Monteiro attend le verdict des médecins

Durement accidenté en test à Barcelone début septembre, le leader du championnat WTCC Tiago Monteiro attend de savoir s'il sera autorisé à courir lors de la reprise de la saison, cette semaine en Chine.

Crédité de 12 points d'avance sur Thed Björk avant les quatre derniers meetings de la saison, et avant la reprise du championnat cette semaine en Chine sur le Ningbo International Speedpark, Tiago Monteiro a été victime d'un accident à haute vitesse au volant de sa Honda Civic lors de la dernière des trois journées d'une session de test à Barcelone, début septembre.

Transféré dans un hôpital voisin, le pilote portugais a vécu des moments difficiles dans les jours qui ont suivi sa sortie de route et son choc violent contre les barrières de protection. "Les premiers jours étaient vraiment durs car je n'arrivais pas bien à respirer", explique Monteiro. "Je ne pouvais pas très bien articuler ce que je voulais dire.  J’avais un gros, gros mal de tête et chaque fois que j’ouvrais les yeux, je me sentais mal, je voyais double et j’avais envie de vomir tout le temps."

"J’essayais de retrouver ces sensations essentielles comme respirer normalement, je ne pouvais pas très bien manger ou boire lors des quatre ou cinq premiers jours, et j’essayais juste de retrouver cela. Je ne pouvais pas dormir plus de 15 minutes d’affilée, mon mal de tête me réveillait. Du coup vous devenez fatigué, plus nerveux, plus énervé et tout rend les choses plus difficiles."

"Vous vous demandez : ‘Est-ce que je vais à nouveau parler normalement, voir normalement, est-ce que j’arriverai à nouveau à bouger normalement ?’", continue l'ancien pilote de Formule 1. "J’étais heureux de n’avoir rien à la colonne vertébrale, je n’avais pas d’engourdissements, je pouvais bouger les bras et les jambes, je pouvais tout bouger, mais je sentais que quelque chose n’allait pas, c’était certain."

“Le principal problème que j’avais au début était la commotion cérébrale avec deux caillots de sang. Puis bien évidemment les vertèbres, et bien sûr les yeux et les nerfs qui avaient été pressés par le sang. Ces parties étaient celles qui pourraient affecter mon pilotage. S’il y avait eu plus de sang ou une déchirure plus importante dans mon cou, j’aurais été incapable de bouger, ou pire encore. J’ai été très chanceux. Les médecins sont sûrs que j’étais proche de conséquences irréversibles, voire de la mort."

J’ai été très chanceux. Les médecins sont sûrs que j’étais proche de conséquences irréversibles, voire de la mort.

Tiago Monteiro

"Une course contre la montre"

Après trois mois de pause, le WTCC reprendra (enfin) ses droits ce week-end en Chine. Une manche à laquelle Tiago Monteiro n'est toutefois pas encore certain de disputer, dans l'attente du feu vert des autorités médicales.

"Je suis impressionné de voir, en quatre ou cinq jours, à quel point le niveau de récupération a été impressionnant", poursuit-il. "Mais encore une fois, cela peut être dangereux car je veux en faire plus que je ne devrais peut-être, oui, mais nous avons une course en Chine et je veux y être."

"Toute mon équipe est derrière moi, à m'aider à être prêt pour cela. Les médecins, les physios, ma famille, tout le monde pense à cet objectif, je pense personnellement à cet objectif. C'est une course contre la montre."

"Maintenant, nous approchons du moment où, dans quelques jours, mon corps pourra dire si je peux courir ou non, mais pas seulement le corps. Les médecins me le diront bien sûr, les médecins ne m'autoriseront pas à courir s'il n'est pas prudent de le faire. S'il y a le moindre risque de ne pas bien récupérer, ou si le corps n'a pas récupéré suffisamment pour supporter un nouvel impact, dans ce cas ils ne m'autoriseront pas à courir, ce qui est compréhensible. Mais bien sûr, au fond de moi je pense que je peux y aller."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Événement Ningbo
Circuit Ningbo International Speedpark
Pilotes Tiago Monteiro
Équipes Honda Racing Team JAS
Type d'article Preview
Tags accident, rééducation