Red Bull : Mercedes ? "C'est leur course"

Daniel Ricciardo espère de la pluie pour venir jouer sa carte lors du Grand Prix de France, mais son patron Christian Horner estime que Mercedes peut fermer la course à double tour.

Red Bull n'a pas été en mesure d'aller se mesurer à Mercedes pour le gain de la pole position ni même de la première ligne, lors des qualifications du Grand Prix de France. Néanmoins, le team anglo-autrichien peut prendre la petite satisfaction, avec Max Verstappen et Daniel Ricciardo respectivement 4e et 5e sur la grille, d'avoir devancé la Ferrari d'un Räikkönen absent au moment où les choses comptaient.

La meilleure performance Red Bull du jour demeure cependant à 0"676 du temps de la pole position, établie par Lewis Hamilton ; quant à Ricciardo, il concède tout de même deux dixièmes sur la ligne chronométrique à son équipier.

"Max a un tout petit peu moins d'appui que Daniel, je pense qu'on est aux niveaux de Spa, mais on a toujours sept dixièmes de retard dans les lignes droites", note Christian Horner, patron du team, sans nommer expressément l'unité de puissance Renault comme liée à une partie de ce retard. "Quatrième et cinquième, on peut encore faire une bonne course en partant de là."

Personne ne verra Mercedes après le premier relais, estime le Britannique, dont le but est de venir semer le trouble sur le muret des stands Ferrari. La Red Bull se comporte bien par des chaleurs élevées, et l'undercut est possible sur les rouges dans la gestion des pneus.

"Je pense que les Mercedes, on ne les reverra pas pour cette course. Les pneus leurs conviennent : tant qu'ils ne se loupent pas, c'est leur course. On devrait avoir une course avec Ferrari : ils sont partis avec un autre pneu, espérons que ça nous donne plus d'opportunités dans la course. On a deux bons pilotes, ça sera difficile de dépasser donc il faudra le faire sur la stratégie. Ce sera intéressant, et on reste longtemps sur le pneu avant gauche ici, il souffre beaucoup. Si le soleil revient et que les températures augmentent, ça sera intéressant."

Daniel Ricciardo ne gardera pas un souvenir impérissable de ces qualifications et peut tout au mieux espérer se battre pour la dernière marche du podium sur le sec. Au contraire de son patron, l'Australien espère des conditions de piste humides, comme en EL3, pour venir secouer la hiérarchie en place et tenter de jouer la carte de l'opportunisme, notamment en raison des choix de réglages qui ont été faits sur sa monoplace avant ces qualifications.

"La séance était un peu frustrante, on sentait qu'on avait les mains liées. On avait du sous-virage et on a tout utilisé sur l'aileron avant. On a fait un changement ce matin mais il pleuvait, donc on a dû revenir en arrière. Cinquième, c'est mieux que sixième, mais la séance était frustrante car j'étais limité dans mes possibilités d'améliorer. Il faut qu'il pleuve demain", commente l'Australien.

Lorsqu'il lui est indiqué que les chances de voir des précipitations sont probables, le pilote #3 s'anime.  "Oui ? Génial ! Sur le sec, on a plus d'appui que mon équipier. On voulait en enlever ce matin mais on est revenu en arrière. Je pense que j'ai plus d'appui que tout le monde donc ça ne sera pas facile de passer. Il faudra prendre un bon départ et voir où on va."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de France
Sous-évènement Qualifications
Circuit Circuit Paul Ricard
Pilotes Daniel Ricciardo , Max Verstappen
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Réactions