Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
41 jours
C
GP du Portugal
30 avr.
Prochain événement dans
52 jours
09 mai
Prochain événement dans
58 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
97 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
114 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
132 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
146 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
174 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
181 jours
12 sept.
Course dans
188 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
202 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
205 jours
10 oct.
Course dans
216 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
230 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
237 jours

Verstappen : Red Bull aurait dominé la F1 sans les moteurs hybrides

Red Bull aurait-il pu maintenir sa mainmise sur la Formule 1 sans l'arrivée des moteurs turbo hybrides ? C'est ce que pense Max Verstappen.

Verstappen : Red Bull aurait dominé la F1 sans les moteurs hybrides

Il est facile d'oublier qu'il y a dix ans, Red Bull dominait la Formule 1. Sous l'impulsion du légendaire Adrian Newey, l'écurie au taureau avait remporté quatre titres mondiaux consécutifs chez les pilotes et les constructeurs de 2010 à 2013 avec Sebastian Vettel. Une nouvelle réglementation technique incluant des unités de puissance hybrides en 2014 a lancé une ère de domination de Mercedes, qui a remporté les titres mondiaux en jeu lors des sept saisons suivantes ; personne n'a pu répondre à l'excellence de la marque à l'étoile, même parmi les équipes jouissant de ses moteurs.

Cependant, Max Verstappen – qui a justement choisi de s'engager avec Red Bull et non Mercedes en 2014 – est convaincu que son écurie actuelle aurait pu faire aussi bien si elle n'avait pas été handicapée par ses motoristes, en l'occurrence Renault puis Honda.

Lire aussi :

Lorsque Motorsport.com lui demande dans un entretien exclusif pourquoi Mercedes a tout gagné ces dernières années face à Red Bull, Verstappen répond donc : "Pour être honnête avec vous, je pense que si la réglementation n'avait pas changé fin 2013, Red Bull aurait pu faire pareil, vous voyez, si le V6 n'était pas arrivé. D'une certaine manière, je trouve que c'est exactement ce qu'il fallait pour [Mercedes]. Bien sûr, ils se sont préparés très tôt pour l'ère V6 et ils étaient très bien équipés avec une bonne unité de puissance dès le début. Je pense que bien sûr, initialement, cela les a vraiment beaucoup aidés."

Le Néerlandais n'hésite pas pour autant à reconnaître le mérite de Mercedes, notamment au niveau du châssis : "Je pense qu'ils ont rendu leur voiture très rapide. Et avec une bonne vitesse de pointe, forcément, tout a déjà l'air bien meilleur. Mais bien sûr, ils avaient aussi une voiture incroyable [en 2020]. C'est indéniable."

Et malgré le gel des châssis qui semble destiné à entériner une nouvelle saison de succès pour Mercedes en 2021, on espère chez Red Bull pouvoir donner du fil à retordre aux Flèches d'Argent. Max Verstappen est évidemment encouragé par sa victoire lors du dernier Grand Prix en date à Abu Dhabi, et c'est également le cas des dirigeants de l'écurie Helmut Marko et Christian Horner.

"Je pense que nous avons amélioré la voiture de manière significative", déclare Horner. "Je pense que nous avons compris quels sont nos problèmes et que nous pouvons espérer les avoir résolus davantage pour [2021]. Nous avons besoin d'une voiture performante sur des circuits très divers, ce que Mercedes sait très bien produire. C'est là que nous allons devoir être forts. Il nous faut être forts sur tous les types de circuits, surtout avec un calendrier de 23 courses."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires

Related video

Magnussen s'est lassé de jouer les points en F1

Article précédent

Magnussen s'est lassé de jouer les points en F1

Article suivant

Alpine F1 confirme l'arrivée de Davide Brivio

Alpine F1 confirme l'arrivée de Davide Brivio
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Max Verstappen
Équipes Red Bull Racing
Auteur Benjamin Vinel