Le train arrière pose de vrais problèmes chez Mercedes

Valtteri Bottas ne s'en cache pas : le train arrière de la Mercedes W12 "est assez vif et ça ne pardonne pas".

Le train arrière pose de vrais problèmes chez Mercedes

Alors que se déroule ce dimanche la dernière des trois journées d'essais hivernaux, c'est bel et bien à l'arrière de la Mercedes W12 que le bât blesse. C'est en tout cas ce qui ressort clairement des observations faites en piste, ainsi que des propos des deux pilotes. Jusqu'à présent, le roulage a été plus compliqué que les années précédentes pour l'écurie championne du monde, avec une matinée perdue vendredi en raison d'un problème de boîte de vitesses, puis trois quarts d'heure envolés samedi matin après une sortie de piste de Lewis Hamilton.

Le Britannique, à ce sujet, a pointé l'arrière visiblement instable de sa monture : "L'arrière n'est pas particulièrement génial avec ce changement de règlement, mais nous essayons de trouver le juste milieu". Un constat que tend à confirmer son coéquipier Valtteri Bottas. Certes les conditions particulièrement venteuses compliquent l'étude du comportement des monoplaces sur le circuit de Sakhir, mais l'arrière de la W12 cristallise bel et bien les préoccupations.

"Ce sont des conditions un peu plus venteuses que ce que nous connaissons habituellement en course", admet Valtteri Bottas. "Mais tout de même, je dirais que l'un des plus gros problèmes de la voiture est à l'arrière. Il est assez vif et ça ne pardonne pas. C'est surtout présent avec les nouveaux pneus, qui semblent assez sensibles à la glisse, et ce n'est pas facile. Nous essayons de calmer un peu la voiture et ainsi de trouver davantage de rythme."

Lire aussi :

Malgré une relative stabilité réglementaire et un gel partiel des châssis, les écuries ont dû travailler cet hiver afin de s’accommoder des modifications introduites par la FIA pour réduire l'appui aérodynamique des monoplaces. Chacune tente de compenser la perte d'une partie de la surface de fond plat ainsi que la simplification des écopes de frein arrière et du diffuseur. Jusqu'à présent, Mercedes n'a pas souhaité s'épancher sur ses choix techniques concernant le fond plat, et n'a pas non plus précisé dans quelle zone de la monoplace avaient été dépensés ses jetons de développement.

Privé d'une grosse quantité de roulage vendredi matin, Valtteri Bottas est au volant de la Mercedes ce dimanche matin avant de céder son volant à Lewis Hamilton pour l'après-midi. Samedi, il a signé le meilleur chrono mais il était chaussé des pneus les plus tendres de la gamme Pirelli. "Comme toujours, nous ne nous concentrons que sur le programme à boucler et sur l'optimisation de l'apprentissage, et pas sur les chronos", rappelle-t-il. "Nous n'avons aucune idée de ce que les autres testent, ni des niveaux de carburant et des modes moteur, donc c'est encore difficilement lisible."

Directeur des opérations piste de Mercedes, Andrew Shovlin n'a pas hésité à décrire la W12 comme une monoplace "toujours un peu difficile à manier dans des conditions plus chaudes et plus venteuses". C'est tout l'enjeu de la dernière journée de travail pour l'écurie de Brackley.

partages
commentaires
Les petits secrets enfin démasqués de la Red Bull RB16B

Article précédent

Les petits secrets enfin démasqués de la Red Bull RB16B

Article suivant

Ferrari opte pour une solution inédite sur son diffuseur

Ferrari opte pour une solution inédite sur son diffuseur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement Essais hivernaux
Lieu Bahrain International Circuit
Pilotes Valtteri Bottas , Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Auteur Basile Davoine