Binder ralenti par une "grosse dégradation" de son pneu arrière

Brad Binder a perdu des places en raison d'un perte d'adhérence sur son pneu arrière à Austin. Miguel Oliveira a de son côté pu remonter dans le classement au lendemain de qualifications difficiles.

Binder ralenti par une "grosse dégradation" de son pneu arrière

Une nouvelle fois, les pilotes KTM n'avaient pas le rythme pour se battre pour les premières places au Grand Prix des Amériques. Le duo de la marque autrichienne a vu l'arrivée en milieu de classement, après des courses aux trajectoires opposées.

Incapable de faire un tour à la hauteur de ses attentes en Q2, Brad Binder a dû s'élancer de la 11e position et il n'a pris que la neuvième place le lendemain, au terme d'une course difficile. "C'était super, super dur", a expliqué le Sud-Africain. "Avant la course, on a décidé de rouler avec le pneu medium, en se disant que si je pouvais rester avec les autres, j'aurais un avantage à la fin."

Mais Binder n'a absolument pas eu cet avantage. Il a pu remonter au septième rang en début d'épreuve et soudainement, son pneu arrière n'a plus donné les mêmes performances. Même s'il a pu continuer à rouler au même rythme, le vainqueur du GP d'Autriche a eu du mal à composer avec cette perte d'adhérence.

"Pour une raison ou une autre, on a eu une grosse dégradation du pneu arrière, très soudaine, et après j'ai été encore en difficulté. J'ai vraiment poussé sur l'avant à la fin, mon pneu avant a un peu lâché. C'était vraiment difficile parce que je ne pouvais pas attaquer en entrée [de courbe], et qu'à la fin je n'avais pas non plus l'adhérence pour bien prendre les virages. Donc une course vraiment longue."

Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing

"Ça m'a vraiment compliqué la tâche et j'ai eu besoin de plusieurs tours pour comprendre quoi faire, c'était dur de rester rapide avec moins de grip", a-t-il ajouté sur le site officiel du MotoGP, évoquant ses soucis avec le pneu arrière. "C'était une course difficile. Il y avait trois ou quatre pilotes trop loin devant moi et je ne pouvais pas combler l'écart et me battre. À la fin, c'était dur parce que je n'avais plus aucune adhérence à l'arrière et que j'avais vraiment du mal. Sur le côté droit, le pneu avant était aussi usé donc c'était vraiment dur de rester sur la trajectoire."

Même s'il a sauvé un top 10, Brad Binder estime que la RC16 méritait un meilleur résultat sur le circuit d'Austin : "Je voulais vraiment mieux que la neuvième place, je sais qu'on est capable de bien mieux et c'est très frustrant de quitter l'Amérique comme ça."

Seul Pol Espargaró séparait les deux pilotes KTM à l'arrivée. Miguel Oliveira a pris la 11e place après une séance de qualifications troublée par une chute et une remontée depuis la 19e place sur la grille. Il n'a pas eu le même problème que Binder sur sa gomme arrière mais il a aussi été limité par son pneu avant en fin d'épreuve.

"On a gagné quelques places, on était plus performants en conditions de course, comme prévu", a souligné le Portugais. "La course était très difficile. C'était dur de gérer la dégradation du pneu avant sur le côté droit, et à la fin, je n'avais plus de pneu. J'ai dû ralentir énormément après avoir fait une erreur en essayant de me rapprocher de Pol au virage 12. Après, j'ai juste assuré pour voir l'arrivée. C'était un dimanche positif."

Lire aussi :

partages
commentaires
Le MotoGP confirme son calendrier 2022 provisoire
Article précédent

Le MotoGP confirme son calendrier 2022 provisoire

Article suivant

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage
Charger les commentaires