Bruno Spengler veut rester prudent avant Zandvoort

S'il a amorcé le retour de BMW sur le Norisring, avec la première pole position mais aussi le premier podium pour le constructeur bavarois il y a quinze jours, Bruno Spengler ne veut pas se montrer trop optimiste en vue des deux courses de Zandvoort, quatrième étape du championnat DTM. Le Canada demeure conscient du déficit de performance affectant encore les M4 DTM face à la concurrence, comme il l'a confié à Motorsport.com.

Une récompense pour le travail fourni par l'équipe BMW

A l'image du début de saison difficile de BMW, totalement surclassé par Mercedes et surtout Audi en performances pures, Bruno Spengler n'a guère connu la réussite à Hockenheim, puis au Lausitzring. Une seule fois dans les points en quatre courses (9e lors de la course 2 à Hockenheim), le champion 2012 s'est rappelé au bon souvenir de tous sur son circuit fétiche du Norisring, où il décrochait une probante 5e place le samedi, avant de signer la pole position puis arracher la troisième place sur le podium, le premier de BMW cette saison, à l'issue d'un beau duel avec l'Audi de Mattias Ekström.

"J'étais vraiment heureux de décrocher ce résultat pour l'équipe", explique Spengler à Motorsport.com. "Nous avons connu un début de saison compliqué, et l'équipe n'a jamais cessé de travailler dur pour avancer. Lorsque cela ne fonctionne pas, c'est là que l'on apprend le plus. Pour moi, ce podium était une récompense pour les ingénieurs et les mécaniciens qui ne ménagent pas leur peine depuis le début de cette saison".

Nous sommes conscients d'avoir encore de la performance à aller chercher.

Bruno Spengler.

Revigoré par ce résultat, qui lui a permis de faire un bond au classement général, de la 18e à la 9e place, Bruno Spengler préfère ne pas s'emballer avant Zandvoort. "Avant de se fixer des objectifs trop optimistes, il va falloir voir notre niveau de performance face à la concurrence sur ce circuit lors des premiers essais", tempère le Québécois. "Nous sommes conscients d'avoir encore de la performance à aller chercher".

"Je m'attends à ce que nos rivaux soient performants à Zandvoort, surtout Audi, qui a souvent réussi sur ce circuit", poursuit Spengler. "A nous de travailler pour continuer à rattraper notre retard, ce qui n'est pas évident sans tests entre les course".

Ce week-end, le DTM retrouve ainsi le réputé circuit de Zandvoort, aux Pays-Bas, l'un des circuits les plus exigeants au niveau pilotage et pour la mécanique, avec ses longues courbes en appui, ses montées et ses descentes.

"C'est un circuit que j'apprécie beaucoup", conclut le pilote BMW. "Il possède un revêtement assez agressif pour les pneus. Tout comme le sable, porté par le vent des dunes de sables qui entourent le circuit, et qui fait varier les conditions d'adhérence assez rapidement. Les conditions climatiques peuvent se montrer changeantes également, nous sommes en bord de mer du Nord. Beaucoup d'éléments avec lesquelles il faudra composer ce week-end".

A propos de cet article
Séries DTM
Événement Zandvoort
Circuit Zandvoort
Pilotes Bruno Spengler
Type d'article Interview
Tags bmw, dtm, spengler, zandvoort