Ocon révèle avoir fait découvrir le karting à Gasly

Une carrière ne tient pas toujours à grand-chose. C'est particulièrement véridique pour Pierre Gasly, puisqu'Esteban Ocon révèle lui avoir fait découvrir le karting dans leur enfance !

Tous deux nés en 1996, tous deux Normands (l'un né à Évreux, l'autre originaire de Bois-Guillaume) : tout semble réunir Esteban Ocon et Pierre Gasly, qui sont désormais pilotes de Formule 1.

Les jeunes Français se sont évidemment côtoyés en formules de promotion, leurs chemins se croisant notamment lors des saisons 2012 et 2013 d'Eurocup FR2.0, avec le titre pour Gasly et une troisième place pour Ocon.

C'est toutefois depuis l'enfance qu'ils se connaissent, et alors que Gasly va faire ses grands débuts en Formule 1 ce week-end, Ocon dévoile comment son compatriote, passionné de football et fan de Zidane, a découvert la course automobile.

"Quand il était très jeune, à sept ou huit ans, mes parents étaient amis avec les siens", relate le pilote Force India. "Un jour, je faisais du karting, et il jouait au football. Donc mon père lui a dit : 'Pourquoi n'essaies-tu pas le kart d'Esteban ?'. Et après ça, il a arrêté le football ! Donc nous nous connaissons depuis le début de ma carrière."

Esteban Ocon est bien placé pour savoir qu'il n'est pas facile de débuter en Formule 1 en milieu de saison sans avoir piloté la voiture auparavant, lui qui a rejoint Manor à partir du Grand Prix de Belgique 2016.

"C'est dur, c'est clair. Mais c'est dur quand on arrive sur un circuit comme Singapour", souligne-t-il. "Arriver ici, ce n'est pas le pire, donc il y a des endroits où on peut être rapide, mais d'autres où on manque d'expérience et où on peut être en difficulté. Je pense que c'est mon point de vue."

Lorsqu'il lui est demandé si la pression est plus intense quand on sait qu'il faut faire forte impression rapidement, Ocon sourit : "Avec le programme Red Bull... je pense !"

Grosjean optimiste pour l'avenir de Gasly

Romain Grosjean, quant à lui, se délecte de la présence d'un troisième Français dans la grille, une situation qui n'a été que trop rare lors des 20 dernières années.

"C'est une excellente nouvelle, je suis très content pour lui", déclare Grosjean. "Il a fait tout ce qu'il pouvait en remportant le GP2 l'an dernier. C'est dur d'arriver aux trois quarts de la saison."

"Ce n'est pas génial pour nous : Red Bull amène ses pilotes, les forme, puis ils ont une chance chez Red Bull. Il faudra voir ce qu'il fait en Super Formula. S'il gagne le titre, ce sera bien pour le CV."

"De façon générale, c'est une bonne nouvelle pour les fans français. Renault est de retour, le Grand Prix de France est de retour, il y a trois pilotes sur la grille."

Trois pilotes français qui ont en commun ces débuts en cours de saison : c'est en août 2009 que Renault F1 a fait appel à Romain Grosjean pour remplacer Nelson Piquet Jr au volant d'une R29 peu véloce, dans un intérim sans point qui a écarté l'actuel pilote Haas de la catégorie reine pendant deux ans. Il est ensuite parvenu à avoir une deuxième chance, toujours à Enstone, au sein de l'écurie Lotus.

"Il a eu plus de temps en F1 que moi avant mon arrivée", souligne Grosjean au sujet de Gasly, qui teste occasionnellement des Red Bull et des Toro Rosso depuis 2015.

"Donc on m'a dit, quand tu arrives à mi-saison, tu as ces quelques courses jusqu'à la fin pour apprendre, tu ne devrais pas être jugé là-dessus. Puis tu as la préparation hivernale et de pré-saison, et tu commences. Malheureusement, ça n'a pas été mon cas. Cela aurait pu me coûter ma carrière, mais c'était le deal depuis le début. Je pense que c'est aussi ce que fait Toro Rosso, ils préparent Pierre pour une saison complète l'an prochain, pour qu'il soit aussi prêt que possible dès le début."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean , Esteban Ocon , Pierre Gasly
Type d'article Actualités