Miller souffre d'un arm-pump et envisage l'opération

Jack Miller pourrait être opéré d'un arm-pump dans les prochains jours, avec pour objectif d'être rétabli à temps pour le GP du Portugal. La douleur lui a fait perdre du temps dans les derniers tours à Losail dimanche soir.

Miller souffre d'un arm-pump et envisage l'opération

Le Grand Prix de Doha ne devrait pas laisser de bons souvenirs à Jack Miller. Impliqué dans deux incidents avec Joan Mir, qui lui ont valu les foudres du Champion du monde, le pilote Ducati a également dû composer avec un arm-pump dans les derniers tours. La douleur était déjà présente dans la première des deux courses de Doha et elle a limité Miller dans ses performances.

"Après l'incident avec Mir, j'ai pu attaquer et réduire l'écart", a-t-il expliqué après l'arrivée. "J'ai fait certains de mes meilleurs tours et après j'ai commencé à souffrir d'un arm-pump sur le côté droit, donc il faudra regarder ça. J'ai eu un petit arm-pump la semaine dernière, donc je ne sais pas si c'est lié à la piste, au vent ou à autre chose, mais on doit comprendre ça. On va probablement s'en occuper cette semaine."

Miller estimait qu'une intervention chirurgicale était "probable", affichant sa volonté de prendre une décision durant son vol retour depuis Doha. "Si on le fait, il faut que ce soit au plus vite pour être vite rétabli rapidement", a-t-il précisé. "Mais je ne veux pas vivre une nouvelle course comme ça. C'était fantastique jusqu'aux quatre derniers tours et après je ne pouvais plus vraiment freiner. Normalement, c'est une chose que j'ai peut-être en début de saison et après, ça s'arrange parce qu'on en fait plus durant les tests et le reste, mais je pense que cette fois on n'a pas le temps [d'attendre]."

Lire aussi :

La neuvième place finale, comme la semaine précédente au GP du Qatar, n'est pas un bon résultat pour celui qui était annoncé comme le favori avant les deux courses, mais Miller tire une certaine satisfaction d'avoir vu l'arrivée à cinq secondes de Fabio Quartararo, vainqueur dimanche, malgré le temps perdu dans ses deux contacts avec Joan Mir et son arm-pump. L'Australien était quatrième quand la douleur est apparue et il n'a pas pu conserver sa position.

"L'incident avec Mir m'a probablement fait perdre environ trois secondes, et j'ai enchaîné quatre tours très rapides en fin de course et je suis revenu sur [les leaders] assez facilement. Je me disais 'Oh, ça va bien se passer' et j'ai essayé de doubler Maverick [Viñales] à l'intérieur et après ça, j'ai commencé à souffrir. Le pire pour moi, c'était dans les virages 7, 8, 9 et 10, avec beaucoup de changements de direction, il faut être doux à l'accélération dans toute cette partie. Et après je ne pouvais plus me déplacer sur le côté et ouvrir l'accélérateur, parce que j'essayais de bloquer [la position de] mon poignet. Je ne pouvais plus accélérer correctement, donc j'ai dû m'assoir un peu plus haut sur la moto. Ce n'était pas idéal."

Lire aussi :

Opéré de la jambe droite après la saison dernière, pour retirer des plaques posées après un accident de motocross en 2016, Jack Miller estime que le moment est peut-être venu de passer à nouveau dans les mains des chirurgiens pour son bras, après avoir déjà été traité au cours de l'année 2020 sans aller jusqu'à l'opération classique, qui consister à sectionner la cavité dans laquelle se trouve le muscle.

"J'en eu un assez gros [arm-pump] à Jerez l'an dernier et j'ai reçu un traitement différent, pas vraiment une opération, plutôt un traitement électronique qu'ils font avec une aiguille qu'ils utilisent pour rompre le fascia. Mais je ne sais pas, peut-être que c'est le moment [d'une opération]. Comme je l'ai dit, je ne pouvais pas sentir les freins dans les quatre derniers tours et je n'aime pas piloter une moto comme ça, je veux pouvoir attaquer du début à la fin. Je me sentais bien physiquement, j'ai d'abord perdu la souplesse avec j'utilise l'accélérateur, puis le frein, donc il faut s'en occuper."

Deux pilotes pourraient donc se faire opérer avant Portimão puisque Iker Lecuona, également touché par un syndrome des loges sur l'avant-bras droit, a planifié une intervention ce mardi à Valence.

partages
commentaires
Quartararo et Zarco unis pour "un des meilleurs moments" de leur carrière
Article précédent

Quartararo et Zarco unis pour "un des meilleurs moments" de leur carrière

Article suivant

Martín n'a pas voulu compromettre la 2e place de Zarco

Martín n'a pas voulu compromettre la 2e place de Zarco
Charger les commentaires