Le GP d'Abu Dhabi, "presque un championnat en soi" pour Renault

Septième du championnat constructeurs avant la dernière manche de la saison, le constructeur français peut aspirer à gagner une position précieuse, mais peut aussi redouter d'en perdre une.

Bien que la cinquième place qui constituait l'objectif de début de saison soit hors d'atteinte, Renault va aborder le dernier Grand Prix de la saison avec encore une belle carte à jouer. Avec quatre points de retard sur Toro Rosso, l'écurie française peut encore espérer ravir la sixième place du championnat constructeurs à la structure de Faenza.

Pour y parvenir, le Losange a tout de même tout intérêt à placer ses deux pilotes, Nico Hülkenberg et Carlos Sainz, dans les points, tandis que Toro Rosso traverse une période difficile sur le plan de la fiabilité avec son bloc… Renault, et compose avec un line-up fraîchement renouvelé.

L'enjeu est de taille, d'autant que tout en pensant à cette sixième place, le constructeur français doit également regarder derrière, Haas ne pointant qu'à deux points. Au soir du Grand Prix d'Abu Dhabi, le classement final revêtira l'importance que l'on sait pour l'attribution des primes.

"Cette course est presque un championnat en soi", prévient le directeur général de Renault Sport Racing, Cyril Abiteboul. "Nous sommes plongés dans une intense bataille où tout reste à faire face à Toro Rosso et Haas. N’importe laquelle de ces équipes pourrait terminer entre la sixième et la huitième place, d’où notre extrême implication durant notre préparation. Nous devrons avoir une approche offensive, puisqu’il nous faut cinq points de plus que Toro Rosso pour obtenir la sixième position, tout en restant prudent, car nous n’en avons que deux d’avance sur Haas."

"Nous pouvons être optimistes quant à nos chances. Abu Dhabi marquera la quatrième collaboration de Nico et de Carlos. Nous avons déjà eu deux doubles entrées en Q3. Ils travaillent bien ensemble et ils se poussent mutuellement dans la bonne direction. Cela nous permet de cibler précisément où progresser et accélérer l’introduction d’éléments contribuant à notre performance. Quel que soit le résultat du week-end, nous avons d’ores et déjà conquis la confiance d’un bon duo de pilotes pour la saison prochaine."

Calculer la prise de risque

Après avoir inscrit un petit point avec Nico Hülkenberg à Interlagos, Renault sait qu'il lui faut être plus performant sur le tracé de Yas Marina pour espérer accrocher cette fameuse sixième place. Mais la prise de risque ne devra pas non plus se faire au trop grand détriment d'une fiabilité trop fragile cette année…

"Nous étudierons le rapport risque-bénéfice afin de maximiser nos chances de ravir la sixième place du championnat à Toro Rosso. Nous nous battrons pour chaque point", assure Bob Bell, directeur de la technologie à Enstone.

"La performance de la R.S.17 et notre capacité à l’exploiter ont grandement progressé. Nous avons pêché dans la concrétisation comptable le dimanche après-midi. Le niveau de la monoplace ne fait pas de doute et nous avons connu tout au long de la saison une nette tendance à la hausse. Nous avons beaucoup avancé dans notre compréhension de ce qui doit être fait pour améliorer la voiture. Cela se poursuivra en 2018."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Abu Dhabi
Circuit Yas Marina Circuit
Pilotes Nico Hülkenberg , Carlos Sainz Jr.
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Preview
Tags bob bell, cyril abiteboul, yas marina