Simmenauer mène la chasse
Par : Emmanuel Rolland
4 sept. 2018 à 06:30

Derrière le trio de tête en lice pour le titre (Andlauer, Rovera et Güven), le jeune Jean-Baptiste Simmenauer (Team 85/Bourgoin) mène le train des poursuivants avant la reprise ce week-end à Magny-Cours.

Pour sa première saison en Porsche Carrera Cup, Jean-Baptiste Simenauer s'est déjà installé parmi les hommes forts du championnat, et ce du haut de ses 17 ans à peine. Après s'être formé à la Formule Renault – en plus d'un passage dans la réputée Toyota Racing Series néo-zélandaise – en 2017, le natif de Chambray-les-Tours a décidé de changer d'orientation et de quitter la filière monoplace pour la Porsche Carrera Cup.

"La saison passée était assez compliquée, et ce pour différentes raisons, et je voulais changer d'environnement", explique Jean-Baptiste Simmenauer à Motorsport.com. "Plusieurs options se présentaient, soit poursuivre dans cette voie sans réelle visibilité pour le futur, soit opter pour le GT, où les débouchés semblaient beaucoup plus intéressants, vu le nombre de pilotes d'usine engagés dans cette discipline."

"Le choix de la Porsche Carrera Cup s'est ensuite précisé pour plusieurs raisons. D'abord l'absence d'ABS ou de 'traction control' rendait le pilotage assez proche de la monoplace, et je trouvais cela intéressant. Ensuite, mon père (Bernard Simmenauer) a longtemps couru en Porsche il y a quelques années, je l'ai suivi tout petit sur les circuits et c'est une marque qui m'a toujours été familière, cela m'a toujours fait rêver. Un ensemble de choses qui m'ont fait opter pour cette discipline."

Une carrière boostée par… Berger et Schumacher

Jean-Baptiste Simmenauer, Team 85 / Bourgoin Racing

Jean-Baptiste Simmenauer, Team 85 / Bourgoin Racing

Photo de: Alexis Goure - Porsche

Après avoir tenté sa chance en octobre dernier dans la sélection Porsche Scholarship – une promotion dominée par le champion 2017 Julien Andlauer –, Jean-Baptiste Simmenauer, alors âgé de 16 ans seulement, décidait de se faire une première expérience de la Cup dans le cadre du championnat du Moyen-Orient.

Après avoir pris ses marques lors d'une première épreuve sur le circuit de Bahreïn, le jeune tricolore signait une performance remarquée en piste à Dubaï, où son coup de volant a été remarqué par un certain Gerhard Berger, légende de la F1 et actuel directeur du championnat DTM, mais aussi par Ralf Schumacher, lui aussi figure marquante de la discipline reine, et qui avait croisé le chemin de Simmenauer en karting (le pilote allemand gère une structure de course). Les deux hommes n'allaient ainsi pas hésiter à encenser le pilote français auprès de Walter Lechner, organisateur de la série Porsche GT3 Cup Challenge Middle East, et surtout propriétaire de l'une des plus anciennes et prestigieuses écuries de course en GT, indissociable de la marque de Stuttgart.

"Cela m'a permis de me rapprocher de Walter Lechner, qui m'a proposé un volant sur l'une de ses voitures en Porsche Carrera Cup allemande en 2018", poursuit Jean-Baptiste Simmenauer. "Cela m'a aussi permis d'engranger une première expérience intéressante de la Porsche Carrera Cup. Le revers de la médaille, c'est que je me suis vu notifié par les organisateurs de la Porsche Carrera Cup France que cette expérience m'empêchait de m'aligner dans le championnat en tant que rookie."

L'objectif est de terminer dans le top 3, mais aussi d'aller gagner l'une des dernières courses de la saison.

Jean-Baptiste Simmenauer

Ainsi, après avoir trouvé un accord avec l'équipe Team 85/Bourgoin Racing pour la Porsche Carrera Cup France 2018, Simmenauer s'engageait bel et bien avec l'étiquette de pilote "A", dans le "grand" championnat de France, malgré ses 17 ans seulement, au départ de la série hexagonale. Il rejoignait Jérémie Lesoudier et Sébastien Dumez (ce dernier pour le championnat B) au sein de la structure dirigée par Benoît Bourgoin et Tugdual Rabreau.

Rapidement, JB Simmenauer s'imposait comme le fer de lance de l'équipe, et ce dès le premier meeting de la saison, début mai à Spa-Francorchamps, où il se montrait performant dès les premiers essais libres, avant de décrocher de belles quatrième et cinquième places au classement "français", les concurrents de la Porsche Carrera Cup Benelux ayant rejoint la Porsche CC France sur ce premier rendez-vous.

Jean-Baptiste Simmenauer, Team 85 / Bourgoin Racing

Jean-Baptiste Simmenauer, Team 85 / Bourgoin Racing

Photo de: Alexis Goure - Porsche

À Zandvoort, deux semaines plus tard, il signait deux performances similaires, ramenant une sixième puis une cinquième places "France" des deux courses disputées sur les bords de la mer du Nord, une nouvelle fois en compagnie des pilotes Benelux.

"J'étais plutôt satisfait de mon week-end à Spa", analyse Jean-Baptiste Simmenauer. "Nous avons eu une bonne performance durant tout le week-end, et surtout j'ai pu garder ce rythme et me battre avec les autres pilotes sur la durée des deux manches. C'était une belle manière de débuter la saison."

