MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

Rossi : La Q2 ? "C'était très important" après le Mugello

partages
commentaires
Rossi : La Q2 ? "C'était très important" après le Mugello
Par :
15 juin 2019 à 18:24

Le pilote italien prendra demain le départ depuis la quatrième place sur la grille, après la pénalité infligée à Maverick Viñales. Un résultat qui fait du bien au moral après le désastre du Mugello.

Après sa désillusion du Mugello, il était important pour Valentino Rossi de rebondir au plus vite, et ce dès ce week-end en Catalogne. Le moins qu'on puisse dire, c'est que le Docteur a fait le travail, en décrochant une cinquième position samedi après-midi, qui s'est rapidement muée en quatrième suite aux trois places de pénalité infligées à son coéquipier Maverick Viñales.

Sur un circuit qui n'a guère souri à Yamaha lors des deux dernières années, Rossi a ainsi fait partie intégrante du retour aux avant-postes de la marque aux trois diapasons à Montmeló, puisque les quatre M1 figurent dans le top 6. Une confirmation après un début de week-end déjà prometteur. 

Lire aussi:

"Aujourd'hui fut une bonne journée", a-t-il souri lors de son point presse. "J'ai continué à avoir une bonne vitesse ainsi qu'un bon rythme après la journée d'hier, et il semble que les Yamaha sont compétitives, car nous sommes quatre motos dans le top 5 [trois après la sanction infligée à Maverick Viñales, ndlr], et c'est une bonne nouvelle pour nous. Ce matin cela s'est bien passé, nous avons été en mesure de rester dans le top 10, et cet après-midi avec un peu plus de chaleur nous avons davantage souffert, mais cela semble être le cas pour tout le monde."

Plusieurs choix possibles au niveau des pneus

La piste catalane a offert un faible niveau d'adhérence depuis le début du week-end, à telle enseigne que les pilotes ont bien du mal à savoir sur quel pied danser ce soir quant à leur choix de gommes pour la course. Le numéro 46 reconnaît lui-même que plusieurs options sont possibles, notamment pour l'arrière, et que celui qui réussira à prendre la meilleure décision aura très certainement une longueur d'avance dimanche après-midi.

"Je crois que tous les pilotes ont essayé des combinaisons de pneus différentes, à l'avant et à l'arrière", a avancé l'Italien. "Bien comprendre quelle va être la meilleure combinaison de pneus va être crucial et la clé de la course, car c'est un choix très ouvert. Pour l'arrière par exemple c'est ouvert pour les trois. Nous avons besoin de nous concentrer, de bien réfléchir, et d'essayer de trouver la bonne combinaison pour nous et de voir ce qu'il se passe lors de la course."

Faire les bons choix de pneus, et surtout trouver le grip nécessaire pour obtenir un bon niveau de performance, voici les défis auxquels sont confrontés les pilotes ce week-end, comme souvent à Barcelone. Un problème récurrent ici selon le Docteur : "C'est comme cela depuis quelques temps à Barcelone", a-t-il poursuivi. "L'an dernier ils ont posé un nouvel asphalte, donc l'an dernier la piste avait du grip, et la pole position était huit dixièmes plus rapide que cette année. C'est incroyable de voir comment la piste a perdu du grip en un an. Et nous voilà revenus au point de départ. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est comme ça à Barcelone. C'est peut-être le tracé, je ne sais pas… Mais d'habitude je suis toujours à la recherche de grip tout au long du week-end à Barcelone, et je ne le trouve jamais. Donc il faut faire avec et essayer de gérer l'accélération, il faut essayer de démarrer rapidement la course et ensuite gérer l'adhérence pour la fin de la course."

Rossi aurait pu faire mieux

Finalement, c'est moins l'adhérence de la piste qu'une mauvaise gestion de son pneu avant qui a empêché Rossi de faire encore mieux au classement ce samedi. Le numéro 46 a en effet mal négocié un passage dans le sillage d'Andrea Dovizioso, ce qui a eu pour conséquence d'endommager son pneu avant. "Malheureusement j'ai fait un premier tour et j'étais derrière Dovi, mais j'ai endommagé le pneu avant et lors du deuxième tour j'étais plus rapide jusqu'au deuxième secteur, mais ensuite dans le dernier j'ai perdu du grip à l'avant et j'ai perdu quelques dixièmes, donc je n'ai pas pu améliorer."

Au moins le pilote Yamaha a-t-il bien réussi à redresser la barre après sa contre-performance sur ses terres il y a deux semaines. Une nécessité pour lui, après l'impact psychologique qu'a pu avoir son abandon en Italie. "C'était très important parce que le Mugello a été très difficile, comme cela avait déjà été le cas à Jerez ainsi qu'au Mans, où nous n'avions pas été en mesure d'accéder [directement] à la Q2", a expliqué le Transalpin. "Ce matin j'avais un bon feeling et un plan, et à la fin j'étais quatrième, donc j'étais content car c'est très important que d'essayer d'arriver en Q2, car en Q1 vous avez tout de même pas mal d'autres pilotes très rapides, donc ce n'est pas facile de passer en Q2."

Article suivant
Márquez prêt à devoir "survivre" dimanche à Barcelone

Article précédent

Márquez prêt à devoir "survivre" dimanche à Barcelone

Article suivant

Lorenzo : "Un objectif réaliste serait une arrivée dans le top 10"

Lorenzo : "Un objectif réaliste serait une arrivée dans le top 10"
Charger les commentaires