Mercedes : "Beaucoup de choses ne fonctionnent pas aussi bien qu'avant"

Toto Wolff se fait des cheveux blancs. Le directeur de Mercedes estime que le niveau de performance affiché par l'écurie Championne du monde depuis deux Grands Prix "n'est tout simplement pas acceptable".

Mercedes : "Beaucoup de choses ne fonctionnent pas aussi bien qu'avant"

Sept points pris en deux Grands Prix, c'est un bilan anormalement faible pour Mercedes, qui aura mordu la poussière sur les circuits urbains de Monaco puis de Bakou. L'écurie championne du monde a perdu gros lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan, que Lewis Hamilton a un temps cru pouvoir remporter avant de commettre une erreur au freinage du premier virage après le deuxième départ. Pendant ce temps, Valtteri Bottas a connu un week-end cauchemardesque, incapable de rentrer dans les points, et c'est ainsi que Mercedes voit Red Bull Racing porter son avance à 26 points en tête du championnat constructeurs, grâce à la victoire de Sergio Pérez.

Lire aussi :

Pour Toto Wolff, le constat est sans ambiguïté : les troupes de Brackley vont devoir se remettre en ordre de marche et redresser la situation rapidement pour conserver leurs chances de défendre leur couronne.

"Beaucoup de choses ne fonctionnent pas aussi bien que ces dernières années", remarque le directeur de l'écurie. "Sur le plan opérationnel, nous ne sommes pas à notre meilleur niveau. Nous n'avons pas trouvé le point idéal sur la voiture en qualifications et en course, pour avoir une monoplace rapide dans les deux cas. Il y a tellement de choses que nous devons améliorer que je veux m'y mettre immédiatement afin de s'assurer que nous soyons en mesure de nous battre pour ce championnat. On ne peut pas continuer de perdre des points comme ça, comme nous l'avons fait à Monaco et ici. Ce n'est tout simplement pas acceptable pour nous tous."

Nous n'avons pas donné aux pilotes un package compétitif.

Toto Wolff

À Monaco, c'est Hamilton qui avait éprouvé énormément de difficultés au niveau du rythme, tandis que Bottas avait abandonné suite à une erreur inhabituelle commise dans les stands. Maintenant que la déception de Bakou vient s'ajouter à ce bilan, Wolff a le sentiment d'avoir devant lui une tâche d'une ampleur encore jamais égalée depuis qu'il est à la tête de l'équipe.

Interrogé sur les semaines actuellement traversées, l'Autrichien confesse que "ce sont les plus dures" dont il puisse se souvenir à ce jour. "Ne pas être performant à Monaco et voir Valtteri, qui aurait signé un podium solide, faire un arrêt au stand de 36 heures, ce n'est pas vraiment un grand résultat par rapport aux standards que nous nous fixons", énumère-t-il. "Et puis la voiture n'était quasiment nulle part dans toutes les séances [à Bakou]. Franchement, terminer troisième était correct. Mais il n'est pas acceptable que nous ne placions pas la voiture dans une situation performante après le départ, ou lors des arrêts au stand. On perd des secondes encore et encore."

Au championnat pilotes, Lewis Hamilton et Max Verstappen sont repartis de Bakou dos à dos, chacun ayant enduré une cruelle désillusion. Wolff ne cache pas avoir eu beaucoup de mal à digérer le podium qui s'est envolé pour le septuple Champion du monde à deux tours de l'arrivée.

"Franchement, nous sommes tous les deux détruits", assure-t-il. "Pour lui, évidemment, il en était si proche et tout à coup ça s'est envolé. Nous devons être meilleurs, tirer le meilleur de nous-mêmes, le meilleur de ce que nous avons. Et nous n'avons pas donné aux pilotes un package compétitif ce week-end. C'était loin d'être un package compétitif. Il y a de la frustration. Il n'y a pas que l'incident à la fin qui est frustrant. Globalement, ça ne répond pas à nos attentes, aux attentes de nous tous : Lewis, les ingénieurs, moi-même et tout le monde dans l'équipe."

partages
commentaires
Haas a "mis les choses au clair" avec Schumacher et Mazepin
Article précédent

Haas a "mis les choses au clair" avec Schumacher et Mazepin

Article suivant

Alonso : La 10e place aurait été "une trop petite récompense"

Alonso : La 10e place aurait été "une trop petite récompense"
Charger les commentaires