Quartararo : "Je ne ferai rien de stupide pour la victoire"

Fabio Quartararo fait figure de favori pour le Grand Prix MotoGP d'Espagne après des qualifications parfaitement exécutées et récompensées par la pole position.

Et de quatre ! Fabio Quartararo est décidemment chez lui à Jerez, où une quatrième pole position consécutive est venue récompenser ses efforts au guidon de la Yamaha factory. Une position de départ idéale pour le leader du championnat du monde, qui se présentera ce dimanche au départ du Grand Prix d'Espagne avec une avance mathématique de 15 points sur son plus proche rival Pecco Bagnaia (Ducati), quatrième sur la grille de départ.

Autre satisfaction : avoir laissé son équipier et autre rival Maverick Viñales distancé sur la grille. Le pensionnaire de l'autre box Yamaha factory n'est en effet parvenu à se hisser qu'à la septième position, derrière trois pilotes Ducati, la Honda de Takaaki Nakagami et même la Yamaha satellite de Franco Morbidelli, se condamnant ainsi à un début de course théoriquement bien plus difficile que celui du Français.

Très à l'aise sur un circuit qu'il affectionne réellement et où il est perçu comme le favori, le vainqueur des deux derniers GP en date dispose de la possibilité de faire la passe de trois pour arriver avec une avance accrue au général sur le Grand Prix de France, dans deux semaines. Réaction du Français à l'issue des qualifications.

Lire aussi :

Tu as commencé très fort en essais, mais rien n'était acquis car les conditions étaient assez différentes en qualifications…

C'est un meilleur sentiment qu'au Portugal ; les conditions d'aujourd'hui étaient assez étranges, car je m'attendais à des temps au tour un petit peu plus rapides dans la matinée. Et dans l'après-midi, en qualifications, le vent était assez puissant sur certaines portions du circuit, comme dans les virages 7 et 8 : les virages rapides n'étaient pas faciles à gérer. Mais le plus important était d'être sur la première ligne et nous y sommes parvenus. Les EL4 ont été super, on a essayé les deux [types de] pneus et je me sens un petit peu mieux avec le medium. Nous avons fait un super travail aujourd'hui et notre rythme [de course] n'a pas l'air si mauvais donc je suis heureux !

Ton objectif est bien sûr de t'échapper devant dès le départ, mais il y a avec Jack [Miller] une Ducati rapide jute derrière, qui pourrait te battre au virage 1…

C'est certain, mais on va faire de notre mieux pour rester devant. Il n'y a pas que lui : ils sont tous très rapides sur la première et la deuxième ligne et nous allons essayer de faire de notre mieux. Mais bien sûr, nous avons le rythme pour nous battre pour le podium et la victoire, et il nous faudra prendre les choses pas à pas. J'ai l'impression que notre travail avec les pneus a été bon, mais la course est très longue ici et il faudra la gérer sur la durée.

Il y avait pas mal de vent qui semblait aller et venir en Q2 ; est-ce que ça t'a affecté ?

Oui, c'est ce que je viens de dire : je pense que même entre deux runs, on pouvait sentir la différence ; je l'ai sentie. Mais c'était seulement dans quelques virages pour moi : dans le 7 et le 8, où c'était le pire. Maintenant, c'était la même chose pour tout le monde. C'est un petit problème pour aller plus vite, mais à la fin le temps au tour était aussi super donc espérons juste qu'il n'y ait pas de trop de vent demain !

Tu sembles avoir le rythme pour le podium, voire même beaucoup plus… Dirais-tu que c'est plutôt une course à perdre ?

Honnêtement, je ferai de mon mieux et je sais que mon rythme est rapide. Bien entendu, je souhaite me battre pour la victoire, mais si je sens que ça devient difficile pour la victoire je ne ferai rien de stupide. Mais bien entendu, mon objectif principal est de me battre pour la victoire, c'est clair. Néanmoins, ça ne veut pas dire que c'est une course à perdre et je serai heureux si je me donne à 100%. Il n'y a pas de pression.

Tu te plaignais hier de la chute des pneus, peux-tu nous dire comment tu as résolu cela aujourd'hui ?

En Essais Libres 2, j'étais assez inquiet parce que j'avais ressenti une chute assez importante. En Essais Libres 3, nous sommes sortis avec le même train et j'ai ressenti la baisse, mais nous sommes parvenus à avoir un meilleur réglage sur la moto, et je pense que les conditions de piste étaient bien meilleures. J'ai fait un 1'37"9 avec des pneus de presque 20 tours, ce qui est presque la distance de course donc je suis très heureux du niveau de performance des pneus.

Lire aussi :

P. Pilotes Temps Ecart
1 France Fabio Quartararo
1'36.755
2 Italy Franco Morbidelli
1'36.812 0.057
3 Australia Jack Peter Miller
1'36.860 0.105

partages
commentaires
La grille de départ du GP d'Espagne MotoGP
Article précédent

La grille de départ du GP d'Espagne MotoGP

Article suivant

Morbidelli du "champ de bataille" de la Q1 à une superbe première ligne

Morbidelli du "champ de bataille" de la Q1 à une superbe première ligne
Charger les commentaires