La Q1, l'instant qui a fait la différence entre Lorenzo et Dovizioso

Alors qu'elle constitue habituellement un mauvais présage, la Q1 a finalement été bénéfique pour Lorenzo, qui a pu mieux appréhender le comportement de sa Desmosedici, à la différence d'un Dovizioso en manque de repères.

W.Z., Aragón - Après une première journée d'essais perturbés par une piste humide, qui a brouillé les cartes et empêché de tirer des conclusions en vue des premières échéances décisives du week-end ce samedi, pilotes et équipes espéraient bien pouvoir recueillir de précieuses informations lors des EL3 ce matin.

Las, si les prévisions météo se sont révélées exactes, avec l'apparition du soleil en début de journée, qui a permis de dissiper le brouillard qui a sévi dans la province de Teruel aux aurores, le mercure n'était pas au rendez-vous, et les conditions de piste n'étaient guère plus représentatives que la veille.

Des EL3 de nouveau peu représentatifs

Il a donc fallu attendre les 30 minutes des EL4 pour que le plateau découvre enfin le véritable niveau d'adhérence du MotorLand dans ce qui devraient être les conditions de course. Autant dire que la capacité d'adaptation des pilotes a été mise à rude épreuve, alors que le temps de roulage, réduit à peau de chagrin, n'a pas encore permis à tous de se faire une idée plus précise des pneus et des réglages idoines en vue de l'épreuve.

C'est le cas chez Ducati où Andrea Dovizioso, septième à l'issue de la séance de qualifications, a déploré le manque de temps à sa disposition pour faire les bons choix. "Nous ne savons toujours pas. C'est pour cela que je dis qu'il reste encore beaucoup de travail à faire à propos des réglages mais aussi sur la décision à prendre concernant les pneus", a ainsi réitéré l'Italien.

À maintenant moins de 24 heures du verdict de ce Grand Prix d'Aragón, le co-leader du championnat reste donc dans l'expectative, en particulier en ce qui concerne les gommes. "Nous n'avons pas eu le temps de passer en revue tous les pneus", reprend-il. "En plus, les températures ce matin étaient très froides, et elles ont beaucoup augmenté dans l'après-midi. Nous n'avons donc eu peu de temps cet après-midi pour essayer de comprendre quelque chose. Mais je pense que pour tout le monde ce n'est pas clair, nous devons donc nous plonger dans les données et prendre une décision sur les pneus et les réglages."

Peut-être que le transalpin, sixième aux temps combinés à l'issue des EL3, aurait-il préféré finalement bénéficier du quart d'heure de roulage supplémentaire octroyé par la Q1, et dont son coéquipier Jorge Lorenzo a semblé faire un si bon usage. 

Une première ligne inattendue pour Lorenzo

Car pour la troisième fois cette saison, le Majorquin partira depuis la première ligne de la grille – il avait déjà réalisé cette performance en Catalogne et en Autriche. Et de son propre aveu, la première partie des qualifications n'était pas de trop pour bien cerner le comportement de sa machine dans de telles conditions. 

"À la réflexion, c'était bien de devoir passer par la Q1, car cela m'a donné 20 minutes de plus [sic] pour attaquer et comprendre encore mieux certaines choses", a expliqué le numéro 99 en conférence de presse, visiblement amusé de ce paradoxe. "J'étais donc prêt à faire mon dernier tour lancé et être dans la fenêtre des 1'47. Je suis très content, ce n'est pas la première fois que je suis en première ligne cette saison, mais c'est la plus inattendue."

Une chose est sûre : la Q1 n'était pas du luxe pour l'Espagnol qui, à l'instar de Dovizioso, semblait piétiner ce matin. "Nous étions très loin ce matin", reconnaît-il. "Notamment parce qu'hier nous n'avons pas pu rouler sur le sec. J'avais donc besoin de plus de temps avec la moto pour comprendre comment en tirer le maximum. Mais petit à petit nous avons procédé à des modifications, et cela a été de mieux en mieux séance après séance."

Cependant, si Lorenzo a réussi à faire un coup en qualifications, celui-ci ne détient encore aucune certitude quant au choix de pneus qui sera le plus avisé en course demain. Mais le triple Champion du monde, vainqueur ici en 2014 et 2015 avec Yamaha, a tout de même sa petite idée. "J'ai fait les EL4 avec le soft à l'arrière, et c'était très bien, mais je voulais juste l'essayer, et je ne me doutais pas que ce serait le bon pneu pour la course. Je pense que le pneu le plus dur l'est justement trop. Ce sera donc un choix à faire entre le soft et le medium." 

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Aragón
Sous-évènement Qualifications
Circuit Motorland Aragon
Pilotes Andrea Dovizioso , Jorge Lorenzo
Équipes Ducati Team
Type d'article Réactions