Verstappen, Bottas et Sainz sous enquête au GP du Qatar

Max Verstappen et deux autres pilotes sont sous enquête des commissaires au Grand Prix du Qatar en raison d'images les montrant ne pas ralentir alors que des drapeaux jaunes étaient agités, en fin de qualifications.

La fin de la séance de qualifications du Grand Prix du Qatar a été marquée par un incident subi par Pierre Gasly. Le Français, à la fin de son dernier tour lancé, est passé un peu trop au large sur les vibreurs de l'avant-dernier virage de la piste de Losail, et a vu son aileron avant se briser et se répandre en morceaux. Passé sur ses propres débris, il a crevé à l'avant droit et a dû terminer au ralenti dans le dernier virage et dans la ligne droite.

Après Lewis Hamilton sur la piste, mais devant la majorité des autres pilotes, Gasly a déclenché une situation confuse qui a vu le drapeau jaune être activé puis désactivé puis à nouveau réactivé avant de finalement disparaître une dernière fois, malgré la présence en piste de l'AlphaTauri abimée et au ralenti. Dans cette séquence, plusieurs pilotes sont arrivés, dont Max Verstappen, qui a amélioré son temps alors même qu'il dépassait avant la ligne de chronométrage la voiture de l'écurie sœur.

Max Verstappen passe à côté d'un double drapeau jaune (à gauche) lors des qualifications du GP du Qatar

Max Verstappen passe à côté d'un double drapeau jaune (à gauche) lors des qualifications du GP du Qatar

La situation a posé question et le visionnage des images de la caméra embarquée du Néerlandais a permis de constater qu'un double drapeau jaune était agité peu après le panneau DRS sur la gauche de la piste dans la ligne droite, sans qu'il ne lève le pied en réaction. Aucun affichage électronique n'est apparu par ailleurs sur son volant. Les panneaux verts visibles sur la droite sont apparemment ceux pour appeler un pilote à la pesée dans les stands.

Plus de deux heures et 30 minutes après la séance et alors que les images ont inondé les réseaux sociaux entretemps, la FIA – après avoir indiqué dans un premier temps qu'aucune enquête n'avait été lancée – a finalement annoncé que les commissaires allaient être saisis de cette situation. Toutefois, le dénouement n'aura lieu que ce dimanche, puisque le pilote et un représentant de Red Bull Racing ne sont convoqués que demain à 13h, heure locale (soit 11h en France), quatre heures avant le début de la course.

Si Verstappen était reconnu coupable de cette infraction, il pourrait a priori risquer jusqu'à 5 places sur la grille, ainsi que trois points sur sa licence, ce qui est la sanction standard ces dernières années dans ce cas de figure. Il avait perdu, pour la même raison, sa pole position au Grand Prix du Mexique 2019.

Plus tard dans la soirée, c'est Carlos Sainz qui a également été convoqué, à 13h30 dimanche, puis Valtteri Bottas, à 13h45. Pour les deux hommes, en revanche, il s'agit d'un non-respect présumé d'un drapeau jaune simple, lors de la même séquence.

Lire aussi :
partages
commentaires
La FIA mène des vérifications supplémentaires sur les ailerons arrière
Article précédent

La FIA mène des vérifications supplémentaires sur les ailerons arrière

Article suivant

Vettel suspecte un retrait du drapeau jaune "parce que Max arrivait"

Vettel suspecte un retrait du drapeau jaune "parce que Max arrivait"
Charger les commentaires