Razlan Razali s'excuse publiquement auprès de Petronas

Après avoir exprimé sa surprise au sujet du retrait de Petronas, Razlan Razali tient à présent à apaiser ses relations avec le pétroler et avec le circuit de Sepang en s'excusant pour les propos qu'il a pu tenir.

Razlan Razali s'excuse publiquement auprès de Petronas

Razlan Razali, patron de l'équipe SRT et désormais du team RNF qui prend sa suite, s'est publiquement excusé auprès de Petronas pour des commentaires qu'il a tenus après la fin de leur relation. Celle-ci a été confirmée pendant l'été, lorsque Petronas s'est désengagé de l'équipe MotoGP après trois ans de partenariat, le contexte économique poussant l'entreprise pétrolière à recentrer ses activités sportives.

Il a toutefois été suggéré que la gestion de Razlan Razali pouvait également être en cause, et le patron malaisien s'était lui-même livré à des commentaires auprès du site allemand Speedweek qu'il dit regretter à présent.

"Je regrette sincèrement la façon dont les articles ont été écrits et l'impact qu'ils ont eu", dit-il. "Il n'a jamais été dans mon intention de créer la moindre friction entre moi et les parties concernées. Ainsi, je m'excuse si les parties mentionnées par ces journalistes se sentent offensées de quelque manière que ce soit."

En octobre, Razlan Razali a indiqué que le retrait de Petronas avait été pour lui "une vraie surprise", lui faisant l'effet "d'une bombe". Il a également expliqué avoir reçu en juin une offre de prolongation de contrat au rabais, à laquelle il a répondu en demandant une réévaluation à la hausse du budget. "Avec le recul, j'aurais dû accepter cette offre dès juin", avait-il déclaré à Speedweek, expliquant qu'une date limite pour discuter de la situation avait été fixée à fin juillet, échéance à laquelle Petronas lui a finalement annoncé son retrait sans prolonger la discussion.

Aujourd'hui, Razlan Razali souhaite apaiser la situation. "Nous avons mutuellement convenu que le partenariat a atteint son but et ses objectifs et, compte tenu de la situation économique mondiale due à la pandémie, je respecte la décision prise par le partenaire titre de ne pas continuer avec l'équipe", déclare-t-il. "L'équipe, avec son partenaire titre, a réalisé énormément de choses au cours de nos trois années de collaboration et je remercie notre partenaire pour son engagement et son soutien, alors que nous avons terminé sur une note positive lors de la dernière course à Valence."

Dans l'interview du mois d'octobre, Razlan Razali, également ancien PDG du circuit de Sepang, avait mis en évidence ses mauvaises relations avec la directrice de la communication stratégique de Petronas, Anita Azrina Abdul Aziz. Expliquant leurs divergences, il s'était interrogé sur le fait que le retour de cette personne à ce poste après deux ans d'absence et la fin de son partenariat avec Petronas aient coïncidé.

Son remplaçant à la tête du circuit de Sepang, Azhan Shafriman Hanif, se dissocie aujourd'hui de ces suppositions. "Ces articles n'expriment pas les points de vue ou opinions du Sepang International Circuit en tant que propriétaire de l'équipe, et ne sont ni partagées ni soutenues ni approuvées en aucune façon", déclare-t-il. "Nous respectons la décision de Petronas de mettre fin au partenariat, nous maintenons fermement que la séparation était mutuelle et, plus important, qu'elle a été convenue à l'amiable. Nous tenons à remercier Petronas pour son soutien continu tout au long de ce partenariat."

Après une année mouvementée, Razlan Razali sera en 2021 à la tête du team RNF, qui se basera en grande partie sur l'ancienne équipe SRT mais avec de nouveaux partenaires et un management réduit. Yamaha s'est engagé pour une saison afin que la structure reste son team satellite, avec pour pilotes Andrea Dovizioso et le rookie Darryn Binder.

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Andrea Dovizioso n'a pas d'autre objectif que le titre
Article précédent

Andrea Dovizioso n'a pas d'autre objectif que le titre

Article suivant

Joan Mir regrette que son titre avec Suzuki n'ait pas été assez valorisé

Joan Mir regrette que son titre avec Suzuki n'ait pas été assez valorisé
Charger les commentaires