"Zandvoort était en revanche un peu plus difficile. Il s'agissait d'une piste que je ne connaissais pas, et nous avons eu du mal à trouver un bon set-up sur la voiture. Du coup, la voiture était plus compliquée à piloter, et il m'était plus difficile de me battre avec les autres pilotes. J'ai décroché des résultats assez similaires à ceux de Spa, mais ils étaient beaucoup plus difficiles à aller chercher cette fois."

Ayhancan Güven, objectif numéro un

Jean-Baptiste Simmenauer, Team 85 / Bourgoin Racing

Jean-Baptiste Simmenauer, Team 85 / Bourgoin Racing

Photo de: Alexis Goure - Porsche

Il n'empêche. Grâce à cette belle régularité, le pensionnaire du Team 85/Bourgoin se plaçait d'entrée dans le top 5, et voyait ses ambitions se préciser au championnat avant la troisième étape de la saison, début juillet sur le circuit de Dijon-Prenois, où les concurrents du championnat de France se retrouvaient entre eux pour la première fois de la saison.

Là, en passe de décrocher son premier podium, il commettait une petite faute dans le tout dernier tour, qui lui coûtait une position. Il coupait finalement la ligne au quatrième rang. La frustration allait être plus grande encore dans la seconde manche, où il était (sévèrement) sanctionné pour un accrochage en course, et pénalisé d'un drive-through qui le faisait plonger pour la première fois au-delà du top 10, au onzième rang.

"Un week-end frustrant à plusieurs titres", regrette le Tourangeau après le meeting bourguignon, qui marquait également la fin de la première moitié de saison. "Nous étions performants, mais une légère déconcentration me fait rater le podium dans la première course, puis cette pénalité assez dure dans la seconde me fait perdre de gros points. C'est surtout dommage pour le championnat".

Car, en tête du groupe de chasse derrière le trio de tête Andlauer-Rovera-Güven, Simmenauer vise bel et bien la troisième place provisoirement occupée par le véloce pilote turc, devenu son objectif numéro un pour la fin de saison malgré un déficit de 18 points sur ce dernier. Mais la pression est également forte derrière, avec Hugo Chevalier, pilote de l'équipe Martinet by Alméras, et Valentin Hasse-Clot, pensionnaire du Sébastien Loeb Racing, aux aguets aux cinquième et sixième rangs, à cinq et sept points seulement de la quatrième place.

"J'ai commencé à réfléchir à la possibilité d'aller chercher la troisième place du classement après cette course de Dijon. Car, après cette épreuve d'où je repartais à la quatrième place du championnat, j'ai enchaîné trois meetings du championnat allemand cet été (Nürburgring deux fois puis Zandvoort), où nous avons fait jeu égal avec Güven – lui aussi protagoniste de la série d'outre-Rhin NDLR -, et j'ai vu que je pouvais rivaliser avec lui."

"L'objectif est ainsi de terminer dans le top 3, mais aussi d'aller gagner l'une des dernières courses de la saison."

Jean-Baptiste Simmenauer, Team 85 / Bourgoin Racing

Jean-Baptiste Simmenauer, Team 85 / Bourgoin Racing

Photo de: Alexis Goure - Porsche

La mission s'annonce toutefois ardue pour Jean-Baptiste Simmenauer face à Ayhancan Güven, lequel monte lui aussi en puissance, comme le démontre son premier succès décroché à Dijon. Mais le pilote français demeure déterminé et confiant avant la reprise du championnat, ce week-end du côté de Magny-Cours.

"Je n'ai jamais couru à Magny-Cours, on verra comment cela va se passer", conclut-il. "Mais ensuite, nous allons à Barcelone, avant la finale au Castellet. Deux circuits sur lesquels j'ai déjà roulé en monoplace, et où je m'attends à être performant et à être dans le match."

Jean-Baptiste Simmenauer peut également compter sur une équipe du Team 85/Bourgoin elle aussi en plein développement, et devenue l'un des poids lourds du championnat pour sa seconde saison d'exercice seulement, au même titre que l'armada Martinet by Alméras.

"Le Team 85/Bourgoin est une équipe assez jeune, nous progressons au fil des courses", conclut-il. "Nous avons de plus bénéficié de l'arrivée d'un ingénieur allemand expérimenté en la personne de Peter Sieberg, qui a beaucoup travaillé notamment en monoplace avec des pilotes comme Michael Schumacher ou Nico Rosberg, et qui nous aide à trouver les bons réglages sur les courses. L'équipe a beaucoup changé depuis l'hiver dernier, et nous sommes de plus en plus performants chaque week-end. C'est de bon augure pour la suite."

La suite, c'est d'abord ce week-end, du côté de la Nièvre, où la chasse sera à nouveau ouverte.

Prochain article Porsche Carrera Cup France
Andlauer garde le cap

Previous article

Andlauer garde le cap

Next article

Le volant de l'Espoir Porsche Carrera Cup France est mis en jeu !

Le volant de l'Espoir Porsche Carrera Cup France est mis en jeu !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Porsche Carrera Cup France
Événement Magny-Cours
Pilotes Jean-Baptiste Simmenauer
Auteur Emmanuel Rolland
Type d'article Actualités