Quartararo en délicatesse avec les pneus malgré son bon chrono

Auteur d'un bon deuxième temps, Fabio Quartararo juge la montée en température des pneus désastreuse au Mans. Le pilote Yamaha a eu des sensations "étranges" au niveau du bras, sans ressentir de véritable gêne.

Quartararo en délicatesse avec les pneus malgré son bon chrono

Fabio Quartararo a débuté le week-end du Grand Prix de France du bon pied. Seulement 17e de la première séance d'essais, disputée sur une piste humide, le Français a signé le deuxième temps dans l'après-midi, une performance qui lui a probablement assuré son accession directe à la Q2 puisque de nouvelles averses sont attendues samedi matin, ce qui devrait compliquer toute amélioration des chronos. Malgré ce bon résultat, à moins d'un dixième du leader Johann Zarco, Quartararo voit des pistes de progrès, en particulier dans l'exploitation des pneus, qu'il s'agisse de les faire chauffer ou de trouver le bon niveau d'agressivité.

"Les conditions sèches étaient très bonnes, mais je pense que la montée en température du pneu est un désastre complet pour tout le monde", analyse le pilote Yamaha. "Normalement je suis plutôt bon pour ça, mais je n'ai pas pu bien le faire. Ce n'est pas facile, mais sur le mouillé, on a de bonnes sensations. Mais il nous manque de la vitesse. Je pense que j'ai trop préservé les pneus par rapport aux autres Yamaha. Donc il va falloir vérifier ça mais on a un déficit, pas tant dans les sensations, plutôt dans la vitesse."

Les difficultés de Fabio Quartararo pour faire chauffer les pneus sont à l'origine de sa chute à la chicane Dunlop, une portion du circuit qui a piégé de nombreux concurrents en EL2. Il estime que les pilotes réaccélèrent trop tard à la sortie des stands, ce qui complique la montée en température des gommes : "Je pense que la [zone de] limitation de vitesse dans les stands va beaucoup trop loin par rapport à là où nous partons. Je pense que ce n'est pas bien, il faudrait la rapprocher. C'est très dur de faire chauffer le pneu, mais juste après [la chute], mon rythme était bon."

Lire aussi :

Quartararo est en tout cas ravi de son rythme et il aurait même pu réaliser le meilleur temps de la journée : "Dans mon meilleur tour, j'ai eu des drapeaux jaunes, il était plus rapide que mon 1'38"8, je crois que j'étais en 1'35"5 ou quelque chose comme ça."

Pour la suite du week-end, le Niçois devra surtout progresser sur une piste séchante et dans des conditions mixtes identiques à celles rencontrées dans la matinée, qui l'a vu se classer hors du top 15. Quartararo sent néanmoins que la Yamaha peut être performante si le circuit est plus humide.

"Dans des conditions de pluie, je me sens mieux que dans les conditions de ce matin, plus sèches que mouillées. Ce sont des conditions où je ne me suis jamais vraiment bien senti. Ce matin, le feeling était bon et il manquait juste de la vitesse. Je pense que c'était difficile mais qu'on sait ce qu'il faut faire pour demain. En général, le feeling est bon avec la nouvelle moto."

Des sensations "étranges" sur le bras opéré

Avant d'entamer les essais, Fabio Quartararo s'attendait à ne pas être limité par son bras droit, opéré il y a dix jours pour l'arm-pump qui l'a fait dégringoler dans le classement au GP d'Espagne. Évoquant des sensations étonnantes mais pas de véritable gêne, le pilote Yamaha a surtout craint le rythme soutenu de la séance de l'après-midi, qui n'a finalement pas été un problème.

"Les sensations sont différentes, un peu étranges, mais je n'étais pas vraiment anxieux. J'étais un peu anxieux en EL2 parce que tout le monde a roulé avec des pneus neufs, a attaqué immédiatement parce qu'il allait peut-être pleuvoir, et les chronos étaient bons, mais ce n'était pas un time attack, j'avais juste un pneu neuf et du carburant. J'étais assez impressionné par mon chrono, donc je suis content parce que mon bras va bien. C'est un peu étrange, mais ça va."

Lire aussi :

"On sent qu'il y a quelque chose de bizarre, que j'ai eu une opération", a-t-il ajouté. "Je le ressens, parce que je sens les points. J'ai ressenti la cicatrice qui tirait un peu, un petit peu plus de douleur. Aujourd'hui, je n'ai pris aucun médicament. J'ai roulé vraiment 'à jeun' et je pense que c'est un avantage pour être vraiment prêt pour la course dimanche."

Satisfait que son bras ne lui ait pas posé de problème après sa chute, Quartararo ne prévoit pas de changement majeur dans le traitement de la blessure dans la suite du week-end, si ce n'est la prise d'antalgiques. "Mon bras ne sera pas bandé, j'aurai juste des protections sur les deux cicatrices et je pense que je prendrai quelques médicaments pour la douleur."

partages
commentaires

Related video

EL2 - Doublé français et festival de chutes !
Article précédent

EL2 - Doublé français et festival de chutes !

Article suivant

Zarco leader et à l'aise : "Tout s’aligne depuis un moment"

Zarco leader et à l'aise : "Tout s’aligne depuis un moment"
Charger les commentaires