Pourquoi Red Bull a chargé Albon de reconstituer le crash de Silverstone

Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, est revenu sur le fait d'avoir demandé à Alexander Albon de reproduire à Silverstone la trajectoire prise par Lewis Hamilton lors de son contact avec Max Verstappen.

Pourquoi Red Bull a chargé Albon de reconstituer le crash de Silverstone

À la suite de la collision entre Lewis Hamilton et Max Verstappen au premier tour du Grand Prix de Grande-Bretagne, une pénalité de dix secondes avait été infligée au pilote Mercedes. Or, selon Red Bull, cette sanction n'était pas assez forte. En utilisant la droit de révision et en apportant de nouvelles preuves, l'écurie autrichienne a donc tenté de convaincre la FIA de revenir sur sa décision.

Parmi ces preuves se trouvait une reconstitution de la trajectoire prise par le septuple Champion du monde dans des conditions réelles. Car en plus de ses données sur simulateur, Red Bull a tenu à reproduire cette trajectoire sur le circuit de Silverstone avec son pilote d'essai, Alexander Albon, dans le cadre d'une journée de tournage avec la RB15 de 2019. Comme l'a expliqué Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, l'écurie cherchait à prouver que Hamilton n'aurait pas réussi à franchir le virage Copse en conservant sa vitesse et sa trajectoire.

"Le test a été planifié en amont parce que c'était une journée de tournage promotionnel avec une voiture vieille de deux ans, donc cela ne rentrait pas dans le cadre du budget [plafonné]", a tout d'abord tenu à préciser Horner, avant d'ajouter : "C'était un moyen de garder notre pilote d'essai affûté, la journée était prévue depuis un certain temps mais elle n'a pas été organisée spécifiquement pour la reconstitution. Nous avons demandé à Alex de prendre une ligne similaire pour comparer les simulations sur la trajectoire et le point de freinage à prendre. Nous n'avons pas pu atteindre la vitesse de Lewis."

Lire aussi :

En dépit de nouvelles preuves apportées au dossier lors d'une audience réunissant des membres des deux équipes impliquées dans l'accident ainsi que les mêmes commissaires ayant été mobilisé à Silverstone, il a été décidé de ne pas rouvrir d'enquête sur la pénalité de Hamilton, scellant par la même occasion sa victoire en Grande-Bretagne. Une décision que Horner a accepté.

"Après avoir examiné l'accident, nous avons estimé qu'il y avait des données qui n'étaient pas disponibles au moment où les commissaires ont pris leur décision", a-t-il poursuivi. "Nous avons donc présenté ces données aux délégués. Ils nous ont accordé une audience où nous avons pu parler du positionnement et de la vitesse des voitures, du fait que Lewis aurait dû freiner 23 mètres plus tôt pour pouvoir prendre le virage, du fait que Max était sur une trajectoire identique à celle de Charles Leclerc, du fait que la manœuvre de Lewis sur Charles aurait finie de la même façon s'il n'avait pas changé son approche."

"Les commissaires ont estimé que ce n'étaient pas de nouvelles preuves dans les limites du règlement. Nous acceptons cette décision. Dans ce championnat, tout se joue sur de petits écarts et il ne faut rien laisser au hasard. Bien sûr, lorsqu'un accident se produit à une telle vitesse et avec un tel impact, il est évident que l'on va mener une enquête approfondie. Mais en ce qui nous concerne, le chapitre est maintenant clos, les commissaires ont rendu leur décision, et nous allons maintenant nous concentrer sur ce week-end et sur la suite du championnat."

Peu après la décision finale des commissaires, Mercedes a publié un communiqué accusant Red Bull de chercher à "ternir le nom et l'intégrité sportive de Lewis Hamilton". Horner a démenti ces accusations et a précisé que les récentes actions de l'équipe n'auraient pas été différentes si un autre pilote avait été impliqué dans l'accident de Silverstone. 

"Je pense que la réaction de Mercedes est un peu hostile mais je n'y attache pas trop d'importance. Il n'y a jamais rien eu de personnel. Il s'agit des événements qui se sont produits et d'une rivalité entre deux gars, ce n'est pas personnel. Si cela avait été n'importe quel autre pilote, la réaction aurait été identique. J'ai donc été un peu surpris par les commentaires de Mercedes, mais tout cela est derrière nous. Nous nous concentrons sur la piste et nous allons essayer de construire sur les bases des Qualifications Sprint à Silverstone."

partages
commentaires
Les mystères soulevés par le rejet de la requête de Red Bull
Article précédent

Les mystères soulevés par le rejet de la requête de Red Bull

Article suivant

Red Bull s'est séparé d'un employé après des messages racistes

Red Bull s'est séparé d'un employé après des messages racistes
Charger les commentaires