Petrucci doit affiner son pilotage s'il veut grimper dans la hiérarchie

partages
commentaires
Petrucci doit affiner son pilotage s'il veut grimper dans la hiérarchie
Par : Willy Zinck
16 oct. 2018 à 11:30

L'Italien sait devoir faire des efforts dans son style de pilotage, souvent jugé trop agressif, s'il souhaite franchir un cap en vue de son passage au sein de l'équipe officielle Ducati l'an prochain.

Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing, Andrea Iannone, Team Suzuki Ecstar
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing

Même s'il ne lui reste plus que quatre courses encore à disputer avec Pramac avant de rejoindre l'équipe officielle Ducati, Danilo Petrucci aura sans doute à cœur de finir sa relation avec l'équipe italienne sur une bonne note.

Le titre de meilleur pilote indépendant serait en effet un excellent marqueur pour le Transalpin, et de bon augure avant l'entame de sa nouvelle aventure au sein de la structure officielle de Borge Panigale à compter de 2019.

Lire aussi :

Mais s'il n'accuse que deux points de retard sur Cal Crutchlow pour décrocher ce statut honorifique, le numéro 9 sait devoir progresser sur son pilotage. Petrucci a ainsi isolé plusieurs axes d'amélioration, le plus remarquable étant situé dans les phases de freinage.

"Mon problème, c'est que je rentre dans les virages avec trop de vitesse", explique-t-il. "Le problème est que le tarmac est le même pour tout le monde, or je vais toujours un peu large, et au moment de l'accélération je suis en dehors de la trajectoire. C'est quelque chose qui ne pose pas de problème sur un tour, ni sur cinq. Mais sur 25, ce n'est pas terrible. En d'autres termes, je dois mieux stopper la moto. Et donc je dois changer ma trajectoire, ma façon de redresser la moto, et la façon dont je remet les gaz."

Pas que de la faute du poids

Son pilotage atypique n'est pas sans conséquence sur son pneu avant, prompt à souffrir de surchauffe, et donc à se dégrader plus rapidement que ceux chaussés par ses concurrents. Un phénomène qui n'est pas arrangé par ailleurs par la plus grande masse de l'Italien, même s'il considère que ce dernier paramètre, qui est tout sauf nouveau le concernant, ne joue pas un rôle majeur dans ses difficultés.

"La température des pneus, c'est toujours un problème pour moi", pointait-il après le GP d'Aragón. "Nous avons donc regardé les différences qu'il y avait entre moi, Dovi et Jorge [Lorenzo], car ils étaient plus rapides que moi lors de la seconde moitié de course. Il y a une différence de poids entre moi et les deux autres pilotes, mais tout n'est pas à mettre sur le compte de la masse. Ils [l'équipe technique] disent que 70% provient du style de pilotage et 30% du poids. Bien sûr, être plus lourd n'aide pas. Ils ont regardé les datas après la course en Aragón, et ils ont vu des différences, en particulier quand le pneu devenait plus chaud. Je dois travailler sur cette partie."

Lire aussi :

Ce problème affecte également le pneu arrière, qui subit aussi une usure prononcée forçant Petrucci, selon les circuits visités, à baisser de rythme. S'il peine à donner un ordre de grandeur exact concernant la valeur de la surchauffe constatée, celui-ci concède qu'elle le pousse à revoir ses tactiques de course afin de pouvoir voir l'arrivée.

"Je ne peux pas vous donner un chiffre exact, mais c'est environ 20% de plus [la température du pneu arrière, ndlr]. La température augmente tout de suite, et le problème ensuite c'est de refroidir [le pneu]. Or, durant la course, on ne peut pas rester relax. Si vous revoyez la course en Aragón, pendant les premiers tours je ne suivais pas le gros du peloton dans la ligne droite principale. J'étais toujours en dehors de la trajectoire pour tenter de refroidir les pneus, ce qui n'a d'ailleurs pas tellement fonctionné." 

Article suivant
Nakagami prolonge avec Honda et LCR en 2019

Article précédent

Nakagami prolonge avec Honda et LCR en 2019

Article suivant

Lorenzo se rend au Japon, prêt à reprendre la piste vendredi

Lorenzo se rend au Japon, prêt à reprendre la piste vendredi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Danilo Petrucci
Équipes Pramac Racing
Auteur Willy Zinck
Type d'article Actualités