Quartararo : Miller est le "héros du jour" après un spectaculaire sauvetage

Jack Miller s'est fait une nouvelle frayeur avec une cabriole en qualifications au GP de Doha, qui a impressionné Fabio Quartararo, alors juste derrière lui. Les deux pilotes Ducati factory ne sont pas pleinement satisfaits de leur deuxième ligne mais ils sont optimistes pour la course.

Quartararo : Miller est le "héros du jour" après un spectaculaire sauvetage

Jack Miller s'est qualifié à la quatrième place du Grand Prix de Doha, une position de mieux que la semaine dernière lors du premier week-end de la saison, mais sa séance a failli se terminer bien plus mal. Après avoir rattrapé un spectaculaire highside en EL2 vendredi, le pilote Ducati a connu une mésaventure similaire en Q2, à la différence qu'elle étant encore plus dangereuse. Il a pourtant réussi à faire un bon chrono dans le tour suivant cet incident, qui n'a pas été diffusé durant la séance.

"Je suis content de la quatrième place, mais je me suis encore fait une énorme frayeur", a expliqué Miller. "C'était probablement encore plus gros que [vendredi], au virage 3. Fabio [Quartararo] l'a vraiment vu en direct, et j'ai failli ne pas avoir de deuxième tour parce qu'il restait peu de temps. Quand [ce dernier tour] a débuté, j'ai été calme. Le grip arrière n'était pas fantastique dans la soirée, c'est pour ça que j'étais mécontent, à cause de cette frayeur et parce que je n'ai pas attaqué et fait d'aussi bons tours qu'au début."

Aux premières loges pour assister à la figure de Miller, Fabio Quartararo a surtout été impressionné par le sauvetage réalisé par l'Australien : "Je pense que c'est le plus gros rattrapage que j'ai vu en MotoGP", a estimé le pilote Yamaha. "Quand j'ai vu qu'il avait amélioré son tour après, je me suis dit, pour être poli, qu'il avait de grosses couilles ! À mes yeux, c'est incroyable de pouvoir oublier ça et faire un tour. Pour moi, il est le héros du jour parce qu'il est passé très près d'une grosse chute. C'était très effrayant derrière lui."

"[Vendredi], ce n'était rien par rapport à ce qu'il a eu [en Q2]. [Vendredi], c'était juste une frayeur. Cette fois, c'était trois ou quatre fois plus long et trois ou quatre fois plus rapide. C'est dommage que ça n'ait pas été diffusé parce que je pense que c'est le plus beau sauvetage que j'ai jamais vu."

Lire aussi :

Une fois cette chute évitée, Miller a pu assurer sa qualification en deuxième ligne et même s'il n'est que le troisième meilleur pilote Ducati sur la grille, les représentants du team Pramac ayant réalisé un doublé, il reste satisfait de ce résultat qui devrait lui permettre d'éviter de mener la course, la position de leader étant crainte par plusieurs pilotes car elle ne permet pas d'adopter le rythme nécessaire pour préserver la gomme arrière.

"Ça ne m'affecte pas trop d'être là. Oui, il y a plus de Ducati autour de nous [que la semaine dernière] mais mes départs sont quand même bons et je ne veux pas vraiment mener la course au début, donc on va juste essayer de suivre le même plan que la semaine dernière, mais de l'exécuter proprement cette fois."

Miller a en effet dégringolé dans le classement au GP du Qatar en raison d'une vibration sur son pneu arrière. S'il espère que le souci ne se présentera plus, il attend une seconde course "imprévisible" à Losail, toutes les équipes sachant désormais comment tirer le meilleur de leurs motos sur ce tracé :"Tout le monde a passé environ 11 jours sur le même circuit, ça sera la seule fois cette année, donc c'est sûr que tout le monde sera rapide. Tout le monde sera là. Et on verra."

"Peut-être que quelqu'un tentera de s'échapper, mais je pense que ce sera assez dur à faire. Peut-être que tout le monde essaiera d'être patient. C'est dur à dire. On verra en course, si on peut remonter et s'adapter à la situation du mieux possible. Je connais mon plan et ce que j'ai à faire. Qu'on arrive à le faire, c'est une autre question, mais on verra."

Bagnaia a moins bien exploité les pneus

Sur la seconde Ducati officielle, Pecco Bagnaia a vécu une séance un peu plus difficile. Parti en pole la semaine dernière, l'Italien s'est lui aussi qualifié en deuxième ligne cette fois, à la sixième position, au terme d'une séance au cours de laquelle il a eu du mal à tirer le meilleur des pneus, une faiblesse qu'il attribue à son manque d'expérience.

"Je pense que c'était plus difficile pour moi", a reconnu Bagnaia. "J'ai eu plus de mal en qualifications, mais c'est de ma faute. Je dois apprendre à mieux gérer le pneu quand les performances sont peut-être un peu moins bonnes. Je dois comprendre et apprendre comment mieux gérer ça. C'est de ma faute. Il faudra que je fasse mieux en qualifications si cette situation se reproduit. Mais en tout cas, je suis content de mon rythme, j'étais performant en EL4."

"La course peut être positive. Je pense que je pourrai mieux gérer le pneu arrière dans la deuxième partie de la course. C'était la première fois que je menais autant la semaine dernière, donc j'ai vraiment appris, et je sens que je suis mieux préparé pour gérer la deuxième partie de la course maintenant."

Lire aussi :

Longtemps en tête la semaine dernière, Bagnaia a effectivement été plus à la peine dans les derniers tours, avec un pneu qui se dégradait à l'arrière. Il souhaite changer de stratégie ce dimanche, en restant dans l'aspiration d'un pilote pour mieux gérer sa gomme et attaquer en fin de course, avec pour principale ambition de faire mieux que sa sixième place sur la grille.

"Notre objectif sera de nous battre encore pour le top 5. Ce sera l'objectif. Si je suis sixième à l'arrivée après avoir encore eu la possibilité de jouer le podium, je ne serai pas satisfait. Je vais essayer faire de mon mieux. Je vais essayer de mieux gérer les pneus mais je pense que partir sixième est mieux, parce que j'aurai l'aspiration en ligne droite et quelqu'un à suivre, pour ne pas trop solliciter le pneu, et ça sera mieux."

"Si je suis devant, comme la semaine dernière, je suis certain qu'avec ce que j'ai appris, ce sera plus facile de gérer le pneu arrière. Je préférerais avoir une aspiration, avant la dernière partie de la course." Et afin d'être plus à l'aise dans les derniers tours, Bagnaia a "adapté" son style de pilotage en EL4 : "J'ai trouvé le rythme différemment et c'était mieux. Je vais essayer de piloter comme ça [en course]. Je pense que mon style sera plus doux pour le pneu arrière et que ce sera mieux."

partages
commentaires

Related video

Johann Zarco : "Je veux croire que j'ai mes chances"
Article précédent

Johann Zarco : "Je veux croire que j'ai mes chances"

Article suivant

Photos - La journée de samedi et le doublé Pramac à Losail

Photos - La journée de samedi et le doublé Pramac à Losail
Charger les commentaires