Estre : "Une vraie remise en question de notre part"

partages
commentaires
Estre :
Par : Emmanuel Rolland
12 avr. 2017 à 15:27

Si les nouvelles Porsche 911 RSR à moteur central se sont montrées les plus rapides du GTE Pro lors du Prologue de Monza, le constructeur allemand est encore en phase de repérage, comme l'a expliqué Kevin Estre à Motorsport.com.

#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
Kevin Estre, Porsche Team
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
Kevin Estre, Porsche Team
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, #92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre

Pour leurs débuts en compétition lors des 24 Heures de Daytona en janvier dernier, les nouvelles Porsche 911 RSR s'étaient déjà portées parmi les prétendantes à la victoire, concluant finalement à la deuxième place finale avec l'équipage Pilet, Makowiecki et Werner.

À Monza, à l'occasion des trois jours de Prologue du WEC, le constructeur allemand a démontré qu'il fera là aussi partie des candidats au titre, face aux Ford GT, aux Ferrari 488 et aux Aston Martin Vantage. Le meilleur chrono des trois jours est en effet revenu à Michael Christensen sur la #92 (1'47''379) juste devant son équipier Kevin Estre (1'47''507), alors que le troisième chrono absolu de la catégorie revenait à Frédéric Makowiecki (1'47''515) sur la seconde 911 RSR officielle, la #91.

"On le sait depuis ses premiers tours de roue. Que ce soit à Daytona comme à Sebring, la nouvelle Porsche 911 RSR a montré son potentiel", se réjouit Kevin Estre auprès de Motorsport.com. "Je suis content pour le moment. On a posé la voiture sur le sec et tout de suite elle était bien. On avait un bon programme de test et on a fait à peu près tout ce que l'on voulait. Nous, sur notre voiture, avec Michael, l'homogénéité est bonne, on a à peu près le même style de pilotage, le courant passe bien avec les mécanos et les ingénieurs, alors que nous sommes beaucoup de nouveaux."

Un pari risqué 

"La performance était bonne, après ce ne sont que des essais, on ne sait pas où en sont les autres", poursuit le pilote tricolore. "C'est clair qu'un pas a été fait. On a une nouvelle voiture, sur laquelle on a beaucoup travaillé, c'est sûr que c'est pour améliorer les choses. Avant Silverstone, ce sera dur de se situer. On ne sait pas si les autres font des longs runs, roulent avec peu d'essence, des pneus neufs. Nous, on sait que quand tout est mis bout à bout, on est bien. Maintenant, est-ce que c'est assez, on verra, on l'espère ! On est content de notre travail."

Après une pause d'un an (hormis sa présence aux 24 Heures du Mans en juin dernier), l'équipe officielle Porsche revient dans la ronde, après avoir pris le risque d'opter pour la première fois de son histoire pour un moteur central en compétition. Un pari risqué, mais qui porte déjà ses fruits.

"La 911 perd un peu de sa spécifité de conduite"

"C'est vrai que le fait d'avoir déplacé la position du moteur, cela nous permet d'avoir un gros potentiel d'appuis sur l'arrière", continue Kevin Estre. "On a un gros diffuseur qui nous permet d'avoir de l'appui, et on a également travaillé sur l'avant pour bien équilibrer la voiture. La répartition des masses est un petit peu différente également, c'est un avantage, un pas en avant. On verra ensuite en course, sur des longs runs, sur le gras, sur le sec, sous la pluie. Pour l'instant, sur piste humide, ce n'est pas mal du tout. Vraiment, on est confiants."

"En fait, l'évolution a surtout été imposée par le nouveau règlement. Il autorise beaucoup d'aéro à l'arrière, et nous, avec le moteur en porte-à-faux arrière, on était assez limité. Ça a été une vraie remise en question de notre part, que ce soit de la part des pilotes, de l'équipe, des ingénieurs."

"C'est différent, en termes de pilotage. Cela dit, ça reste une Porsche, c'est un châssis de 911 avec un moteur en position central, donc elle perd un peu de sa spécificité de conduite. "

Promotion cette année chez Porsche

Cette année, Kevin Estre a eu la chance d'être promu pilote d'usine chez Porsche, et fera équipe avec Michael Christensen sur la #92, les deux hommes étant rejoints par Dirk Werner au Mans. Une chance que le pilote originaire de Lyon entend bien saisir pour démontrer ses capacités à s'imposer comme l'une des valeurs sûres du championnat, et l'un des piliers du clan Porsche.

"C'est sûr que ça fait plaisir de voir la confiance que Porsche met en moi", conclut Estre. "Nous sommes pas mal de pilotes en GT, et seulement quatre devaient être choisis. J'en fais partie. Maintenant, c'est à moi de faire au mieux, de ne pas faire d'erreur, de réaliser une bonne saison. Quand je repense à l'époque où je galérais en Carrera Cup pour courir, pour trouver des financements, je me dis que ça a bien évolué depuis."

Propos recueillis par Guillaume Nédelec

Prochain article WEC
Michelin et le "challenge ambitieux" du nouveau règlement

Previous article

Michelin et le "challenge ambitieux" du nouveau règlement

Next article

Édito - Toyota n'aura aucune excuse !

Édito - Toyota n'aura aucune excuse !

À propos de cet article

Séries WEC
Pilotes Kévin Estre
Auteur Emmanuel Rolland
Type d'article Interview