Une fois de plus, Zarco devant les Yamaha officielles

Le pilote français a de nouveau brillé en course, damant le pion à Viñales et Rossi.

Une fois de plus, Zarco devant les Yamaha officielles
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3

Il commence à être coutumier du fait, et il a encore récidivé ce week-end en Autriche : Johann Zarco a livré une prestation magistrale sur le Red Bull Ring, en terminant à la cinquième place, juste devant les deux Yamaha officielles.

Une tendance qui n'est pas nouvelle pour le Français, puisque celui-ci avait déjà taillé des croupières à Maverick Viñales et Valentino Rossi en d'autres occasions cette saison, notamment à Jerez et en Catalogne, mais aussi à Assen lors des qualifications.

Alors que ses deux homologues ont piétiné en course en éprouvant un manque de grip à l'arrière alors qu'ils avaient pourtant opté pour le pneu dur, le pilote Tech3 avait comme souvent fait le choix de la gomme la plus tendre proposée par Michelin en Styrie. "La température [lors de la course] a été la plus chaude de tout le week-end, mais lorsque j'ai essayé le pneu medium, nous n'étions pas confiants avec celui-ci", explique le numéro 5. "Nous sommes donc restés sur le pneu soft, et c'était une bonne chose."

Bonne gestion des gommes

En dépit d'un début de course calme, cette décision s'est finalement révélée payante au fil des tours. "J'ai perdu le contact avec les gars de devant [en début de course], mais c'est après six ou sept tours que les pneus se sont mis à vraiment bien fonctionner", reprend le Cannois. "Je me suis senti très fort, et j'ai pu les rattraper, mais les dépasser était difficile, car à chaque fois je perdais du temps en sortie de virage."

Zarco a néanmoins dû faire face à une usure de ses gommes lors de la seconde moitié de l'épreuve, mais à la différence d'autres pilotes, il a réussi à limiter cette dégradation pour maintenir sa position jusqu'au drapeau à damier. "J'ai pris quelques risques", reconnaît-il. "Je voulais rester concentré et ne pas faire d'erreur, et puis je me suis retrouvé en cinquième position, avec 14 tours encore à parcourir et le pneu arrière qui commençait à s'user un peu. Je ne pouvais pas rattraper les gars devant, mais je ne perdais pas trop de temps. J'ai dû adapter mon pilotage pour bien contrôler la dégradation des pneus. J'ai vraiment cru que je pouvais rattraper Jorge Lorenzo, mais il était aussi régulier."

Sur un tracé qu'il affectionne tout particulièrement – il y avait signé la pole puis la victoire en 2016 pour le compte d'Ajo Motorsport en Moto2 –, Zarco a par ailleurs tiré profit des enseignements de la journée d'essais post-course organisée à Brno en début de semaine dernière. "J'aime cette piste, et ce que j'ai appris c'est peut-être la façon de piloter lorsque les pneus s'usent. C'est un style de pilotage différent que j'ai commencé à comprendre lors du test de Brno, et j'ai été capable de l'appliquer ici."

Avec une nouvelle arrivée devant les Yamaha officielles, le pilote satellite s'est encore illustré, et a décroché un résultat qui ne peut que servir ses ambitions à l'avenir. "Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi j'ai été plus rapide", explique-t-il cependant. "C'est une piste que j'aime, et peut-être que cela vous donne la bonne énergie. Ici, pour moi, ça a bien marché. La moto fonctionne bien. Je veux une moto d'usine dans le futur, donc le fait d'avoir des courses solides comme cela et d'être devant elles [les Yamaha officielles] est la meilleure façon d'en obtenir une dans le futur."

Le fait de recourir au mélange le plus tendre à l'arrière et de souffrir d'une moindre dégradation peut paraître comme une énigme, alors que Valentino Rossi et Maverick Viñales ont pour leur part souffert de patinage lors de la seconde moitié de la course.

D'autres facteurs pour expliquer l'usure des pneus selon Rossi

Mais pour le Docteur, la morphologie des pilotes, en plus des réglages des motos et des conditions de piste, peut expliquer ces deltas de performance paradoxaux. "Zarco fait marcher le tendre parce qu’il est plus léger, plus petit, et il est très bon avec des pneus plus tendres. Il est souvent capable d’en utiliser des plus tendres que n’importe qui. Mais ce n’est pas notre cas à Maverick et moi, qui avons des styles de pilotage plus agressifs."

 
partages
commentaires
Viñales : "Il faut nous dépêcher et travailler"

Article précédent

Viñales : "Il faut nous dépêcher et travailler"

Article suivant

Kallio, pas "trop vieux" pour un top 10 avec KTM à domicile !

Kallio, pas "trop vieux" pour un top 10 avec KTM à domicile !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Autriche
Lieu Red Bull Ring
Pilotes Johann Zarco
Équipes Red Bull KTM Tech3
Auteur Willy Zinck