Interview - Monteiro, satisfait d'être le premier des "autres"

Interview - Monteiro, satisfait d'être le premier des "autres"
Tiago Monteiro, Honda Civic WTCC, Honda Racing Team JAS
Tiago Monteiro, Honda Racing Team JAS Honda Civic WTCC
Tiago Monteiro, Honda Civic WTCC, Honda Racing Team JAS
Tiago Monteiro, Honda Civic WTCC, Honda Racing Team JAS
Tiago Monteiro, Honda Civic WTCC, Castrol Honda WTC Team
Tiago Monteiro, Honda Civic WTCC, Honda Racing Team JAS
Tiago Monteiro, Honda Civic WTCC, Castrol Honda WTC Team
Tiago Monteiro, Honda Civic WTCC, Castrol Honda WTCC Team
Tiago Monteiro, Honda Racing Team JAS Honda Civic WTCC

Même s'il attend toujours de renouer avec la victoire en WTCC depuis fin 2013 à Shanghai, Tiago Monteiro (Honda) se positionne une nouvelle fois comme le premier des "non Citroën", le Portugais occupant actuellement le quatrième rang du championnat derrière l'intouchable trio de la marque aux Chevrons formé par Lopez, Loeb et Muller.

Lors des huit premières manches, Monteiro compte pour meilleur résultat deux troisièmes places. Une première partie de saison qui lui convient, faute de mieux, comme il l'a confié à Motorsport.com

Quel bilan tirez-vous après les quatre premières étapes de la saison?

Dans l’ensemble, je suis assez satisfait de nos performances, et de notre position au championnat. Nous savons que nous ne sommes pas en mesure de nous battre pour le titre face aux Citroën, donc être quatrième et premiers des "autres", c’est bien, c’est un lot de consolation. Tous les autres pilotes visent la première place derrière les Citroën.

Ne pensiez-vous pas combler davantage l’écart qui vous sépare des Citroën après les évolutions dont vous avez bénéficié sur les Honda Civic à partir de Budapest?

C’est vrai que nous attendions beaucoup de choses, mais les changements les plus notables ont été amenés du côté de l’aéro. Nous n’avons en revanche pas bénéficié de vraies évolutions moteur, il y a eu quelques petits changements à ce niveau, mais les vraies évolutions viendront plus tard dans la saison. Dans ce contexte, nous avons été satisfaits des évolutions apportées au châssis, la voiture était meilleure sur les freinages et en entrée de virage, il faut continuer à travailler et monter en puissance.

N’est-il pas difficile de faire collaborer deux entités distinctes, Honda Racing et le JAS Motorsport (le partenaire sportif de la firme japonaise en Europe) face à une équipe comme Citroën qui gère tout dans son ensemble?

C’est vrai que ce n’est pas facile dans la gestion au jour le jour, mais cela fait trois ans maintenant que tout le monde travaille ensemble, et les choses se passent très bien tout de même. Il est évident que notre situation est moins facile qu’une équipe comme Citroën effectivement, où tout est géré sur un même lieu. De notre côté, il y a beaucoup de va et viens, on se parle beaucoup. Ce n’est pas l’idéal mais notre organisation affecte le côté logistique et organisationnel, pas les performances.

Comment abordez-vous la cinquième étape de la saison, dans une semaine à Moscou?

Plutôt bien car c’est un circuit qui nous avait réussi l’an passé. Il s’agit d’un circuit qui nous convient bien, avec une seule longue ligne droite. On peut être vraiment bien là bas, et accrocher un bon résultat.

partages
Interview François Ribeiro - Le WTCC met la pression sur ses pilotes

Article précédent

Interview François Ribeiro - Le WTCC met la pression sur ses pilotes

Article suivant

Rob Huff veut faire briller Lada en Russie

Rob Huff veut faire briller Lada en Russie