Rins gêné par Márquez : pas de sanction

Márquez n'a pas été sanctionné, bien qu'il ait gêné Rins dans un tour rapide, ce matin à Jerez.

Marc Márquez a fait l'objet d'une enquête de la direction de course MotoGP pour avoir gêné Álex Rins à la fin des Essais Libres 3 du Grand Prix d'Espagne, ce matin. La manœuvre, qui a provoqué la colère du pilote Suzuki, pourrait lui avoir coûté sa place dans le top 10 du classement combiné et, par conséquent, son accession directe à la Q2.

Lire aussi :

Alors qu'il était lancé dans son dernier tour afin de tenter de se hisser dans le classement, Rins a croisé sur sa route Márquez, au ralenti dans le virage 4 et sur la trajectoire rapide à l'entrée dans le virage 5, forçant le pilote Suzuki à couper son élan.

Ne cachant pas sa frustration, Rins a avorté son tour, chronométré seulement en 1'40"563 alors que son time attack précédant l'avait vu afficher un temps de 1'37"307. Márquez, quant à lui, a bouclé ce dernier tour en 1'44"480, loin du chrono de 1'37"029 qui l'a placé quatrième de la séance.

Rins, qui figurait dans le top 10 hier, en est sorti ce matin, manquant le coche pour 0"122 dans un classement toujours très compact. Il devra donc en passer cet après-midi par la Q1, première phase des qualifications au terme de laquelle les deux pilotes les plus rapides seront qualifiés pour la Q2.

L'incident a été placé sous investigation, faisant encourir au Champion du monde en titre le risque d'être pénalisé de trois places sur la grille de départ, dimanche, pour la première course de la saison. Il avait subi une sanction de ce type l'année dernière à Austin, lorsqu'il avait involontairement gêné Maverick Viñales.

La direction de course a entendu Márquez après la séance et a visualisé avec lui les images de l'incident. Le pilote espagnol a toutefois fait valoir qu'au moment où Rins l'a rejoint, un drapeau jaune était exposé, ce qui oblige les pilotes à freiner et invalide par conséquent toute réprimande ou pénalité éventuelle.

Cette passe d'armes n'a pas été sans rappeler celle qui a opposé les deux pilotes espagnols l'année dernière à Brno. Rins avait alors accusé Márquez de ne pas respecter ses rivaux, avant de se rétracter. La direction de la course avait alors entendu les deux pilotes et, comme dans le cas présent, n'avait pas imposé de sanction.

partages
commentaires
Pour Quartararo, la Yamaha n'est plus une "moto facile"

Article précédent

Pour Quartararo, la Yamaha n'est plus une "moto facile"

Article suivant

EL4 - Márquez, Viñales et le reste du monde

EL4 - Márquez, Viñales et le reste du monde
Charger les commentaires