Portrait - Qui est Lance Stroll ?

Âgé de seulement 18 ans, le Canadien Lance Stroll débute sa carrière en Formule 1 à l’occasion du Grand Prix d’Australie ce week-end. Mais qui est ce fils de milliardaire ?

Portrait - Qui est Lance Stroll ?
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams, avec les médias
Lance Stroll, Williams FW40
Lawrence Stroll, père de Lance Stroll, Williams
Podium, Lance Stroll Prema Powerteam Dallara F312 - Mercedes-Benz
Lawrence Stroll félicite son fils Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara Mercedes-Benz, vainqueur de la Course 1
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara F312 - Mercedes-Benz
Lawrence Stroll et Bernie Ecclestone
Lance Stroll, SH Karting
Lance Stroll
Lance Stroll, Prema Powerteam, Dallara Mercedes-Benz, et Alessio Lorandi, Van Amersfoort Racing, Dallara Volkswagen et Felix Rosenqvist, Prema Powerteam, Dallara Mercedes-Benz
Lance Stroll, Williams
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams
Lance Stroll, Williams FW40
Zak Brown, directeur exécutif de McLaren, avec Lawrence Stroll
Lance Stroll, Williams, et Felipe Massa, Williams, lors de la conférence de presse
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams Martini Racing
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams FW40

Si l’argent ne fait pas le bonheur, il peut toutefois grandement faciliter une ascension vers la Formule 1. Depuis ses premiers pas en karting, Lance Stroll n’a jamais eu de soucis de budgets, ni à trouver des sponsors pour courir.

En revanche, contrairement à plusieurs autres fils à papa, Lance a développé une détermination impressionnante à réussir et a prouvé qu’il possédait un très joli coup de volant. Car Lance est un travailleur acharné. Il ne craint pas les longues heures passées à s’entraîner physiquement, à apprendre et à discuter des réglages de sa voiture ou à consulter des données techniques sur son pilotage.

Né sous la bonne étoile

Lance Stroll est le fils de Lawrence Stroll, un riche homme d’affaires canadien dont la fortune personnelle a été évaluée à 2,4 milliards de dollars américains par le magazine Forbes en 2016. Selon le sérieux quotidien torontois The Globe and Mail, Stroll a commencé en affaires en obtenant les droits de vente des vêtements pour enfants Pierre Cardin pour le Canada avant de faire de même avec l’entreprise Polo Ralph Lauren pour ensuite obtenir la licence pour le territoire européen. Par la suite, Stroll a co-fondé Tommy Hilfiger, acheté le bijoutier Asprey and Garrard, investi dans Michael Kors Corp avant de tout revendre en encaissant d’énormes profits. Il faut avouer que papa Stroll a du flair.

Lawrence Stroll est aussi un passionné de belles voitures. Il a fait refaire à neuf le magnifique circuit du Mont-Tremblant au Québec (site du Grand Prix du Canada en 1968 et 1970), et possède une impressionnante flotte de voitures de collection, qui a inclus, à un certain moment, 25 Ferrari de route et de compétition, dont une 330 P4, une 288 GTO de 1985 et une 250 GTO de 1962.

Lance Stroll naît à Montréal le 29 octobre 1998. Il est le frère de Chloe. À l’occasion de son cinquième anniversaire, son père ne peut s’empêcher de lui acheter un petit go-kart, exactement comme Milton da Silva avait fait pour son fils Ayrton Senna au début des années 60. Lawrence demande à Tom Kemp, instructeur en chef à l’école de pilotage Jim Russell du circuit Mont-Tremblant, de faire rouler le petit sur une aire bien dégagée du circuit.

"Nous lui avons conçu une piste avec des cônes en s’assurant qu’il ne puisse rien percuter",  affirme Kemp dans une interview accordée à la télévision canadienne. "Lance tournait en rond et effectuait des boucles en huit. Mais il s’est rapidement lassé de cela. Il voulait faire plus."

Fan de Michael Schumacher

Au début des années 2000, la marque Hilfiger de papa Stroll devient un partenaire de la Scuderia Ferrari après un bref épisode chez Lotus. Lawrence et le jeune Lance assistent souvent au Grand Prix du Canada, se liant d’amitiés avec Michael Schumacher. Lors de l’édition 2004, Schumacher offre son casque à Lance ; le casque avec lequel il vient tout juste de remporter la course.

"Michael Schumacher était sans conteste mon héros. Je suivais sa carrière quand j’étais tout jeune", déclare Lance à Motorsport.com. "Je regardais les courses de Formule 1 à la télé le dimanche matin. C’est lui qui m’a donné la motivation de devenir pilote."

Lance commence alors à rouler sur les véritables pistes à bord de karts de location. Il s’y rend habituellement avec l’hélicoptère familial en compagnie de sa mère, ce qui impressionne grandement les propriétaires de pistes !

