instants est imputable à une attaque au-delà de la limite. "J'ai joué [avec la cartographie], parce que tout le monde était à la limite, mais je n'ai pas été plus rapide pour cette raison, uniquement parce que j'ai pris trop de risques et que… j'ai freiné comme un pilote stupide. J'ai trop souvent bloqué l'avant, mais j'ai vu que Fabio était vraiment en difficulté."

"C'était mon point fort pendant la course, par rapport à tous les autres mes freinages étaient très bons, surtout au virage 11, et j'ai pu récupérer beaucoup de terrain. J'ai donc poussé à ces endroits et j'ai réussi à être fluide. Pendant la course, même au début quand je n'étais pas rapide, je suis resté calme et j'ai toujours piloté de manière fluide, alors à la fin quand la moto a un peu mieux fonctionné, j'ai pu être plus rapide. C'est pour cette raison."

Lire aussi :

"Ça a été une course un peu étrange", résume Andrea Dovizioso, qui a comme ses adversaires dû se baser sur un temps de piste limité sur le sec pour faire ses choix. "On avait beaucoup des points d'interrogation avant la course : le choix des pneus, les réglages… Et puis au warm-up je ne me suis pas senti bien, alors je n'étais pas très confiant de pouvoir faire ce type de course. Je suis donc content de cela, d'autant que l'écart n'est pas très grand à la fin de la course."

Le top 5 de la course :

P. # Pilotes Moto Temps Ecart
1 93 Spain Marc Márquez Alentà
Honda 42'41.492
2 20 France Fabio Quartararo
Yamaha 42'42.362 00.870
3 4 Italy Andrea Dovizioso
Ducati 42'42.817 01.325
4 12 Spain Maverick Viñales Ruiz
Yamaha 42'44.100 02.608
5 35 United Kingdom Cal Crutchlow
Honda 42'50.632 09.140

Article suivant
Márquez vainqueur malgré une alerte au niveau de l'essence

Article précédent

Márquez vainqueur malgré une alerte au niveau de l'essence

Article suivant

Miller à la dérive sans grip arrière

Miller à la dérive sans grip arrière
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Catégorie Course
Lieu Twin Ring Motegi
Pilotes Andrea Dovizioso Boutique
Équipes Ducati Corse Boutique
Auteur Léna Buffa