MotoGP
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Oliveira essaye de piloter aussi proche d’Espargaró que possible

partages
commentaires
Oliveira essaye de piloter aussi proche d’Espargaró que possible
Par :
10 juin 2019 à 09:04

Le débutant des troupes KTM affiche toujours un bon rythme au guidon de sa RC16 peu docile, et tente de progresser en observant le meilleur représentant de la marque autrichienne.

Miguel Oliveira a continué son adaptation à la catégorie reine lors du Grand Prix d’Italie, et n’est pas passé loin de la zone des points en course. La 15e place aurait récompensé un week-end très compliqué, mais comme il était possible de s’y attendre, les pilotes KTM ont souffert sur le tracé du Mugello, hormis Pol Espargaró, qui a relevé ce défi haut la main. Le rookie peut néanmoins se féliciter d’avoir terminé devant Johann Zarco, même s’il reste un peu dans le flou concernant sa capacité de performances avec la RC16.

Si Francesco Bagnaia ou encore Fabio Quartararo parviennent à faire des coups d’éclat, comme cela a été le cas lors des EL2, le Portugais n’est pas encore en mesure de terminer aux avant-postes, même en essais libres. Il faut dire que le pilote français dispose d’une Yamaha, machine qu’il juge lui-même facile, tandis que l’Italien roule sur une Ducati, dont les performances ne sont plus à démontrer. Du côté de chez KTM, en revanche, celles-ci ne sont pas encore à l’ordre du jour, le constructeur n’étant revenu en MotoGP qu’en 2017.

Lire aussi:

Difficile, donc, pour Oliveira de s’adapter aussi rapidement que les autres rookies, même s’il a déjà fait des coups d’éclat à son niveau, à l’image de sa 11e place en Argentine. Il a, de plus, toujours devancé son coéquipier, Hafizh Syahrin, qui peine beaucoup pour sa part avec la machine autrichienne. Malgré cela, et huit points marqués jusqu’à présent, le numéro 88 est un peu dans le flou. "Je pense que mes progrès sont bons, vu que nous travaillons sur une moto difficile. On peut dire que je fais moyennement bien, je ne sais pas trop à quoi m'attendre au niveau des résultats avec ce que nous avons pour le moment", commente-t-il auprès de Motorsport.com.

Seul le pilote officiel Pol Espargaró, au sein de l’équipe depuis ses débuts il y a deux ans, parvient à rouler plus ou moins aux avant-postes, et ses résultats prouvent que la RC16 peut être au niveau de certaines autres machines en piste. "Bien sûr, il y a des choses que Pol est [mieux] capable de faire pour l’instant", constate Oliveira. "Je ne sais pas si ça vient entièrement de son style de pilotage ou du fait qu'il a des pièces différentes des nôtres qui lui permettent de faire ça, mais il arrive à être plus agressif en entrée de virage. On dirait que c'est là que nous perdons le plus sur lui. Au niveau du rythme de course, il nous manque presque quatre dixièmes par rapport à lui donc nous devons en trouver un peu partout."

Les quatre pilotes KTM affichent un style de pilotage différent, et l’agressivité d’Espargaró semble mieux convenir à la moto, qui a par ailleurs été développée sur ses retours. L’Espagnol se montrant le plus performant, ses coéquipiers ne peuvent que l’observer en piste pour tenter de trouver où progresser : "Lorsque l’on pilote une moto c'est quasiment impossible de piloter comme le fait un autre pilote, c'est assez difficile d'être un autre, on peut ajuster des choses, mais pas tout changer. Je n'essaye pas d'être comme lui, mais de piloter aussi proche de lui que possible."

Au Mugello, KTM a affronté l’un des circuits les plus compliqués pour ses machines, et devra de nouveau se battre à Barcelone le week-end prochain. Dans ces conditions, difficile de projeter le moindre résultat avant d’avoir effectué les premiers tours de roue. "Nous verrons. C'est un circuit différent, j'espère que nous pourrons faire un pas en plus au niveau de la vitesse, surtout en essais", complète le Portugais. "Nous continuons juste de travailler et d'essayer de trouver graduellement de meilleures choses sur la moto qui nous permettront d'aller un peu de l'avant."

Avec Gerald Dirnbeck et Michaël Duforest

Article suivant
Rossi confirme son souhait de courir prochainement en DTM

Article précédent

Rossi confirme son souhait de courir prochainement en DTM

Article suivant

Moto, horaires et couverture TV du GP de Catalogne en Suisse

Moto, horaires et couverture TV du GP de Catalogne en Suisse
Charger les commentaires