MotoGP
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
40 jours
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
68 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
75 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
96 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
138 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
145 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
173 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
188 jours
02 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
195 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
216 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
222 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
237 jours
20 nov.
-
22 nov.
Prochain événement dans
244 jours
27 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
251 jours

Maturité et compétitivité, les clés de Rins et Suzuki cette saison

partages
commentaires
Maturité et compétitivité, les clés de Rins et Suzuki cette saison
Par :
27 mars 2019 à 11:45

Pour leur troisième année de collaboration, le pilote espagnol et le constructeur japonais semblent avoir trouvé un parfait équilibre dans leurs évolutions, personnelle et technique, qui peut enfin leur permettre de viser la victoire.

Monté en puissance à partir du milieu de la saison dernière avec Suzuki, Álex Rins est désormais considéré comme l’un des prétendants à la victoire par ses adversaires, et beaucoup estiment que ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’il ne s’impose pour la première fois. Cette position est le résultat des changements opérés à la fois par l’équipe et par le pilote espagnol.

Lire aussi :

Un pilote plus mature

Ce dernier a fait du chemin depuis son arrivée dans le clan d’Hamamatsu en 2017. Jeune chien fou du Moto2, il a logiquement pris la place de second pilote, derrière son coéquipier de l’époque, Andrea Iannone, et n’a pas tout de suite eu conscience du cap à franchir en MotoGP. Cependant, le team a décidé, dès l’an dernier, de lui donner plus de responsabilités, et cela a commencé à le faire évoluer.

"J’aime mettre mon casque, rouler et aller vite, mais gagner des courses et avoir une moto compétitive est important. J’ai progressé sur moi-même car avant je n’aimais pas les tests et essayer des choses, mais j’ai compris qu’on en avait besoin pour gagner", reconnaît-il auprès du site officiel du MotoGP. "J’ai beaucoup appris, notamment comment améliorer le time attack en qualifications. Si vous partez de la première ou deuxième ligne, maximum la troisième, et que vous avez un bon rythme, la course est plus facile."

Ayant gagné en maturité, le pilote de 23 ans s’affiche plus fort que jamais, et sa régularité lors de la pré-saison le place logiquement parmi les favoris à la victoire cette année, une situation encore inenvisageable il y a un an et demi : "J’aimerais remporter une course en 2019 et avoir, pourquoi pas, la même régularité que celle que nous avons eue lors de la seconde partie de la saison dernière."

Lire aussi :

Il faut dire que Suzuki a travaillé sans relâche depuis son retour en MotoGP en 2015, afin de faire de la GSX-RR une machine aussi performante que la Honda ou la Ducati. Marc Márquez et Andrea Dovizioso sont d’ailleurs les premiers à citer Rins dans la liste de leurs adversaires. "S’ils disent cela, c’est qu’ils voient que notre moto est compétitive", souligne celui-ci. "Je crois, bien entendu, en notre projet, celui de Suzuki. Nous avons une moto compétitive, nous l’avons démontré [l’an passé]."

Une moto pleinement compétitive

Après la mauvaise direction prise au niveau du moteur en 2017, le constructeur japonais a réorienté son développement dans la bonne direction en 2018, et testé des évolutions au cours de la saison, notamment grâce aux concessions réglementaires. Un travail constant qui a permis de gommer les deux principaux problèmes rencontrés par ses pilotes, à savoir le manque d’accélération en sortie de virage et le manque de vitesse de pointe.

Même si le développement va encore dans ce sens, le verdict de Rins est clair : "Les points positifs de notre moto sont sa vitesse en passage en courbe et son accélération." Ces progrès ont permis au pilote espagnol de faire un bond au classement comparé à 2017, passant ainsi de la 16e position au top 5 en 2018. Même si une blessure pesait dans son bilan de la saison précédente, les résultats parlent d’eux-mêmes.

"L’an dernier, j’ai fait beaucoup de podiums, de deuxièmes ou troisièmes positions, mais il manque la première place", poursuit Rins. "Nous avons travaillé très dur lors de la pré-saison afin de gagner des courses". Depuis cet hiver, l’objectif de Suzuki n’est en effet plus un secret. Le constructeur souhaite renouer avec la victoire, après l'unique succès acquis depuis son retour, obtenu en 2016 avec Maverick Viñales.

Lire aussi :

Suzuki est d’ailleurs en bien meilleure posture que ces dernières années pour le faire, et ce malgré la concurrence. "Le niveau du MotoGP est plus élevé chaque année, donc nous arrivons à un point où tout le monde est très rapide. Beaucoup de pilotes ont de l’expérience et peuvent gagner une course. Cette année sera très intéressante. Je pense que nous sommes prêts à nous battre", conclut Rins.

 
Article suivant
Le programme du Grand Prix d'Argentine

Article précédent

Le programme du Grand Prix d'Argentine

Article suivant

Moto, horaires et couverture TV du GP d’Argentine en Suisse

Moto, horaires et couverture TV du GP d’Argentine en Suisse
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Alejandro Álex Rins Navarro
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Charlotte Guerdoux