Lance a attrapé le virus. Il veut participer à de vraies courses. Lawrence lui achète son premier kart et passe un arrangement avec une écurie pour l’assister, le guider et surtout le coacher. En 2008, il est nommé Recrue de l’année en karting par la Fédération de sport automobile du Québec et remporte la Coupe de Montréal et le Championnat canadien. Jusqu’en 2011, Lance roule, avec succès, sur les circuits de karting québécois et ontariens. Mais cette réussite suscite la jalousie de certains rivaux qui constatent que le jeune pilote dispose de tout ce que l’argent peut acheter.

Alors qu’il dispute des championnats locaux et provinciaux, Lance dispose d’un matériel ultramoderne : une équipe technique à son service et les conseils d’un coach, une multitude de châssis et des moteurs bien affutés et un système d’acquisition de données extrêmement complet et à la pointe de la technologie.

De plus, Lawrence fait construire un circuit de karting aux normes internationales sur les terrains du circuit Mont-Tremblant. Lance lime le bitume de cette piste durant des semaines et quand le championnat canadien de karting s’y déroule, eh bien Lance, qui pourrait rouler les yeux fermés, décroche facilement le titre.

La rencontre qui a changé sa vie

Lance réfute toutefois que l’argent lui ait procuré des victoires et des titres. "J’ai travaillé plus fort et j’ai mieux piloté que tous mes rivaux", nous affirme-t-il. "Ces gens se cherchent des excuses. J’ai gagné des courses et pas eux. Je ne m’intéresse pas à ce que les gens tentent de faire croire. J’ai travaillé plus dur qu’eux, c’est tout."

C’est à cette époque que Lawrence et Lance rencontrent l’homme par qui tout va s’accélérer. Il s’agit de Luca Baldisserri, l’ancien grand stratège de Michael Schumacher ; celui qui a orchestré un grand nombre des victoires de l’Allemand en F1 chez Ferrari.

Ayant quitté l’écurie de F1, Baldisserri était alors à la tête du Ferrari Driver Academy, un programme de formation destiné à préparer les jeunes à leur futur métier de pilote. L’Italien va devenir le coach de Lance Stroll au moment où ce dernier entreprend une étape cruciale de sa jeune carrière en allant courir en karting en Europe.

"C’est quand je suis allé courir en Europe à 12 ou 13 ans que je me suis rendu compte que ça devenait sérieux ; que ça allait probablement devenir mon métier. Avant cela, c’était pour le plaisir. J’étais trop jeune pour me rendre compte que ça pouvait devenir mon métier", affirme Lance.

En 2013, Lance, membre de l’écurie Chiesa Corse, court en classe KF en Championnat du monde de karting où il affronte un certain Max Verstappen. "Courir en Europe m’a vraiment ouvert les yeux. Les compétitions internationales étaient hyper compétitives. Il y avait souvent une centaine de compétiteurs séparés par une seule petite seconde en qualification. Quand j’arrivais à participer à la finale, c’était une véritable victoire. J’ai dû beaucoup progresser", affirme-t-il. À l’automne, il met un terme à sa carrière en karting. Au début de l’année suivante, il participe à la Florida Winter Tour organisée par Ferrari avec des monoplaces de Formule 4 sur les circuits de Homestead-Miami, Palm Beach et Sebring où il affronte de nouveau Max Verstappen.

La suite, on la connaît. Il remporte le Championnat de Formule 4 Italie et les Toyota Racing Series en Nouvelle-Zélande au début de 2015. Puis, surprise, décide de quitter le giron de Ferrari pour celui de Williams. Pourquoi ?

"Pour plusieurs raisons", explique Stroll à Motorsport.com. "Depuis fort longtemps, Williams fait confiance à de jeunes pilotes. Williams a permis à plusieurs recrues d’effectuer leurs débuts en F1. C’est primordial pour nous, car Ferrari ne procède pas de cette façon. Ferrari a plutôt tendance à engager des pilotes expérimentés afin de se battre pour le titre mondial."

Après une première saison en Championnat de Formule 3 Europe pleine de rebondissements (!), et où il fut pénalisé par les officiels à cause de sa grande agressivité en piste, Stroll a dominé cette catégorie l’an dernier, récoltant le titre, ce qui lui a offert un poste de pilote régulier chez Williams pour la saison 2017. Il effectue ses débuts ce week-end sur le circuit Albert Park à Melbourne.

partages
commentaires
Technique - Les pontons aux formes complexes de la Ferrari

Article précédent

Technique - Les pontons aux formes complexes de la Ferrari

Article suivant

Steiner : Grosjean et Magnussen "vont se pousser dans leurs retranchements"

Steiner : Grosjean et Magnussen "vont se pousser dans leurs retranchements"
Charger les commentaires