MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

Changer la date du GP d'Australie ? "On en parle tous les ans"

partages
commentaires
Changer la date du GP d'Australie ? "On en parle tous les ans"
Par :
30 oct. 2019 à 15:00

Andrea Dovizioso s'étonne que le Grand Prix d'Australie puisse être maintenu en octobre, alors que la météo joue régulièrement des tours au MotoGP.

La météo a une nouvelle fois été l'une des grandes protagonistes du Grand Prix d'Australie, cette année. Si le soleil et la chaleur régnaient lorsque le paddock s'est installé à Phillip Island, les conditions ont radicalement changé dès les premiers essais, avec l'entrée en scène du trio pluie-froid-vent, pas franchement inhabituel sur cette piste tracée au bord de l'océan. Les fortes rafales de vent ont même poussé à l'arrêt des essais samedi et au report des qualifications à dimanche matin. Des conditions encore plus extrêmes que le mauvais temps assez commun sur place pendant le Grand Prix.

Lire aussi :

"Des conditions comme celles-ci, ça faisait longtemps que je n'en avais pas vues ici, à Phillip Island", s'étonnait même le vétéran Valentino Rossi au micro de BT Sport. "La dernière fois dont je me souvienne c'est lors d'un test en 250cc, où il y avait un vent très fort et où on avait fini par s'arrêter. [Samedi], les conditions étaient difficiles. Parfois il fait froid, il pleut, il y a beaucoup d'eau. Cette fois, c'était sec mais le vent était difficile à gérer."

Depuis 1996, le Grand Prix d'Australie s'est systématiquement tenu entre septembre et octobre, d'abord à Eastern Creek puis depuis 22 ans à Phillip Island. Or cette date étonne, alors que la région se trouve au printemps et subit les aléas d'un climat océanique, sur une île exposée aux quatre vents. Andrea Dovizioso, notamment, s'interroge sur un tel ancrage de l'épreuve australienne à cette période de la saison alors que les éditions perturbées par la météo n'ont pas été rares au cours de ces deux décennies.

"On en parle tous les ans en Commission de sécurité. Logiquement on donne des suggestions, mais on nous a toujours donné des explications. On n'a pas de pouvoir et on ne peut ni ne doit pas pousser sur ces choses-là. On donne des suggestions et l'organisateur doit trouver des solutions avec ceux avec qui il doit s'accorder", explique le pilote italien.

Lire aussi :

Les questions logistiques pèsent logiquement dans la volonté de maintenir le Grand Prix d'Australie au cœur de la tournée outre-mer, cependant au même titre qu'il a été possible de déplacer le Grand Prix de Thaïlande vers le début de la saison, l'idée de bouleverser les habitudes pour l'épreuve de Phillip Island ne semble pas insurmontable aux yeux de Dovizioso.

"On comprend que faire la course en début d'année n'est pas ce qu'il y a de mieux pour eux, c'est très compliqué, mais rien n'est impossible alors, à mon avis, et à plus forte raison après ce week-end, peut-être qu'il y aura plus de suggestions [en ce sens]. Ça ne veut pas dire que ça va se faire, mais au moins ça aiderait de rouler avec des températures un peu plus élevées", estime-t-il. "Après, franchement, je crois que ça change peu concernant le vent. Je ne sais pas à quel point ça peut être différent en février, mars ou avril... La piste ils l'ont faite en bord de mer, alors il y a du vent, c'est normal !"

Article suivant
L'opération à l'épaule de Nakagami s'est déroulée avec succès

Article précédent

L'opération à l'épaule de Nakagami s'est déroulée avec succès

Article suivant

Le programme du Grand Prix de Malaisie

Le programme du Grand Prix de Malaisie
Charger les commentaires