Crutchlow dément avoir été approché pour remplacer Viñales

Même si des rumeurs l'annoncent déjà comme remplaçant de Maverick Viñales jusqu'à la fin de l'année, Cal Crutchlow assure ne pas avoir évoqué la situation avec Yamaha, mais il étudiera l'option si elle lui est présentée.

Crutchlow dément avoir été approché pour remplacer Viñales

Les tensions entre Maverick Viñales et Yamaha sont si fortes que l'on imagine difficilement revoir sur une M1 le pilote espagnol, suspendu par l'équipe ce week-end pour des surrégimes durant le GP de Styrie. Même si Yamaha a annoncé qu'une décision sur sa présence au GP de Grande-Bretagne, dans deux semaines, sera prise après une nouvelle analyse, c'est moins la possibilité de sa présence à Silverstone que le nom de son potentiel successeur qui anime le paddock.

Yamaha est confronté à une certaine pénurie de pilotes puisque Franco Morbidelli, le très probable successeur de Viñales chez Yamaha, est encore convalescent après son opération du genou au début de l'été. Un comeback de Valentino Rossi n'est pas à exclure mais les rumeurs ont surtout évoqué le nom de Cal Crutchlow, pilote d'essais de la marque et de retour à la compétition depuis une semaine dans le team Petronas, pour remplacer Morbidelli.

Crutchlow a assuré que les rumeurs évoquant un contact déjà établi pour piloter la machine officielle n'étaient "pas vraies" ce vendredi, tout en se montrant ouvert à la discussion : "Vous lisez trop la presse et je n'ai pas du tout discuté avec Lin [Jarvis, directeur de Yamaha Motor Racing] ou Maio [Meregalli, team manager de l'équipe Yamaha]", a précisé l'Anglais. "C'est ma réponse et c'est la vérité. Ne croyez pas ce que vous lisez dans les infos, ce n'est pas toujours vrai. Mais oui, évidemment, je suis un pilote sous contrat avec Yamaha, je suis certain qu'on discutera de la situation en temps voulu avec Lin et Maio."

Lire aussi :

C'est presque à contrecœur que Crutchlow a dû faire son retour sur la scène des Grands Prix. Déjà approché par Yamaha et le team Petronas pour suppléer Morbidelli à Assen, le triple vainqueur en Grand Prix avait refusé l'offre pour se concentrer sur des essais prévus à Motegi les jours suivants, mais finalement annulés en raison de la pandémie de COVID-19. Il a donc accepté de prendre le guidon de la Yamaha pour trois courses afin de ne pas perdre la main.

Sans véritable envie d'être à nouveau pilote de Grand Prix à plein temps, Crutchlow discutera donc de la situation avec sa famille avant de décider si jamais Yamaha l'appelait à la rescousse : "Je n'ai pas signé un contrat pour faire des courses jusqu'à la fin de l'année. Comme on le sait, il y a quelque chose sur le remplacement des pilotes Yamaha, mais remplacer pour le reste de l'année, c'est une autre histoire".

Le #35 assure qu'un double programme associant tests et courses serait intenable : "Mon programme pour la fin de l'année n'est pas très chargé, mais on ne peut pas faire les courses et les tests selon moi. Mais comme je l'ai dit, je ne leur ai pas parlé. J'étais censé tester la moto 2022, toutes ces choses. [...] Je voulais être pilote d'essais, si j'avais voulu continuer la compétition, je l'aurais fait. Mais je ne connais pas toutes les options".

La question des performances pourrait aussi entrer dans le débat, Crutchlow ayant été en retrait depuis son arrivée au Red Bull Ring, mais cet aspect de l'inquiète pas vraiment : "Ces deux week-ends ont été difficiles mais j'ai plutôt confiance dans mon pilotage et si j'en fais plus, j'aurai plus de rythme, surtout après ce qu'on a trouvé aujourd'hui".

Lire aussi :

Avec Angus Martin

partages
commentaires

Related video

Zarco en confiance et inspiré par l'approche décomplexée de Martín
Article précédent

Zarco en confiance et inspiré par l'approche décomplexée de Martín

Article suivant

GP d'Autriche MotoGP - Programme et guide d'avant-course

GP d'Autriche MotoGP - Programme et guide d'avant-course
Charger les commentaires