MotoGP
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Espargaró sur Zarco : "Ça viendra, c'est une question de temps"

partages
commentaires
Espargaró sur Zarco : "Ça viendra, c'est une question de temps"
Par :
31 mai 2019 à 11:00

Le pilote espagnol, qui en est à sa troisième saison chez KTM, assure que son coéquipier Français va finir par retrouver le chemin de la performance au terme de son adaptation à la RC16.

On lui prévoyait l'enfer face à son nouveau coéquipier, mais force est de constater que c'est bien Pol Espargaró qui tient le haut du pavé en ce début de saison face à Johann Zarco. L'Espagnol a de nouveau réalisé une prestation remarquable lors de la dernière manche, en France, en figurant dans le top 10 durant la quasi-totalité du week-end (seules des qualifications disputées dans des conditions versatiles l'ont relégué en 12e position sur la grille), pour finalement accrocher la sixième place le dimanche. 

Lire aussi:

L'expérience du numéro 44, présent dans les rangs du constructeur autrichien depuis l'arrivée de ce dernier en MotoGP en 2017, est donc un atout de poids en ce début de saison face à un Zarco qui doit encore cerner le comportement d'une machine radicalement différente de la Yamaha qui lui était confiée ces deux dernières années.

Mais loin d'être revanchard face à ceux qui le voyaient sombrer face au Français, Espargaró se montre au contraire beau joueur, affirmant comprendre la position difficile de son voisin de garage. "Je sais qu'il a des problèmes, mais nous devons nous souvenir que l'an dernier au Mans il était en pole, il nous explosait tous, facilement, pendant tout le week-end !" a tenu ainsi à rappeler jeudi le pilote espagnol.

Le travail de Zarco jugé précieux

Mais l'essentiel n'est pas là pour l'Ibère, pour qui il faut davantage juger de l'apport de son coéquipier non pas sur le plan comptable mais au niveau du travail qu'il effectue, et qui permet à l'ensemble des troupes de Mattighofen de bénéficier d'un meilleur recul sur le développement de la RC16. "C'est un pilote très talentueux, c'est un très bon gars, il travaille très dur pour nous et mes résultats arrivent aussi grâce à son travail, car je peux regarder ses données et regarder ce qu'il fait même si les résultats ne viennent pas", reprend ainsi Espargaró. "Il fait de bonnes choses, et je peux apprendre de lui. Ça va venir à un moment, et même s'il n'est pas le plus rapide le dimanche, il nous aide tous. Ça viendra, c'est une question de temps, il a tellement de talent. Il y a quelques courses, il était sur le podium, il a juste besoin de plus de temps !"

Celui qui a apporté à KTM son premier podium en MotoGP (et le sien par la même occasion) l'an dernier à Valence occupe la neuvième place du championnat, avec 31 points au compteur. À titre de comparaison, il n'en disposait que de 18 l'an dernier à la même époque. Sa sixième place au Mans il y a moins de deux semaines reste ainsi la référence de ce début de saison chez KTM, mais la satisfaction de l'Espagnol quant à son début de saison provient surtout de sa capacité à se battre à la régulière face à des adversaires jugés autrefois intouchables. 

Lire aussi :

"C'est un résultat mérité, ce n'est pas lié à la chance", reprend-il au sujet de sa sixième place en France. "Ce n'est pas comme celui de Valence où c'était lié à la météo changeante ou aux pneus. Là, tout le monde utilisait plus ou moins les mêmes pneus [le soft à l'avant]. Il n'y a pas eu de chutes devant nous, et on est restés derrière Valentino [Rossi] durant toute la course, en train d'essayer de le rattraper. C'est un résultat juste, que nous méritons."

Le Mugello, le premier vrai test pour les KTM

Le Circuit Bugatti, composé pour l'essentiel de phases d'accélération et de freinage, était tout de même de nature à mettre en exergue les qualités de la RC16 dans ces domaines. En ce sens, le Mugello devrait constituer une toute autre paire de manches, sur un tracé qui a toujours été délicat pour les machines autrichiennes. Mais plutôt que de partir perdant, KTM fait du circuit italien l'un des premiers tests (avec Barcelone qui suivra) véritables pour sa monture.

"Ici, c'est important de voir où nous en sommes, car ce sont des virages très rapides, de gros freinages, une vitesse de pointe élevée", souligne ainsi Espargaró, qui se risque à un pronostic : "Un bon résultat au Mugello serait une arrivée environ une dizaine de secondes derrière les gars en tête. Si on fait cela, cela voudrait dire que nous allons dans le bon sens." Cela en prend pour le moment bien le chemin, l'Espagnol qui a bouclé la première séance d'essais libres à la huitième place, à moins d'une demi-seconde du temps de référence fixé par Marc Márquez.  

Avec Michaël Duforest

 

Article suivant
EL1 - Márquez tient la dragée haute aux Ducati !

Article précédent

EL1 - Márquez tient la dragée haute aux Ducati !

Article suivant

Pas de Monza Rally Show pour Rossi, mais les 12 Heures d'Abu Dhabi

Pas de Monza Rally Show pour Rossi, mais les 12 Heures d'Abu Dhabi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Italie
Lieu Mugello
Pilotes Johann Zarco , Pol Espargaró Villà
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Willy Zinck