Deux jours de simulateur ont aidé Norris à comprendre ses erreurs

Lando Norris a révélé que l'organisation de deux journées de tests dans le simulateur de McLaren avait été nécessaire pour aider le pilote britannique à tirer les leçons du Grand Prix de Russie.

Deux jours de simulateur ont aidé Norris à comprendre ses erreurs

En gardant Lewis Hamilton à bonne distance lors des derniers tours du Grand Prix de Russie, Lando Norris avait fait le plus dur dans la quête de sa première victoire en Formule 1. Toutefois, une averse tardive a totalement bouleversé les stratégies, McLaren et son pilote ayant fait le choix de rester en piste avec des pneus slicks usés tandis que Mercedes a rappelé Hamilton au stand pour chausser les intermédiaires. La décision de l'écurie allemande a offert à son pilote un centième succès en catégorie reine ainsi que la tête du championnat pour deux petits points face à Max Verstappen. À l'inverse, l'erreur de la paire McLaren-Norris l'a fait passer de la première à la septième place au drapeau à damier.

Afin de s'assurer que ce genre d'erreur ne se reproduise plus à l'avenir, McLaren s'est juré d'examiner en profondeur ce qui l'a poussé à rester en slicks alors que d'autres voitures s'arrêtaient. À ce sujet, Norris a expliqué que les efforts entrepris ont permis à lui-même et à son équipe d'améliorer leur communication.

"Bien sûr, j'ai appris de nombreuses choses, des choses pour moi, pour m'améliorer et prendre de meilleures décisions la prochaine fois que nous sommes dans la même situation", a-t-il expliqué à Motorsport.com lors du lancement de la propre équipe de karting du pilote britannique, LN Racing Kart, sur le circuit d'Adria. "Mais aussi des choses pour l'équipe afin de mieux communiquer, de mieux décider et de recevoir de mon côté davantage d'informations."

"En fait, c'est très compliqué. Devant la télévision, tout est plus facile, les décisions paraissent beaucoup plus simples. Mais ce n'est vraiment pas le cas. Il y a tellement de choses qui doivent se passer pour que vous preniez la bonne décision."

Norris a également révélé que McLaren n'avait rien laissé au hasard lors de l'analyse de la course pour s'assurer de mettre à profit les nouvelles connaissances.

"Nous avons tout passé en revue, toute la course : du premier tour au dernier", a-t-il déclaré. "Mais surtout les dix derniers tours, ce que je peux faire de mieux pour aider l'équipe et inversement. Nous avons passé deux jours sur le simulateur et un jour pour examiner toute la communication et la manière dont nous nous parlons pour faire un meilleur travail la prochaine fois. Je ne vais pas vous dire ce que j'ai appris mais j'ai beaucoup appris, et l'équipe a beaucoup appris. Ce n'est pas une garantie mais j'espère que nous ferons mieux la prochaine fois."

McLaren est sur une pente ascendante. Sur les deux derniers Grands Prix, l'équipe britannique a mis fin à neuf ans de disette en remportant l'épreuve de Monza et a manqué de monter de nouveau sur la plus haute marche du podium deux semaines plus tard, à Sotchi. Et avec sept courses restantes au calendrier, Norris a assuré que de nouvelles occasions de marquer de gros points se présenteraient.

Interrogé sur les futurs circuits seyant le mieux à la MCL35M, Norris a répondu : "Partout, j'espère. Je pense que des circuits comme [Austin] seront bons pour nous. Abu Dhabi nous a souri l'an dernier mais peut-être moins cette année parce que le tracé va changer."

Lire aussi :

"Je pense que nous pouvons également être très performants au Mexique, mais c'est dur à dire", a-t-il ajouté. "En Russie, nous ne nous attendions peut-être pas à être aussi compétitifs et [aux Pays-Bas], nous ne nous attendions peut-être pas à être aussi mauvais. Donc même maintenant, à un stade avancé de la saison, nous continuons d'apprendre des choses sur la voiture. Nous continuons de découvrir ce qui la fait avancer et ce qui la ralentit."

partages
commentaires

Related video

Sainz devrait utiliser le nouveau système hybride Ferrari en Turquie
Article précédent

Sainz devrait utiliser le nouveau système hybride Ferrari en Turquie

Article suivant

Menacé chez Alfa Romeo, Giovinazzi ne veut pas encore penser à l'après-F1

Menacé chez Alfa Romeo, Giovinazzi ne veut pas encore penser à l'après-F1
Charger les commentaires