Morbidelli se projette vers 2022 avec une moto officielle

Contrairement à son coéquipier, Valentino Rossi, Franco Morbidelli dispose d'un contrat jusqu'en 2022 inclus avec le team Petronas. Contrat qu'il entend respecter et qui lui permet de compter sur une moto officielle pour la saison prochaine.

Morbidelli se projette vers 2022 avec une moto officielle

Sans cesse confronté à l'ancienneté de sa moto par rapport aux trois autres Yamaha du plateau malgré son statut de vice-Champion du monde en titre, Franco Morbidelli avait attiré l'attention par ses propos en marge du Grand Prix d'Espagne, il y a deux semaines. Lui qui tend à toujours peser chacun de ses mots, il avait admis qu'une "ombre de frustration" planait autour des bons résultats qu'il avait réussi à obtenir à Jerez, mais il s'était aussi projeté vers l'avenir de manière très affirmée. "L'année prochaine j'aurai une moto officielle, alors [la question] du traitement en tant que moto officielle pour 2022 ne se pose pas", avait-il déclaré à Sky Italia.

Aujourd'hui, à la veille de la nouvelle étape du MotoGP, au Mans, le pilote italien s'est montré plus loquace sur le sujet, mais aussi moins mystérieux. Doté d'un contrat de deux ans avec le team Petronas, il assure en effet vouloir le respecter, quel que soit le constructeur avec lequel sera liée l'équipe malaisienne au-delà de 2021. À ses yeux, cela exclut donc qu'il puisse faire partie du line-up de VR46 lorsque la structure s'engagera la saison prochaine dans la catégorie reine.

"VR46 a fait une entrée forte en MotoGP. Ils ont fait bouger les esprits, et pas seulement, en amenant avec eux un grand sponsor et une grande image avec Valentino Rossi. Ils ont fait bouger tous les esprits en MotoGP, et y compris le mien. Ceci étant dit, j'ai un contrat avec le team Petronas, dans lequel il est écrit que j'aurai une moto officielle pour 2022 : on ne sait pas quelle sera la moto, mais ce sera une moto officielle quoi qu'il en soit", a ainsi expliqué Morbidelli à Sky Italia.

"Pour moi, le plus important est de respecter mon contrat avec Petronas et de poursuivre mon parcours avec eux, parce que c'est une équipe dans laquelle je me sens bien. J'arrive à me sentir bien ici et à bien piloter en piste. Les autres choix devront être réfléchis séparément, ce sont des choix qui reviennent à qui de droit, et moi je devrai plus me concentrer sur le pilotage."

Lire aussi :

Interrogé à son tour, Valentino Rossi a confirmé que la probabilité de voir son équipe aligner son élève la saison prochaine est faible, malgré leurs accointances. "J'aimerais énormément que Franco coure pour notre équipe, mais je sais qu'il se sent très bien avec le team Petronas, alors je pense qu'il y restera. Ou alors, s'il change, je pense qu'il mérite une équipe officielle. J'en suis donc désolé, mais je pense qu'il sera difficile qu'il coure pour nous", a fait savoir le patron de la formation.

VR46 est actuellement représenté en MotoGP grâce à la moto que le team Avintia confie à Luca Marini, mais c'est en tant qu'équipe à part entière que la formation italienne s'engagera la saison prochaine, avec deux motos. Une accession à l'élite rendue possible par le partenariat noué avec Aramco, géant pétrolier d'Arabie saoudite, mais dont les détails doivent encore être précisés.

En marge du Grand Prix d'Espagne, Alessio Salucci, directeur sportif, avait évoqué le fait que la décision du constructeur auquel VR46 se serait associé aurait été prise avant le Grand Prix de France. Aucune annonce n'a toutefois pu être faite pour le moment. Quant au team Petronas, il n'a pas non plus clarifié s'il restera lié à Yamaha au-delà de leur contrat actuel, qui arrive à échéance fin 2021, ou s'il passera un accord avec l'une des cinq autres marques engagées en MotoGP.

partages
commentaires

Related video

Opération de l'arm-pump : le dilemme d'Aleix Espargaró
Article précédent

Opération de l'arm-pump : le dilemme d'Aleix Espargaró

Article suivant

Malgré une cicatrice qui tire, Quartararo est serein avant Le Mans

Malgré une cicatrice qui tire, Quartararo est serein avant Le Mans
Charger les commentaires