Dès juillet, Pérez savait qu'il allait rester chez Red Bull

Sergio Pérez révèle avoir su relativement tôt que Red Bull allait lui renouveler sa confiance pour 2022.

Dès juillet, Pérez savait qu'il allait rester chez Red Bull

C'est vendredi dernier que Red Bull Racing a annoncé la prolongation du contrat de Sergio Pérez pour une deuxième saison à Milton Keynes. Recruté aux côtés de Max Verstappen cette année, Pérez avait pour mission d'épauler au mieux son chef de file, ce que ne parvenaient pas à faire ses prédécesseurs Pierre Gasly et Alexander Albon.

C'est chose faite, même si le Mexicain n'est pas aussi rapide que son coéquipier et a connu quelques accidents dommageables. Il a par ailleurs remporté le Grand Prix d'Azerbaïdjan, certes de manière assez circonstancielle, mais en étant assez compétitif pour saisir l'opportunité qui se présentait à lui.

Lire aussi :

Ainsi, Pérez a suffisamment convaincu pour que Red Bull l'informe dès juillet qu'il allait être conservé, même s'il n'a signé son contrat que la semaine dernière. "J'ai abordé la trêve estivale en sachant ce que j'allais faire", révèle l'intéressé. "Mais comme tout le monde est parti en vacances, cela nous a pris plus longtemps pour que ce soit prêt. J'ai signé vendredi, une fois que tout le monde était revenu, mais nous nous sommes mis d'accord il y a longtemps."

"Cela fait déjà quelques courses que Helmut [Marko, conseiller sportif de Red Bull] et Christian [Horner, directeur de Red Bull Racing] m'ont dit qu'ils me garderaient bien volontiers et que je ne devrais pas chercher ailleurs. Ils voulaient continuer avec moi, et vice-versa. Il était donc clair pour les deux parties que nous voulions continuer." Il ajoute : "Je n'ai parlé à personne d'autre."

Pérez est très enthousiaste à l'idée de se lancer avec Red Bull dans la nouvelle ère technique de 2022, avec des monoplaces à effet de sol. Surtout, il voit en ce contrat signé dès l'été l'opportunité d'influencer le développement du prochain bolide au taureau rouge, quand cette année il doit composer avec une monoplace qui ne lui convient pas vraiment.

"C'est une énorme opportunité, et l'an prochain, tout le monde part de zéro. Il n'est pas secret que je peine parfois à tirer le maximum de la voiture, alors maintenant, je peux réfléchir à la situation dans sa globalité, avec d'autres choses qui peuvent influencer la monoplace de l'an prochain. C'est vraiment une grande opportunité", conclut le double vainqueur en Grand Prix.

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Norris questionne l'attribution des points au GP de Belgique
Article précédent

Norris questionne l'attribution des points au GP de Belgique

Article suivant

Avec le recul, Masi n'aurait pas lancé la Q3 à Spa

Avec le recul, Masi n'aurait pas lancé la Q3 à Spa
Charger les commentaires