Un an sans victoire pour Alonso et Ferrari

Le titre mondial est une nouvelle fois hors de portée pour Ferrari cette année, et Fernando Alonso le sait bien

Le titre mondial est une nouvelle fois hors de portée pour Ferrari cette année, et Fernando Alonso le sait bien. L’Espagnol a admis avoir revu ses espérances à la baisse après les enseignements tirés des premières courses de la saison, et pose désormais son attention sur la collecte de la seconde place du championnat du monde par équipes.

Un objectif qui ne fut pas atteint par la Scuderia l’an dernier. En 2012, Ferrari bouclait néanmoins sa saison derrière Red Bull, montant d’une place par rapport à la troisième position des saisons 2011 et 2010. En somme, la seconde place du championnat ne fut pour l’heure acquise que lors d’une unique saison depuis l’arrivée du Double Champion du Monde chez Ferrari, en 2010.

Le GP d’Espagne était un douloureux rappel pour Alonso du fait que sa dernière victoire en date remonte maintenant déjà à un an. « Cela n’arrivera probablement pas avant un moment, comme on nous a pris un tour ici », analyse Alonso avec lucidité
Cette année, c’est Mercedes qui dispose de la main au général. Red Bull, qui résout ses problèmes de début de saison progressivement, s’est clairement imposé comme la seconde force du plateau, aussi bien en termes de rythme que de régularité sur les longs relais et dans l’introduction de développements.

Ferrari occupe actuellement la 3ème place du championnat, à presque 20 points de Red Bull (et plus de 130 de Mercedes), et seulement 10 unités devant Force India. Reste que le team sait disposer d’une importante marge de progression, aussi bien sur l’auto que sur le comportement de celle-ci, notamment du côté de Kimi Räikkönen, constamment mal à l’aise avec la F14-T.

Selon Felipe Massa, désormais chez Williams après de longues saison Ferrari, son nouveau team dispose d’un système de développement plus efficace que celui de la Scuderia, en dépit de ses moyens bien plus limités. La réponse à ce point sera apportée durant les deux prochains GP, estime Alonso, qui sait que les caractéristiques particulières de Monaco nivellent globalement la performance, et que Montréal reste un circuit pour les moteurs ; domaine dans lequel Ferrari jouit encore actuellement d’un avantage par rapport à Red Bull, qui cherche de la puissance avec Renault.

« Mercedes est hors de portée, mais nous avons le potentiel pour rattraper les autres équipes ; la seconde position est donc notre objectif », annonce Alonso, qui martèle qu’il « faut progresser » encore et encore. « Nous ne pouvons pas être satisfaits de terminer si loin des leaders. D’une certaine façon, nous sommes dans cette situation depuis les premières courses, car nous avons fini une minute derrière les leaders avec des voitures de sécurité. Ici [en Espagne], il n’y en a pas eu, donc cette minute est en réalité une minute et demie », note l’Espagnol.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Felipe Massa
Équipes Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités