ES15 & 16 - Ogier doit s'employer mais reste en tête!

Andreas Mikkelsen est revenu à 4”7 de Sébastien Ogier, toujours en tête du Rallye de Pologne, après les deux dernières spéciales de l’après-midi. Et sur la troisième Volkswagen, Jari-Matti Latvala, qui avait repris sa 3e place à Ott Tänak dans la première des deux, l’a de nouveau perdue dans la seconde.

L’Estonien de Ford y a en effet signé un sensationnel meilleur temps malgré la poussière et la visibilité quasiment nulle, à en croire la plupart des concurrents. Il compte 15”5 de retard sur Ogier et 2”4 d’avance sur Latvala.

La super spéciale de Mikolajki conclura une fois encore la journée, et la deuxième étape en l’occurrence, un petit peu après 20 heures.

Le film des spéciales

ES15 Wieliczki (12,87 km)

Ça fait du bien de piloter à nouveau, pour tout dire,” réagit Sébastien Ogier, premier à s’élancer et donc à franchir la ligne, faisant bien sûr référence à l’annulation de l’ES14. “On est venu ici en suivant la voiture zéro, ce qui est un peu inhabituel...”

Plus sérieusement, son temps est battu quelques minutes plus tard de 1”4 par Mikkelsen. “Je suis en pneus durs, je voulais une longue boucle,” explique le Norvégien qui revient à 5”8 d’Ogier, mais l’annulation [de l’ES14] a ruiné ce plan. Plus qu’une vraie spéciale à courir – on va voir ce qu’on peut faire.”

Jari-Matti Latvala s’intercale entre ses deux équipiers, à deux dixièmes seulement de Mikkelsen, mais ceux-ci ne sont plus sa priorité. “J’ai besoin du plus de spéciales possible, c’est très important dans ma lutte avec Ott [Tänak],” dit-il. “Ici en tout cas, la voiture allait bien.”

Tänak, justement, signe le 4e chrono à 0”6 du Finlandais et 0”8 devant Ogier. La Ford se retrouve à nouveau derrière les trois Volkswagen au général.

Thierry Neuville est lui aussi en pneus durs, ce qu’il pense être le meilleur choix, et dit avoir très vite trouvé le rythme. Mais il est battu par les deux Citroën et surtout par Paddon, en durs à l’avant et tendres à l’arrière, qui signe le 2e temps – 0”1 derrière Mikkelsen et 0”1 devant Latvala donc! – et lui reprend 3”7.

Ça va mieux,” se satisfait le kiwi, menacé par Neuville en fin de matinée. “J’ai “reseté” mon mental cet après-midi, et la route était beaucoup plus propre. “Ça fait du bien.”

En WRC2, scratch pour Tidemand qui ne fera pas l’impossible. “Lappi a trop d’avance,” dit-il, “ce serait stupide de tout tenter et de tout perdre.”

Ce à quoi Lappi répond : “Tant que Pontus n’est pas plus rapide de dix secondes, ça va.”

ES16 Swietajno 2 (21,25 km)

Quand il s’arrête au point stop après avoir franchi la ligne, les micros se tendent vers Ogier et on lui demande s'il est inquiet car Mikkelsen semble très rapide aux intermédiaires.

On va voir, la route était un peu plus nettoyée que dans la spéciale précédente,” répond-il.

Effectivement, son chrono est battu de 1”1 par le Norvégien qui réduit encore un peu l’écart au classement général mais ne semble pas satisfait.

Il y avait tellement de poussière que je ne pouvais pas voir,” dit-il en secouant la tête. “J’ai vraiment attaqué au maximum, et pris quelques risques aussi car je n’y voyais rien. Je crois que c’était notre chance...”

Latvala réalise le même temps que son équipier et de plus en plus adversaire pour la place de n°2 chez Volkswagen. “Je suis globalement content, mais j’ai souffert les matins sur ce rallye,” dit le Finlandais à lunettes. “Il y avait beaucoup de poussière, mais j’arrivais à voir. Ça pourrait être pire pour les autres, derrière.”

Latvala est en accord sur ce point avec Mads Østberg: “Il y avait de la poussière par endroits, mais j’espère qu’il y en aura encore plus pour les autres!” avait lancé le pilote Citroën, deuxième à passer la ligne mais loin au classement, un peu plus tôt.

Sus aux Polo! C'est bon pour le sport de voir que quelqu'un peu se battre avec elles...

Ott Tänak, auteur de son sixième scratch du rallye

Pas pour Paddon en tout cas, qui signe le 4e temps provisoire derrière les trois Polo en devançant le Norvégien de Citroën et son équipier Meeke qui l’avait lui-même battu d’un dixième.

Tout va bien,” dit le pilote Hyundai. “La température baisse et on a eu un peu de sous-virage aussi jusqu’à ce que les pneus avant soient à la bonne température. Un écart de 20 secondes avec Thierry était ce que nous voulions, donc mission accomplie.”

Neuville, en effet, perd 5”3 sur son équipier. “Encore un mauvais choix de pneus, j’en ai peur,” corrige-t-il par rapport à la spéciale précédente. “Hier, il fallait les tendres l’après-midi mais aujourd’hui c’est le contraire. La voiture bouge beaucoup, je manque de grip latéral et au freinage.”

Finalement, Ott Tänak vient une fois de plus mettre tout le monde d’accord en devançant Latvala et Mikkelsen de pas moins de 2”9. La poussière ne semble donc pas l’avoir perturbé outre-mesure.

Sus aux VW!” hurle-t-il en ouvrant sa portière. “Je ne savais pas vraiment ce qu’on faisait, mais vous pouvez imaginer... Plein de poussière, aucune visibilité, mais je n’ai pas levé. J’ai pris beaucoup de risques. C’est bon pour le sport de voir que quelqu’un peut se battre avec les Polo...”

 

A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye de Pologne
Type d'article Résumé de spéciale
Tags mikkelsen, ogier, tanak