Alonso sur le podium : "Putain, j'ai attendu tellement longtemps..."

Au terme d'une course qui s'est terminée de façon étrange, Fernando Alonso a signé son retour sur le podium en Formule 1, en terminant troisième du Grand Prix du Qatar.

Sept ans, trois mois et 25 jours. C'est le temps qu'il aura fallu à Fernando Alonso pour retrouver le podium en Formule 1, en terminant troisième du Grand Prix du Qatar 2021, une performance qu'il n'avait plus réalisée depuis le Grand Prix de Hongrie 2014, époque où il courait encore chez Ferrari. Entre ces deux courses, il y aura eu beaucoup de succès en Endurance, d'aventures en IndyCar, mais surtout énormément de frustration côté F1, avec le pari perdant de s'atteler au duo McLaren-Honda, pour le retour du motoriste nippon en 2015, et une retraite prise avant tout pour changer d'air en attendant une opportunité attrayante.

La course de Losail aura été étonnante dans son scénario. Déjà par la position de départ d'Alonso, qui a profité des pénalités de Max Verstappen et de Valtteri Bottas, pour passer de la cinquième à la troisième sur la grille. À l'extinction des feux, l'Alpine frappée du 14 s'est rapidement montrée menaçante sur l'AlphaTauri de Pierre Gasly, parti second, avec un dépassement par l'extérieur au virage 2.

Ensuite, il a vite vu revenir et passer Verstappen, et s'est concentré sur la suite de l'épreuve grâce à un excellent rythme sur une stratégie à un arrêt. Il a un temps dû ferrailler contre Sergio Pérez avant de voir Bottas prendre l'avantage à la stratégie. Toutefois, quand le Finlandais a été victime d'une crevaison puis que Red Bull a arrêté à nouveau le Mexicain, le double Champion du monde était de retour dans le top 3, pour ne plus le lâcher ; il a tout de même été bien aidé en toute fin de course par une Virtual Safety Car qui a à la fois permis d'apaiser quelque peu la crainte pneumatique et privé Pérez de pouvoir l'attaquer.

"Oui, c'est incroyable", a-t-il déclaré au micro de Jenson Button, son ancien équipier chez McLaren, qui assurait les interviews au sortir du cockpit. "Sept ans. Et enfin, enfin, nous l'avons eu. Nous étions proches une ou deux courses mais pas assez. Sotchi était la dernière possibilité. Et ici aujourd'hui. Honnêtement, je pensais être en tête après le premier tour. Je pensais qu'avec le pneu rouge, je pourrais essayer de rattraper Lewis, mais je n'ai pas pu, et puis avec Checo, c'était très serré à la fin, mais je suis content pour l'équipe. Esteban est aussi cinquième, donc un bon dimanche."

Interrogé sur la gestion des pneus, il a indiqué : "Nous avions prévu un arrêt dès le début. Mais nous ne savions pas à quel point l'usure et la dégradation étaient importantes. C'est une course difficile pour tout le monde. Mais oui, je pense que nous avons bien exécuté la course. Le pitstop était fantastique. L'équipe était super. La fiabilité de la voiture est superbe, et tu sais, ils le méritent."

Enfin, quand Button lui a demandé s'il appréciait la F1, en référence à des commentaires de sa fin de saison 2018 et de ses deux années sabbatiques sur la discipline, Alonso a lâché : "Oui, j'aime. Putain, tu sais, j'ai attendu tellement longtemps pour ça que je suis heureux."

Lire aussi :
partages
commentaires
Horner convoqué par les commissaires pour mauvaise conduite
Article précédent

Horner convoqué par les commissaires pour mauvaise conduite

Article suivant

Jamais menacé, Hamilton s'est senti "assez seul"

Jamais menacé, Hamilton s'est senti "assez seul"
Charger les commentaires