Horner : "Les théories de Hamilton sont très éloignées de la réalité"

Christian Horner estime que Lewis Hamilton alimente des "théories" infondées lorsqu'il commente les performances de Red Bull en piste.

Horner : "Les théories de Hamilton sont très éloignées de la réalité"

La lutte pour le titre fait rage entre Red Bull Racing et Mercedes, et l'on a bien compris désormais que le combat n'avait pas lieu qu'en piste mais également en dehors. Alors que l'écurie de Milton Keynes s'est hissée en tête des deux championnats et a même accentué son avance après le Grand Prix de France, les commentaires sur les forces et faiblesses des deux monoplaces en lice se multiplient.

Après le Castellet, Christian Horner s'était dit déconcerté par les remarques du clan Mercedes, et notamment celles de Toto Wolff, selon lesquelles Red Bull avait franchi un cap avec son second moteur alors que les unités de puissance sont gelées. Le directeur de Mercedes a depuis précisé sa pensée, indiquant qu'il n'avait pas eu l'intention de faire allusion à une éventuelle évolution.

Lire aussi :

Dernièrement, ce sont aussi les remarques de Lewis Hamilton sur Red Bull qui ont alimenté les conversations. Il y a d'abord eu l'allusion à l'aileron arrière flexible, puis des commentaires sur le retrait précoce des couvertures chauffantes par l'équipe autrichienne ou encore sur ses progrès remarqués en vitesse de pointe.

"J'écoute avec intérêt et, parfois, certaines des théories de Lewis sont très éloignées de la réalité", note Christian Horner, directeur de Red Bull. "Nous roulons avec moins de traînée et avec un aileron moins chargé, par conséquent on a tendance à aller un peu plus vite dans les lignes droites."

Toto Wolff estime toutefois que Lewis Hamilton demeure un acteur très bien placé pour juger des performances en piste entre sa monoplace et celle de Max Verstappen, et qu'il est donc logique de l'écouter.

"Le pilote est dans la voiture, il a le feeling, il voit la motricité devant, et il y avait une différence entre les zones DRS et les zones sans DRS", explique l'Autrichien. "Il est assez évident que le point de vue et les sensations qu'ont le pilote sont vraiment importants, surtout Lewis, il n'y a pas meilleur que lui."

"Cependant, ce qu'il faut dire c'est que l'on doit voir les choses dans leur globalité. Il n'y a pas de miracle. On ne peut pas apporter une deuxième unité de puissance qui est homologuée [donc gelée, ndlr] et aller trois dixièmes plus vite. C'était une configuration à faible traînée ; la voiture était en effet très rapide, plus que la nôtre en qualifications. C'est comme ça, et nous devons régler ça."

Toto Wolff admet donc que le choix de Red Bull d'utiliser un aileron avec peu d'appui au Paul Ricard la semaine dernière a vraisemblablement joué un rôle bien plus important pour trouver de la vitesse de pointe que le moteur Honda en lui-même. "L'unité de puissance est homologuée", rappelle-t-il. "On ne peut corriger que la fiabilité et les bugs, donc il ne devrait y avoir aucune différence."

"Ils ont utilisé un aileron avec peu d'appui et ils étaient toujours aussi compétitifs que nous dans les virages, ce qui montre que la voiture a de l'appui. Nous devons travailler de notre côté et continuer à progresser plutôt que montrer du doigt un chiffre ou le moteur. Tout est sous la juridiction de la FIA, et il est bien trop tôt pour dire quelque chose comme ça, pour dire que le moteur est plus puissant. Il y a énormément de choses qui entrent en ligne de compte."

partages
commentaires
Le GP de Russie va quitter Sotchi pour Saint-Pétersbourg
Article précédent

Le GP de Russie va quitter Sotchi pour Saint-Pétersbourg

Article suivant

EL3 - Hamilton accélère, Verstappen en embuscade

EL3 - Hamilton accélère, Verstappen en embuscade
Charger les commentaires