Marc Márquez "détruit" mais satisfait après sa 2e course

Il se sent mieux physiquement et commence à sentir sa moto : Marc Márquez dresse un bilan positif de son deuxième week-end de course de la saison, malgré la fatigue et un résultat encore modeste.

Marc Márquez "détruit" mais satisfait après sa 2e course

Marc Márquez a bouclé sa deuxième course depuis sa blessure de l'an dernier, avec à la clé les points de la neuvième place, à dix secondes du vainqueur. Un résultat encore modeste, mais qui permet malgré tout à l'Espagnol de cocher une nouvelle case dans le plan qu'il s'est fixé pour revenir au premier plan.

Ce deuxième Grand Prix a mis le champion face à des situations différentes du premier, notamment car il a subi deux grosses chutes pendant les essais ; l'une hier au virage 7, dont il a dit être heureux de s'être relevé indemne malgré un passage par l'hôpital, puis une seconde ce matin au warm-up, survenue à l'endroit même de l'accident qui lui a coûté si cher. En course, il n'a pas pu se montrer aux avant-postes contrairement à ce qu'il avait fait il y a deux semaines, par contre il a cette fois réussi à réaliser des dépassements et s'est ainsi hissé au fil des tours de la 14e à la neuvième place.

"Aujourd'hui, je suis content", commente Marc Márquez. "Bien sûr, ce n'est pas le résultat que j'aimerais obtenir, ce n'est pas l'objectif. Mais ce week-end je me suis senti mieux sur la moto, et d'un point de vue physique j'ai souffert mais moins qu'à Portimão. Hier j'ai eu une grosse chute et aujourd'hui je suis parti 14e. Mon cou est complètement bloqué, mais ça fait partie de la course."

Lire aussi :

"Pour moi, la clé de ce week-end, c'est que j'ai beaucoup amélioré ma condition physique par rapport à Portimão", se félicite-t-il. "Le plus important, c'est que je me sens mieux ce week-end. Aujourd'hui je me sens détruit mais c'est à cause de l'accident d'hier. Ce n'est pas au niveau du bras, ce sont plutôt les muscles du dos et du cou. C'est une très bonne chose de voir que ça s'améliore de manière positive."

Quant à sa performance, il sait également s'en satisfaire, conscient des petits progrès personnels qu'il parvient à réaliser. "Quand on part 14e, on peut perdre beaucoup de temps dans les premiers tours, et c'est ce qui s'est passé. Ensuite, j'ai essayé d'être de plus en plus rapide au fil des tours", relate-t-il. "À un moment donné dans la course, je crois que Viñales, Zarco et moi étions les plus rapides en piste. Mais, en roulant dans ces temps, ma condition physique a ensuite commencé à s'abaisser, et à huit tours de l'arrivée, j'ai plus ou moins laissé tomber. Mais je suis content parce que c'est un pas de plus."

Pol Espargaro, Repsol Honda Team

Ce second week-end a par ailleurs permis à Márquez de reprendre sa place de meneur de son équipe, puisqu'il parvient à mieux cerner le comportement de sa moto, sur laquelle il a dû découvrir au débottée un an d'évolution, et à comprendre de quelle manière il voudrait la voir évoluer. C'est un travail qu'il poursuivra lundi, à l'occasion d'un test post-course qui lui offre une chance en or d'engranger des kilomètres, lui qui en manque tant.

"Ce week-end, j'ai commencé à sentir où il nous faut travailler sur la moto et c'est un autre point important car on peut encore plus progresser", souligne-t-il. "Aujourd'hui, j'ai eu l'occasion de suivre Stefan [Bradl], Pol [Espargaró] et aussi Johann [Zarco] pendant quelques tours. Et là où l'on perd le plus, c'est entre le milieu du virage et la sortie. Normalement, si vous voulez être rapide et régulier, c'est là que vous devez être fort, or c'est là que l'on perd le plus. Il nous faut donc comprendre pourquoi."

"Honda travaille beaucoup et apporte beaucoup de nouveautés. Mais le plus important, c'est de ne pas perdre le fil des sensations du pilote et de l'équipe. Et c'est là que nous devons bien gérer", prévient-il. "Je commence à être en mesure d'essayer des choses et je vais commencer à voir ce qu'ils ont fait l'année dernière parce que je n'étais pas là. Voir ce qui se passe, ce que l'on a [aujourd'hui], ce que l'on avait par le passé, et essayer de trouver l'équilibre. Car je sens que je peux piloter la moto comme je le veux, mais je n'ai pas mon équilibre, mes réglages."

"Demain, si je me lève en forme, je vais rouler pendant le test pour essayer certaines choses. On verra si je suis en bonne condition et si je peux faire quelques tours, pour tester les priorités principales. Pas beaucoup de tours, juste des tours de qualité", précise-t-il. "Quand je dis quelques tours, je ne sais pas exactement combien, ça peut être autour de 30 ou 40. J'ai besoin de comprendre ma condition physique. Ce sera mon dernier jour de roulage avant Le Mans. Mercredi, j'ai la visite de contrôle avec les médecins, et ils décideront si je peux augmenter un peu le travail [physique] à la maison."

partages
commentaires
Aleix Espargaró lui aussi touché par un arm-pump
Article précédent

Aleix Espargaró lui aussi touché par un arm-pump

Article suivant

Bagnaia : "Il faut aussi de la chance pour gagner un championnat"

Bagnaia : "Il faut aussi de la chance pour gagner un championnat"
Charger les commentaires