Rossi : "Dès les premiers tours, j'ai commencé à glisser à l'accélération"

Le pilote Yamaha a vu son résultat compromis par un trop grand patinage, qui s'est fait ressentir dès les premières encablures.

Rossi : "Dès les premiers tours, j'ai commencé à glisser à l'accélération"
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Parmi le train de pilotes qui se sont disputé la deuxième place du Grand Prix d'Australie, Valentino Rossi aura finalement terminé en wagon de queue.

Pourtant, le numéro 46 a lui aussi effectué un passage éphémère aux avant-postes, avec son coéquipier et futur vainqueur de l'épreuve, Maverick Viñales. Mais l'Italien n'a pas réussi à tenir la distance, la faute à trop de patinage, phénomène qui l'a contraint à céder du terrain dans le dernier tiers de course.

Un manque d'adhérence dès le départ

Le pilote Yamaha avait d'ailleurs ressenti les premiers symptômes du mal dès les premiers instants de l'épreuve. "Malheureusement, dès le premier tour j'ai commencé à trop glisser à l'accélération", a-t-il observé. "J'ai perdu un peu de grip par rapport à hier et ce matin. C'est dommage parce que nous voulons nous battre pour faire mieux, j'ai essayé de piloter de façon plus douce, de gérer le pneu mais malheureusement après 15 tours j'étais en difficulté car en sortie des virages à gauche j'avais trop de patinage."  

Lire aussi:

Souvent confronté au problème depuis un an et demi, le Docteur savait dès lors que la fin de course serait épineuse, et qu'il s'agirait surtout de limiter les dégâts.

"C'est étrange car lorsque je suis arrivé sur la grille j'avais de bonnes sensations, mais quand je suis reparti pour le tour de chauffe c'est comme si j'avais perdu du grip, comme si le pneu était devenu un peu plus dur", a-t-il expliqué. "J'étais déjà inquiet dès le début, et quand je commence à patiner à ce point à l'accélération, après je sais que dans la dernière partie [de la course] c'est plus difficile."

La situation se complique au championnat

Si son voisin de garage vient de permettre à Yamaha de retrouver le chemin de la victoire pour la première fois depuis près de 18 mois (le dernier succès de la marque aux trois diapasons fut le fait de Rossi, aux Pays-Bas fin juin 2017), le septuple Champion du monde ne peut constater que sa situation au championnat s'est dégradée après Phillip Island.

Seulement sixième à l'arrivée, celui-ci rend en effet six points à Andrea Dovizioso, avec qui il est en lice pour l'obtention de la deuxième place au général. Par ailleurs, la victoire de Viñales fait fondre l'Espagnol sur lui.

De quoi forcer l'Italien à réajuster ses objectifs de fin de saison : "C'est une mauvaise journée pour moi au championnat, car je perds des points sur Dovi, et Maverick n'est pas si loin donc je pense que la bataille va plus concerner la troisième place que la deuxième."

partages
commentaires
Dovizioso, une troisième place et surtout des progrès pour Ducati

Article précédent

Dovizioso, une troisième place et surtout des progrès pour Ducati

Article suivant

La course MotoGP de Phillip Island sera disputée plus tôt en 2019

La course MotoGP de Phillip Island sera disputée plus tôt en 2019
Charger les commentaires